Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Prynt, la start-up française qui fait forte impression

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up française Prynt veut créer un Polaroid  nouvelle génération, capable d'imprimer une photo instantanément à partir d'un smartphone. La présentation d'un prototype de sa coque-imprimante à San Francisco début novembre, devant un parterre de journalistes et d'investisseurs, a impressionné ; Prynt veut confirmer au CES.

Prynt, la start-up française qui fait forte impression
Prynt, la start-up française qui fait forte impression © Prynt

A lire aussi

Bras robotique, imprimante de circuits électroniques, automate de labo : 3 innovations qui[…]

Bras robotique, imprimante de circuits électroniques, automate de labo : 3 innovations qui bousculent la production

Parmi les start-up françaises capables de "créer le buzz" lors du prochain CES, début janvier à Las Vegas, Prynt semble bien placée. Elle a déjà tapé dans l'œil d'influenceurs américains lors de la présentation du prototype de sa coque pour smartphone capable d'imprimer des photos, le 4 novembre à San Francisco.

Depuis les images du concept ont fait le tour du monde, par blogs et sites spécialisés interposés. Cela tombe bien : l'équipe de la start-up, dont le siège est basé à Paris dans l'incubateur Agoranov, a également fait le tour du monde. Ses créateurs, Clément Perrot et David Zhang (respectivement CEO et COO), ont passé un an à Berkeley, en Californie, pour faire mûrir leur projet, dans le cadre de leurs études à Polytechnique ; ils se sont installés à Paris puis se sont presque aussitôt envolés à Shenzhen, en Chine, pour trois mois d'accélération. Depuis, le duo dirigeant se partage entre Paris et San Francisco, où Clément Perrot a - temporairement - posé ses valises. "Avec neuf heures de décalage horaire, la fenêtre pour communiquer est réduite mais on y arrive bien", confie le CEO. "On a confiance l'un en l'autre et confiance en notre produit".

l'esprit polaroid dans une coque pour smartphone

L'intuition du duo, c'est que si le produit Polaroid a disparu, le besoin (créer un moment convivial autour de photos papier) existe toujours. "Et on ne se voyait pas le faire revivre dans autre chose que dans un smartphone", confie Clément Perrot. De cette idée est né Prynt, une coque pour smartphone (iPhone 5/6 et Galaxy S 4/5 pour comencer) dans laquelle est intégrée une mini imprimante couleur. Un bouton fait office de déclencheur et permet de prendre des photos (via l'application installée sur le smartphone) et de les imprimer instantanément.

Pour arriver à un prototype correspondant au concept qu'ils avaient en tête, les deux ingénieurs ont testé de nombreuses solutions. "On a expérimenté beaucoup de choses. D'abord, en utilisant des composants de produits déjà sur le marché, pour créer un prototype rudimentaire mais fonctionnel, permettant de tester les réactions qu'il suscite. On s'est rendus compte que l'effet 'waou' était au rendez-vous lorsque la photo apparaissait ! Puis, on a tout recréé par nous-mêmes, par itérations successives, en trouvant des partenaires. Notre passage à Shenzhen a  grandement aidé pour aller rapidement. On a assemblé ces briques et conçu le "mortier" qui fait tenir le tout : le circuit intégré, le design du produit, le logiciel, les algorithmes… La calibration de l'impression et son optimisation nous ont pris pas mal de temps : on est sur un procédé thermique et la tête d'alimentation est plus ou moins chaude donc il faut en tenir compte dans les algorithmes pour obtenir des rendus constants, impression après impression On en est à la neuvième ou dixième version de Prynt. On attend désormais de connaître quel sera le premier volume de production pour finaliser notre liste de fournisseurs, et lancer la fabrication".

campagne de crowdfunding fin janvier

L'ampleur de cette première salve dépendra du succès de la campagne de financement sur Kickstarter programmée fin janvier. Ce sera un test pour savoir si le bon accueil de la presse se traduit par de nombreuses pré-commandes. La cible, c'est le grand public et pas seulement les technophiles. "La force de Polaroid, c'était un style travaillé mais avec l'intention de s'adresser au plus grand monde", rappelle Clément. "Nous avons la même approche : Prynt ne sera pas un produit de luxe mais se voudra accessible. C'est pour cela qu'il sera fabriqué en Chine et pas en France".

La coque sera disponible à partir de 99 dollars en pré-commande. Les premiers clients devraient être livrés pour l'été 2015 mais la véritable échéance que vise la start-up, c'est Noël 2015. Avec l'espoir que Prynt soit LE cadeau sous le sapin l'an prochain. Cela passe d'abord par un CES réussi qui mettrait la start-up sur une rampe de lancement idéale.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

leangénierie

12/01/2015 09h51 - leangénierie

Les clichés ont la vie dure. "Nous avons la même approche : Prynt ne sera pas un produit de luxe mais se voudra accessible. C'est pour cela qu'il sera fabriqué en Chine et pas en France" Sous entendu, pour des ingénieurs high cost et high tech tout droit sortis de polytechnique, il est impossible de faire du "pas cher" en France. Le contraire est pourtant démontré tous les jours par Toyota à Valenciennes qui produit des Yaris pour les états unis où le prix de vente est 30% inférieur à celui de l'Europe, frais de transport compris. Quand est-ce qu'on va enfin enseigner correctement les méthodes modernes d'ingénierie Lean et de production Lean dans les écoles d'ingénieurs Françaises et faire disparaitre les clichés à la con qui plombent notre industrie ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Publicité

à la une

Description obligatoire

Facebook fait voler son drone pour connecter les populations isolées

Le drone solaire conçu par Facebook pour connecter les populations des zones de la planète qui n'ont pas encore accès à internet est sorti de son hangar.

Baptisé Aquila, il a tenu en l'air 96 minutes à 600 mètres d'altitude pour son premier vol ce 21 juillet.

À terme, l'entreprise de Mark Zuckerberg voudrait lancer des flottes de ces engins capables de communiquer entre eux, à 18 kilomètres d'altitude.

23/07/2016 - 12h00 |

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale