Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Pourquoi les services publics doivent accélérer leur mue numérique

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Infographie 75% des Français considèrent comme une priorité la transformation numérique de l’État, révèle une étude Ipsos réalisée pour le groupe Sopra Steria. Et ce, quel que soit leur âge, leur catégorie socioprofessionnelle ou leur niveau de diplôme.

Râleur, les Français ? Pas toujours. Il leur arrive même d’être bienveillants. Ils sont ainsi 59%, soit près des deux tiers, à trouver que la transformation numérique de l’État est bien avancée. C’est ce que révèle une enquête qu’Ipsos a réalisée en ligne, en juin dernier auprès de 2003 personnes pour le groupe de service numérique Sopra Steria. Mais ils ne sont pas dupes. Ils ont bien compris que les avancées en matière de fiscalité (déclaration et paiement d’impôts) réalisées par Bercy cachaient des services publics encore très en retard en matière de numérique, notamment dans la police, l’Éducation nationale, Pôle emploi…

 

Or, gros consommateurs d’apps et de services en ligne, les Français aimeraient bien retrouver la même simplicité et fluidité dans leurs démarches administratives. Et plus de la moitié trouve leur administration franchement en retard par rapport au secteur privé. Conséquence, ils sont 75% à considérer comme prioritaire la transformation numérique de l’État (en fait plutôt la mutation numérique des services publics). Et ce, quelque que soit leur profil : âge, catégorie socioprofessionnelle, niveau de diplômes…

 

Vite simplifier !

 

Une leçon pour l’État ? À voir. Car, si les hauts fonctionnaires n’ont pas une culture digitale suffisante, comme le regrettait Thierry Mandon alors secrétaire d’État à la Réforme de l’État et à la Simplification, des programmes de simplification sont déjà bien engagés. C'est le cas du projet France Connect, pour mettre en place une identification simplifiée des usages aux services de l’État, répondant en cela aux attentes exprimées par les Français dans le sondage d’Ipsos : moins de déplacement (54%), gain de temps dans leurs démarches (50%) et plus de simplicité (32%).

 

Il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Et Sopra Steria - qui n’a pas été choisi par l’État pour travailler sur France Connect ou mon.service-public.fr – cherche à se positionner comme conseiller numérique. Dans cette optique, cette enquête devrait être renouvelée tous les ans, pour devenir un baromètre de la perception des Français face à l’État numérique. Mais un an, à l’échelle du numérique, c’est bien long. Et si les questions restent centrées sur les services publics en ligne, sans ouvrir sur les problématiques d’e-administration, d’open data ou d’État plate-forme, ce baromètre risque de tourner un peu en rond. Et de passer à côté des vrais enjeux de la transformation numérique de l’État.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale