Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Plus de 1 000 startups rassemblées par Paris&Co pour le hacking de l’hôtel de ville

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

1040 startups ont participé, jeudi 16 mars, à la troisième édition du hacking de l’hôtel de ville, un événement qui mobilise l’ensemble de l’écosystème parisien et valorise son dynamisme.

Plus de 1 000 startups rassemblées par Paris&Co pour le hacking de l’hôtel de ville
Plus de 1 000 startups rassemblées par Paris&Co pour le hacking de l’hôtel de ville © Paris&Co

Malgré le temps ensoleillé incitant plus à la flânerie qu’au travail, il y avait foule jeudi 16 mars entre les murs de l’hôtel de ville de Paris à l’occasion de la tenue du hacking de l’hôtel de ville. Pour sa troisième édition cet événement polyformes organisé par Paris&Co, l’agence de développement économique et d’innovation de Paris, a encore fait le plein rassemblant, dans les vastes salles de réception du premier étage de l’immense bâtiment parisien, 1040 startups venues à la rencontre d’experts ainsi que de représentants de grands groupes et des directions de la Ville de Paris.

 

"Paris&Co remplit une double rôle. C’est à la fois un opérateur à travers ses incubateurs mais aussi un acteur en lien avec tous les autres et qui organise des grandes opérations comme celle-ci ou les Grands Prix de l’Innovation qui sont ouvertes à toutes les startups de l’écosystème parisien. L’idée est de rassembler tous le acteurs de l’innovation, de montrer qu’à Paris la scène startup est en ébullition", explique Louise-Marie Véron, responsable des offres startups incubées à Paris&Co.

 

6 500 rendez-vous en une journée

Le hacking de l’hôtel de ville est une sorte de poupée gigogne regroupant plusieurs événements en un seul. Le plus important était le startUp MeetUp qui a permis l’organisation de la bagatelle de 6500 rendez-vous sous les lustres de la salle des fêtes. "C’est génial on est 1000 startupers mais il y a aussi des centaines de corporates qui sont là pour faire leur shopping. Pour nous c’est important de les rencontrer, de tester nos nouvelles offres", s’enthousiasme Gaël Muller, la patron de Fanvoice, une jeune société de co-création qui aide les marques à améliorer leurs produits ou services existants ou à en inventer de nouveaux. Partenaire de l’opération Accor Hôtels avait dépêché sur place dix personnes qui auront assuré environ 150 rendez-vous dans l’espace MeetUp.

 

"C’est la deuxième année qu’Accor Hôtels participe au hacking. Nous sommes très heureux d’y participer car cela nous permet de nous ouvrir à cet univers que l’on connaît déjà puisque nous travaillons au quotidien avec des startups à des projets d’Open Innovation mais aussi au travers de la création de certaines de nos marques comme, récemment, Jo&Joe", témoigne Marie-Suzanne Locqueneux, innovation leader au groupe Accor Hôtels. "On est en prospective et rencontrer des gens travaillant sur des usages bien précis cela nous aide".

 

Plusieurs autres lieux de l’hôtel de ville étaient réservés pour accueillir diverses autres manifestations du hacking. Ainsi dans la salle du Conseil de Paris se tenaient le startups council qui a permis à cinquante jeunes pousses de se présenter devant un parterre d’investisseurs ainsi que le reverse business Pitch où c’était au tour des grands groupes de se présenter.

 

Réfléchir à la gestion des grands événements internationaux.

De nombreux workshops étaient, par ailleurs, au programme de la journée avec pour thème central les enjeux liés à l’organisation des  grands événements internationaux ; un choix en rapport avec la candidature parisienne à l’accueil des JO 2024. Ce même fil rouge se retrouvait en partie au DemoSpace et au DemoPitchs ou étaient exposées des innovations marquantes. "Notre présence au  DemoSpace se justifie car notre carriole permet de gérer des flux logistiques de marchandises ou de personnes en milieu urbain tous les jours mais encore plus lors de gros événements comme les Jeux Olympiques", explique Nicolas Duvault, co-fondateur de K-ryole, une société qui a développé une remorque intelligente d’une charge utile de 250 kg et pouvant être tirée sans effort par un cycliste.
"On a, ainsi, pu rencontrer le responsable du développement durable du CIO et son équivalent pour la candidature de Paris 2024", se félicite Nicolas Duvault.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale