Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Proxem lève 1 million d’euros pour comprendre le web en 20 langues

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La pépite française de l’analyse sémantique et multilingue des données Proxem réalise sa première levée de fonds de 1 million d’euros. De quoi l’aider à élargir les applications de sa technologie aux différents métiers de l’entreprise et de s’attaquer à l’international de proximité.

Proxem lève 1 million d’euros pour comprendre le web en 20 langues
Proxem lève 1 million d’euros pour comprendre le web en 20 langues © Georges Boulougouris EC/Georges Boulougouris © EC

Proxem franchit une étape. La pépite française de logiciel d’analyse sémantique et multilingue de données textuelles vient de procéder à sa première levée de fonds. Le montant récolté reste modeste : 1 million d’euros. Il provient du fonds d’investissement Odyssée Venture. Mais pour son PDG-fondateur, François-Régis Chaumartin, l’opération témoigne du potentiel de sa technologie.

 

Modèle de vente sur le cloud

Fondée en 2007, à Paris, Proxem édite un logiciel d’analyse sémantique de données textuelles en 15 langues aujourd’hui. La société commercialise sa technologie essentiellement en tant que service SaaS (Software as a service) en s’appuyant sur l’infrastructure cloud d’Online et d’OVH. Elle revendique 30 clients, dont la moitié sur le modèle cloud.

 

En 2011, Proxem a levé 120 000 euros de Business Angels. "L’un des objectifs de la nouvelle levée de fonds est d’investir en R&D pour étendre le logiciel à 20 langues d’ici à la fin de 2016 afin de nous attaquer à l’international, explique François-Régis Chaumartin. Même si nous avons créé un modèle d’extension linguistique efficace, chaque nouvelle langue réclame un travail mathématique important."

 

Mise en oeuvre du Machine Learning et Deep Learning

Dédiée au départ aux applications de veille sur le Web dans les départements R&D, la technologie vise aujourd’hui toutes les fonctions métiers de l’entreprise : innovation, marketing, ventes, ressources humaines, etc. "Nous voulons être un partenaire des entreprises dans leur transformation digitale, confie François-Régis Chaumartin. Nous cherchons pour cela à adapter notre produit pour le rendre utilisable par le plus grand nombre dans les fonctions métiers, en faisant appel au machine learning et deep learning."

 

A l’international, la PME s'attaque aux pays voisins de la France, en commençant par le Benelux. Elle emploie 20 personnes et s’attend à un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros sur l’exercice fiscale en cours à clôturer le 30 juin 2016, en progression de 30%. L’objectif de François-Régis Chaumartin est de mettre l’accélérateur en passant à une croissance de 60% sur les deux ans à venir.

PUBLICITAS

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale