Actualité web & High tech sur Usine Digitale

OVH à l’assaut du cloud mondial avec l’ouverture de 3 nouveaux datacenters

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La star française de l’hébergement Web et du cloud computing OVH accélère son offensive à l’International en ouvrant des datacenters en Pologne, en Australie et à Singapour. Et ce n'est pas fini ! Son plan d’expansion prévoit l’ouverture de 7 autres centres de données dans 6 autres pays d’ici à fin 2017.

OVH à l’assaut du cloud mondial avec l’ouverture de 3 nouveaux datacenters
Octave Klaba, fondateur, président et CTO d'OVH, lors de son évènement OVH Summit © OVH

"Nous voulons devenir l’acteur européen de référence dans le cloud computing". Octave Klaba, fondateur, président et CTO d’OVH, ne cache pas ses ambitions. Lors de son évènement annuel OVH Summit, qui a réuni le 11 octobre 2016 à Paris quelque 2500 personnes parmi ses clients et partenaires, il a annoncé l’ouverture de trois nouveaux sites de datacenters : un à Varsovie, en Pologne, un à Sidney, en Australie, et un à Singapour. Et la star française de l’hébergement de sites Web et du cloud computing, qui vient de franchir la barre d'un million de clients, ne compte pas en rester là. Elle prévoit d’ouvrir d’ici fin 2017 sept nouveaux sites dans six autres pays : Allemagne, Royaume-Uni,  Espagne, Italie, Pays-Bas et Etats-Unis.

 

Un investissement de 1,5 milliard d'euros en 5 ans

Jusqu’ici, OVH était présente dans seulement deux pays : en France avec quatre sites (Roubaix, Strasbourg, Paris et Gravelines) et au Canada avec un site (Montréal), avec au total 250 000 serveurs. L’expansion de son réseau de datacenters dans le monde s’inscrit dans un plan d’investissement de 1,5 milliard d’euros en cinq ans. Le plan initial prévoyait l’ouverture de 12 sites dans 11 pays. "Nous exécutons notre plan selon une feuille de route de 12 mois, explique Laurent Allard, le CEO de l’entreprise. Nous ajustons notre plan en fonction des nouvelles opportunités de marché. Nous n’avons pas choisi à ce stade les autres lieux d’implantation de nos futurs datacenters. Il est possible que nous ouvrions plus de 12 sites d’ici 2020."

L’accent mis sur l’Europe, avec sept pays couverts d’ici à 2017, souligne l’ancrage européen d’OVH. Avec l’ambition d’être l’alternative aux géants américains du cloud computing comme Amazon Web Services, Microsoft ou Google qui sont, eux aussi, en train d’étendre leurs réseaux de datacenters sur le Vieux Continent. Mais OVH n’oublie pas les Etats-Unis, qui constituent le plus gros marché du cloud au monde. "Nous avons une belle opportunité devant nous là-bas, estime Octave Klaba. Nous mettons tout œuvre pour en profiter."

 

Croissance de 30% par an

C’est pourquoi OVH compte ouvrir deux sites outre-Atlantique : l’un sur la côte Est, en Virginie, avec une capacité de 80 000 serveurs, l’autre sur la côte Ouest, dans l’Etat de Washington ou de l’Oregon. Octave Klaba mise sur les réseaux d’affaires de ses deux nouveaux investisseurs, les fonds américains KKR et Towerbrook, pour l’aider à pénétrer ce marché, fortement verrouillé par les "Big Four" du cloud que sont Amazon Web Services, Microsoft, IBM et Google. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui l’ont amené à leur ouvrir environ 20% du capital de la société.

Basée à Roubaix, OVH compte aujourd’hui 1300 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros sur l’exercice fiscal clos en août 2016, en croissance de 30% par rapport à l’exercice précédent. Présente jusqu’ici dans l’hébergement de sites Web, les télécoms et le cloud d’infrastructure, l’entreprise a profité de son évènement 2016 pour annoncer le lancement d’une nouvelle activité d’hébergement d’applis mobiles. Son plan de développement prévoit de franchir la barre de 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020. A en croire Octave Klaba et Laurent Allard, elle est rentable depuis le début de l’aventure en 1999 et le restera malgré son plan agressif d’investissement d'ici 2020.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale