Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Pour accélérer sa digitalisation, le groupe de logistique Idéa se met en mode start-up

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Idéa, le prestataire en logistique industrielle, vient d’amorcer la création d’une start-up pour booster la transition numérique de sa branche mobilité.

Pour accélérer sa digitalisation, le groupe de logistique Idéa se met en mode start-up
Pour accélérer sa digitalisation, le groupe de logistique Idéa se met en mode start-up © Idéa

A Montoir-de-Bretagne (44), le groupe Idéa, spécialisé dans les prestations de logistique industrielle, a toujours su faire preuve d’innovation, notamment dans son cœur de métier. Mais le groupe coopératif (1 000 salariés sur 37 sites - 105 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016), déjà engagé depuis plusieurs années dans la digitalisation de ses process, veut aller plus loin et plus vite. Pour inscrire sa branche mobilité dans cette dynamique, Idéa a choisi, sous l’impulsion de ses dirigeants, de créer une start-up indépendante de la maison-mère.

Ne pas ubériser le marché

Idéa reste encore discret sur le rôle précis et le nom de cette start-up. "Nous devons repenser la manière dont les transporteurs optimisent leurs flux afin de réduire les trajets à vide sur les poids lourds ou les véhicules légers. L’idée n’est pas d’ubériser le marché, mais de créer de la valeur", commente Vincent Roux. La direction d’Idéa vient de lui confier le pilotage de cette start-up en cours de création juridique. Jusqu’à fin 2016, Vincent Roux était directeur général d’Intuiti, agence nantaise de conseil en stratégie digitale. S’il en reste associé, il se lance aujourd’hui dans ce projet qu’Idéa mûrit depuis la rentrée 2016.

Aller vite

"Le premier produit s’adressera au marché du e-commerce. La V1 sera lancée avant l’été. Que l’on réussisse ou que l’on échoue, on doit de toute façon aller vite", explique le dirigeant, qui se positionne dans une logique de "test and learn". Vincent Roux vient de recruter un directeur technique et va rapidement s’entourer d’un expert-métier. "Idéa nous donne carte blanche. Car le groupe a compris qu’il est difficile de se repenser de l’intérieur. Le retour sur investissement n’est pas prévisible. Il faut être agile, et donc s’affranchir du fonctionnement et des process inhérents à une structure de la taille d’Idéa "

L’écosystème des startups

Autre particularité : la structure ne s’est pas installée au siège d’Idéa, mais chez Lengow, le spécialiste nantais du e-commerce qui accueille des start-up dans ses nouveaux locaux. "Nous voulons profiter de leur expérience et du dynamisme de l’écosystème nantais", indique Vincent Roux, impliqué dans les réseaux locaux du numérique et de l’open innovation.

s'inspirer d'Amazon

S’inspirer du e-commerce n’est pas nouveau pour Idéa. Depuis plus d’un an, le groupe de logistique a mis en place, au sein de son entrepôt Aeroparc à Bouguenais près de Nantes, un système de picking innovant pour l’industrie, développé par la start-up parisienne Scallog. Sur un système proche de celui d’Amazon, des robots autonomes se déplacent dans l'entrepôt et apportent à l’opérateur les éléments demandés. Le site, qui travaille pour Airbus ou Daher, est passé de 35 à 110 préparations à l’heure avec cette solution robotisée, qu’Idéa déploie depuis peu au sein de l’usine Airbus de Nantes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale