Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Pourquoi BlaBlaCar se relance dans la bataille du covoiturage domicile / travail

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

BlaBlaCar va tester une application dédiée aux trajets domicile travail, "BlaBlaLines", sur deux axes. Il compte généraliser ce service en 2018. Ce n'est pas la première fois que la start-up s'attaque au marché – compliqué – du covoiturage courte distance.

Pourquoi BlaBlaCar se relance dans la bataille du covoiturage domicile / travail
Pourquoi BlaBlaCar se relance dans la bataille du covoiturage domicile / travail © BlaBlaCar

Prendre un BlaBlaCar pour partir en vacances, c'est entré dans les mœurs. Mais covoiturer tous les jours pour se rendre au travail, cela reste une exception, pratiquée par seulement 3% des Français. Le numéro 1 du covoiturage longue distance BlaBlaCar s'attaque à ce marché à l'énorme potentiel, en lançant l'application BlaBlaLines.

 

Une nouveauté... et un recommencement

C'est un retour aux sources pour l'ex Covoiturage.fr, qui, à ses débuts, réalisait des plates-formes de covoiturage pour les entreprises et les collectivités. "Nous n'avions pas le bon produit à l'époque", reconnaît le fondateur de BlaBlaCar Frédéric Mazzella. "Nous avons alors choisi de nous focaliser sur la longue distance".

 

"Mais nous savions que le covoiturage quotidien gardait un potentiel incroyable – 13,5 millions de personnes se rendent au travail en voiture - non transformé par manque d'outils et d'habitudes". L'équipe de la start-up a donc réfléchi aux meilleurs moyens de lever les freins à la pratique du covoiturage courte distance. "Il y en a trois principaux : les conducteurs ne veulent pas perdre de temps en faisant des détours, ils ne souhaitent pas passer du temps à organiser leurs trajets tous les jours et les passagers veulent pouvoir être sûrs de rentrer à l'heure qu'ils souhaitent, sans être dépendants d'une autre personne", détaille le fondateur.

 

L'application BlaBlaLines a été conçue pour répondre à ces préoccupations. Elle part des besoins des conducteurs, qui indiquent leur trajet quotidien et les jours où ils souhaitent partager leur véhicule. Ce sont les passagers qui doivent les rejoindre sur leur itinéraire habituel, pour éviter aux conducteurs de faire des détours. Des "lignes" vivantes se créent donc en reliant passagers et conducteurs. Le prix, correspondant à un strict partage de frais, est déterminé par l'application. Le processus est automatisé : passagers et conducteurs peuvent valider leurs covoiturages en un clic, sur l'application mobile dédiée.

BlaBlaLines, premier projet du "Lab" BlaBlaCar
"Se disrupter soi-même : c'est la mission que s'est donné BlaBlaCar il y a environ un an, alors que sa croissance plafonnait. Une start-up dans la start-up a alors été recréée : le "Lab, avec une équipe resserrée d'une dizaine de collaborateurs". Son objectif : partir du cœur de métier de BlaBlaCar pour imaginer de nouveaux usages et business. Le "MVP" (minimum viable product") de BlaBlaLines a été créé en neuf mois par cette petite équipe, "en partant d'une ligne de code vierge", reconnaît le patron, mais en lien avec les différents services de BlaBlaCar. Le Lab va continuer à développer l'application et à inventer de nouveaux produits pour permettre à BlaBlaCar de continuer à optimiser l'utilisation des véhicules grâce à la technologie.

 

lancement très progressif

Pour que le système fonctionne, il faut un nombre minimum de passagers et conducteurs sur une zone donnée. Raison pour laquelle BlaBlaCar va déployer le nouveau service progressivement. "Nous allons ajuster la mécanique du système et l'améliorer en fonction des retours des utilisateurs", indique Frédéric Mazzella. "Nous démarrerons avec une phase pilote sur deux trajets identifiés comme à fort potentiel : Montauban / Toulouse et Chalons en Champagne / Reims", précise le président de la start-up. Dix axes supplémentaires seront desservis au dernier trimestre avant une généralisation (si le succès est au rendez-vous) en 2018. De nouvelles fonctionnalités seront ajoutées au futur et à mesure : géolocalisation, paiement in-app, adaptation du réseau de lignes en temps réel (en fonction du trafic par exemple).

 

Nouvelle étape dans la diversification

Après avoir lancé une offre de location longue durée en avril, BlaBlaCar poursuit sa diversification. Il ne prendra pas de commission sur l'activité BlaBlaLines au démarrage et cherche avant tout à évaluer la formule avant de la monétiser. "C'est une activité additionnelle qui couvre un usage non adressé aujourd'hui", explique Frédéric Mazella. Ce n'est qu'à moitié vrai puisque sa plate-forme est déjà utilisée pour faire du covoiturage courte distance. Les trajets de moins de 80 kilomètres représente environ 8,4% du total des mises en relation. BlaBlaLines ne part donc pas totalement de zéro.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale