Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Pierre-Ambroise Bosse : champion du monde, showman et… start-upper !

mis à jour le 09 août 2017 à 15H00
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

A 25 ans, Pierre-Ambroise Bosse, alias PAB, a arraché la médaille d'or lors de la finale du 800 mètres aux championnats du monde d'athlétisme de Londres. Hier soir, les Français ont découvert ses prouesses sportives... mais aussi humoristiques avec une interview déjantée au micro de Nelson Monfort. Le nouveau champion du monde porte une troisième casquette : celle de jeune entrepreneur avec son application Deserve Her.

Pierre-Ambroise Bosse : champion du monde, showman et… start-upper !
Pierre-Ambroise Bosse : champion du monde, showman et… start-upper ! © DR

Mercredi 8 août, le grand public a découvert Pierre-Ambroise Bosse ou PAB (prononcez "pé", "a", "bé"). L'athlète de 25 ans a décroché hier soir la médaille d'or lors de la finale du 800 mètres des championnats du monde d'athlétisme de Londres. Outre sa performance remarquable et inattendue (il dépasse tous ses adversaires à 300 mètres de la ligne d'arrivée) c'est sa personnalité qui a sans doute le plus marqué les (télé)spectateurs.

 

 

Le nouveau champion du monde s'est montré aussi talentueux pour courir... que pour faire rire. Au micro de Nelson Monfort, il livre une interview sans filtre et offre un véritable one man show en direct, volant la vedette à Renaud Lavillenie (qui décroche la médaille de bronze au saut à la perche, sa cinquième médaille mondiale).

 

Du one man show...

Pierre-Ambroise Bosse débute par une imitation du journaliste sportif (assez réussie et bienveillante) avant de partager son état d'esprit et une multitude d'anecdotes. Euphorique, PAB avoue d'emblée n'avoir rien planifié d'un point de vue technique "Je ne l'explique même pas en vrai. J'ai eu l'impression d'être un gamin de 15 ans. J'ai fait cette course avec plus d'envie et de panache que de performance. Vraiment c'était fou, parce que je me suis fait couper la route assez vite (…) et je me suis dit : pourquoi pas, pourquoi pas ne pas tenter quelque chose de fou ? Dans la dernière ligne droite je ne comprenais pas, je vivais un rêve ! Ils étaient derrière et je me suis dit, c'est pas possible là, ce n'est pas moi qui suis en train de courir maintenant".

 

 

Il fait ensuite d'une simple anecdote autour d'une bouteille d'eau un véritable sketch. Bourré d'autodérision, l'athlète raconte comment la veille il jette sur son lit une bouteille d'eau qu'il croyait avoir fermée et se retrouve à devoir sécher ses draps avec un sèche-cheveux un peu après minuit. "Et là, j'étais pendant 20 minutes comme ça et je pensais et je me suis dit pourquoi pas moi ? Et j'avais cette course en tête à ce moment-là", confie-t-il au micro de Nelson Monfort. Avant de rendre l'antenne, il précise aussi que son chat s'appelle Rabs et son improbable signification (rien à br*****, au pluriel).

 

...Au pitch de start-up 

Rabs n'est pas uniquement la masquotte des pistes d'athlétisme. C'est aussi la mascotte de Deserve Her, la start-up qu'a cofondée le sportif. Le champion du monde est donc également entrepreneur. Lors de la deuxième édition de VivaTech, qui s'est tenue en juin dernier, l'athlète a présenté au stand PMU son application de dating, qu'il a développée avec Bryan Cantero, lui aussi membre de l'équipe de France d'athlétisme. "C'est à l'Insep (Institut national du sport de l'expertise et de la performance) que l'idée d'allier compétition et séduction est née. En janvier 2016, la société Deserve Her est créée", raconte la page web de la start-up.

 

 

Disponible sur iPhone et Android depuis février dernier, l'application introduit une dimension de gamification au processus de rencontre, avec un système en trois rounds virtuels qui permet à la "princesse" de choisir son "prétendant" parmi les trois présentés. C'est cette idée de gamification qui a séduit Startup Nursery, un start-up studio spécialisé dans les compétences IT. "Nous avons affaire à deux sportifs de haut niveau qui ont de très bonnes idées mais qui n'ont pas de compétences technologiques. Nous les accompagnons donc pour le développement de l'application mobile, l'architecture technique et la scalabilité", explique Patrick De Carvalho, CEO de Startup Nursery.

 

Un mental d'acier pour l'entrepreneuriat

Par extension, le start-up studio accompagne aussi les fondateurs dans leur stratégie entrepreneuriale. La structure épaule donc le duo d'entrepreneurs sur des problématiques d'acquisition. Le tout, en échange d'une prise de participation dans le capital (entre 10 et 15%). "Pour qu'une application de dating fonctionne, il faut atteindre une certaine masse critique. Actuellement, l'application compte entre 10 et 15 000 utilisateurs, ce qui n'est pas beaucoup. Mais nous sommes dans une phase de croissance et d'acquisition", détaille Patrick De Carvalho. Pour se développer, Deserve Her cherche aussi à lever 500 000 euros.

 

Outre l'idée développée par la jeune pousse, Patrick De Carvalho croit aussi beaucoup au potentiel humain du tandem. "Les sportifs de haut niveau ont des qualités très utiles pour l'entrepreneuriat. Ils ont une capacité à tenir un objectif qui est extraordinaire. Or le mental est clé pour un entrepreneur". Difficile de dire si Pierre-Ambroise Bosse rencontrera autant de succès sur la scène tech que dans les stades. En revanche, ses talents de storytelling devraient, à coup sûr, lui servir pour ses futurs pitchs. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale