Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Philips à l’assaut des services cloud de télémédecine

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le groupe électronique néerlandais Philips lance les premiers services de suivi et de gestion à distance des malades chroniques. Ces services s’appuient sur la plateforme cloud de Salesforce. Ils témoignent de la transformation digitale en cours du géant d’Eindhoven.

Philips à l’assaut des services cloud de télémédecine
Philips à l’assaut des services cloud de télémédecine © Philips

De l’équipement électronique aux services en ligne, le pas est en train d’être franchi par Philips. Le groupe électronique néerlandais, qui compte 112 000 personnes et un chiffre d’affaires de 23,3 milliards d’euros en 2013, s’apprête à lancer deux services de télémédecine, basés sur la plateforme de cloud computing de Salesforce : eCareCompanion et eCareCoordinator. Objectif ? Aider les malades chroniques à mieux gérer leurs maladies et les professionnels de santé à suivre à distance leurs patients. Le but est également de réduire le coût du système de santé. Un point important à l’heure des déficits sociaux et des économies dans les budgets publics.

Selon Jeroen Tas, le patron de cette nouvelle activité chez Philips, les maladies chroniques absorbent 75 % des dépenses de santé dans les pays développés. "Les services que nous lançons pourraient réduire de jusqu’à 40 % ce coût", estime-t-il.

L’application eCareCampanion s’installe sur une tablette pour aider le patient à gérer sa maladie et à interagir avec son médecin. Elle collecte les informations de ses capteurs médicaux (température, rythme cardiaque, prises de médicaments…) et les envoie à la plate-forme cloud pour qu’elles soient accessibles en temps réel par le médecin ou le centre de soin. Avec l’application eCare Coordinator, les professionnels de santé peuvent suivre leurs patients, s’échanger leur expertise et partager des cas. Un logiciel d’analyse des données leur indique les patients à contacter en priorité parmi des centaines suivis. "Ces services combinent les outils cliniques de Philips et les outils d’interaction et de collaboration de Salesforces, utilisés jusqu’ici dans la gestion de la relation client", note Jeroen Tas.

Pas encore de modèle économique en Europe

Ces outils vont être lancés aux États-Unis dans le cadre de programmes associant des assurances et des professionnels de santé. Ils seront accessibles sur abonnement, dont le montant sera adapté au cas par cas. Ils devraient ensuite arriver en Europe, d’abord au Royaume-Uni, où se déroulent déjà des tests pilotes, puis en France. "Nous le ferons quand nous aurons trouvé le modèle de commercialisation adapté", prévoit Jeroen Tas. La sécurité des données, une question ultrasensible en Europe, serait assurée en séparant le stockage des données médicales de la plateforme de Salesforce afin de le réaliser dans le pays concerné. Car Salesforce ne dispose pas pour le moment de data center en Europe.

Salesforce ne se contente pas de fournir sa plate-forme de cloud computing. Il a noué un vrai partenariat stratégique avec Philips pour étendre l’utilisation de ses services d’interaction et de collaboration, employés jusqu’ici pour la gestion des relations avec les clients, les employés ou les partenaires, à l’univers de la santé. "Nous partageons le développement et les résultats, explique Jeroen Tas, sans toutefois dévoiler ni le montant de l’investissement ni les revenus attendus. Philips s’y retrouvera en vendant ses capteurs médicaux et ses outils cliniques. Salesforce se fera payer pour l’utilisation de ses logiciels d’interaction et de collaboration."

Ces services s’inscrivent dans une stratégie de transformation digitale de grande ampleur de Philips. Le groupe travaille également à rendre ses produits connectés (machines à café, ustensiles de cuisine, etc.) et à en faciliter l’utilisation par des applis pour tablettes et smartphones.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale