Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Où nous emmènera la voiture autonome ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Depuis deux ans, le CES de Las Vegas est la nouvelle place to be des constructeurs automobiles. Alors que le salon auto de Detroit se déroule jusqu'au 24 janvier, Guillaume Crunelle, associé responsable Industrie Automobile chez Deloitte, revient sur ce changement de paradigme.

Où nous emmènera la voiture autonome ?
Où nous emmènera la voiture autonome ? © Deloitte

Deux CES tenus à Las Vegas (2015 et 2016) auraient donc décidé de l’avenir d’une industrie centenaire. N’ayons aucun doute, les voitures qui nous véhiculeront dans les années à venir assureront elles-mêmes une grande partie des tâches qui font de nous des conducteurs. Cette révolution nous fera passer du statut de conducteur à celui de véhiculé, elle nous enlèvera une grande partie de ce qui constitue ce plaisir de conduire si particulier ; mais elle sera synonyme de temps libéré et elle promet d’apporter une solution d’ensemble à cette sécurité que d’études en sondages les conducteurs réclament.

 

Espérons que les robots conduisent mieux que nous

Après tout, les statistiques d’accidentologie sont là pour nous rappeler que nous ne savons pas conduire. Au moins peut-on espérer que les robots le feront mieux que nous. Nous savons donc vers quoi nous nous dirigeons et le chemin est à la fois technologique et sociétal.
Si dans la pensée collective la voiture autonome est celle qui nous a totalement remplacés en tant que conducteur, l’industrie a défini 5 niveaux d’autonomisation progressive. La fonction Autopilot récemment proposée par Tesla au grand public est une autonomie de phase 2, ce qui explique l’effort de pédagogie déployé par le constructeur californien pour en faire comprendre les limitations intrinsèques.

 

Cela illustre le fait que, sur ce chemin tout tracé, en même temps que la technologie rendra nos voitures de plus en plus autonomes, il nous faudra désapprendre progressivement la manière de conduire qui est la nôtre aujourd’hui. Et cela en une quinzaine d’années, 2030 faisant relativement consensus pour la diffusion à grande échelle de véhicules très autonomes.

 

Des yeux, des oreilles… et un cerveau

Sur le volet technologique, pour faire passer les voitures autonomes d’aujourd’hui du démonstrateur à la série, les prochains efforts porteront sur deux axes. L’intelligence artificielle d’abord : Jacques Aschenbroich, CEO de Valeo dit du véhicule connecté "ce sont des yeux et des oreilles." J’ajoute que pour le rendre autonome il faut rajouter un cerveau. Pour développer l'OS de la voiture autonome les investissements seront colossaux (Toyota investira un milliard de dollars dans cette technologie).

 

L’autre enjeu c’est la communication des véhicules entre eux et avec l’environnement, et l'extension de leur espace cognitif au-delà du visuel. Cet e-horizon est clé pour garantir sécurité et apporter des solutions aux problèmes d’engorgements urbains.

 

Les GAFA ont de quoi nous occuper

Nous allons devenir des conducteurs augmentés par la technologie et nous lâcherons progressivement le volant. Attendons-nous à de significatifs progrès dans les interfaces homme-machine (IHM). Les tableaux de bord et la manière d’interagir avec eux vont évoluer et constituent un champ d’innovation ouvert à des acteurs nouveaux (les projets de Nvidia et de Panasonic en témoignent).
Enfin débarrassés de l’attention nécessaire à la conduite, serons-nous pour autant libérés ? L’écosystème automobile désormais étendu aux GAFA a déjà de bonnes idées pour nous occuper.

 

Guillaume Crunelle, associé responsable Industrie Automobile chez Deloitte

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale