Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Quelle est la stratégie de Microsoft avec Windows 10 S et le Surface Laptop ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Microsoft vient de dévoiler une nouvelle version de Windows 10, plus restrictive quant aux droits des applications, ainsi qu'un ordinateur portable qui concurrence (enfin) directement les MacBook d'Apple. L'évènement était placé sous le signe de l'éducation, marché clé aux Etats-Unis, mais que veut-il dire pour la France ? Explications.

Quelle est la stratégie de Microsoft avec Windows 10 S et le Surface Laptop ?
Quelle est la stratégie de Microsoft avec Windows 10 S et le Surface Laptop ? © Microsoft

Microsoft a tenu un évènement dédié à l'éducation le 2 mai 2017 à New York City. L'entreprise y a dévoilé sa stratégie pour conquérir ce marché américain très spécifique. Mais la nouvelle version de Windows 10 et les nouveaux équipements annoncés (dont le Surface Laptop) auront un impact au-delà de cette niche de marché.

 

l'éducation aux Etats-Unis, un marché clé

Pour bien comprendre la démarche de Microsoft, il faut d'abord revenir sur l'état du marché éducatif outre-Atlantique. Les collèges et lycées ("middle et high schools") fournissent des ordinateurs aux élèves qui sont achetés en masse et pour lequel le processus d'évaluation est assez long et compliqué. C'est l'unique marché sur lequel les Chromebooks de Google ont su s'imposer. La raison est en simple : les Chromebooks sont peu chers et ne disposent que de fonctionnalités basiques. Ils ne requièrent qu'une maintenance informatique limitée, ce qui allège les services informatiques des écoles.

 

Au niveau universitaire, ce sont les MacBook d'Apple qui sont les stars. La qualité du matériel Apple depuis une dizaine d'années (à l'époque ou d'autres fabricants ne s'y appliquaient pas autant) et la renommée "premium" de la marque encouragent les étudiants à s'équiper ainsi. Le risque pour Microsoft, c'est qu'une génération éduquée sur Chrome et MacOS va arriver dans le monde du travail parfois sans avoir jamais connu Windows.

 

Windows 10 S, pourfendeur de Chrome OS ?

La nouvelle version de l'OS de Microsoft s'appelle Windows 10 S. Sa mission est simple : rendre Chrome OS obsolète. Elle n'est séparée d'un Windows 10 Pro que par une seule caractéristique : elle ne peut installer que les applications issues du Windows Store. Les applications 32 bits classiques sont compatibles à condition qu'elles aient été portées dans la boutique à l'aide du Desktop Bridge, mais il n'est pas possible d'installer une application manuellement à l'aide de fichiers. L'option d'autoriser ou non les applications ne provenant pas du Windows Store est en effet présente sur toutes les versions de Windows 10 depuis la récente mise à jour baptisée "Creators Update". Elle peut être activée ou désactivée dans les paramètres.

 

Quel intérêt ? C'est simple : en réduisant la marge de manoeuvre des programmes tiers, on réduit aussi énormement les risques de sécurité et les problèmes de performance. Pas de virus possible si seuls des logiciels pré-approuvés sont installables, des logiciels qui sont par ailleurs contenus dans un espace bien spécifique et ne peuvent agir sur le système dans son ensemble. Fini aussi les applications qui laissent des détritus même une fois désinstallées et qui ralentissent la machine au fil des ans. Enfin, Windows a une meilleure capacité de gestion des ressources avec ces applications, permettant à l'ordinateur, un peu à la manière d'un smartphone, de "geler" un logiciel lorsqu'il n'est pas activement utilisé afin de conserver des ressources. L'autonomie est en conséquence plus longue. Dernier intérêt et non des moindres : les mises à jour peuvent être automatisées et effectuées d'un seul coup pour l'OS et les applications, ce qui simplifie la maintenance.

 

Windows 10 S sera-t-il bientôt le Windows "par défaut" ?

Les restrictions de Windows 10 S ne sont pas une fatalité. Microsoft permettra aux établissements scolaires de passer à Windows 10 Pro gratuitement, par une simple mise à jour. Pour les autres, cela coûtera 50 dollars. Cette information – et les déclarations de Microsoft sur le fait que Windows 10 S ne sera pas limité qu'à l'éducation – est intéressante pour le marché global. Etant donné la lutte que mènent toutes les grandes entreprises technologiques pour imposer leur plateforme (et donc leur boutique d'application) auprès des clients, Microsoft a tout intérêt à pousser au maximum son Windows Store en avant. Le problème est que les éditeurs d'applications Windows classiques n'ont pas grand intérêt, eux, à transformer leurs logiciels de cette manière.

 

Windows 10 S pourrait être un moyen de les y inciter. Et ce, d'autant plus s'il vient à remplacer Windows 10 Home comme la version de Windows installée par défaut sur les ordinateurs grand public. La sécurité blindée qu'il offre par défaut (et c'est plus que jamais un enjeu majeur) et la simplicité d'installation et d'utilisation des logiciels (choisir une application, cliquer sur un bouton) serait un énorme atout à l'ère du smartphone. C'est en fait la deuxième fois que Microsoft tente ce pari, après Windows RT, une version de Windows 8 conçue pour tablettes ARM. Le manque d'application et l'incompatibilité avec les processeurs Intel (et donc l'impossibilité d'évoluer vers une version complète de Windows) avait rapidement tué cet OS. Reste à voir si la nouvelle approche, plus réfléchie et mieux adaptée, saura convaincre. Microsoft cherche en tout cas à donner l'exemple : la suite bureautique Office 2016 sera bientôt vendue sur le Windows Store.

 

Un Surface Laptop pour concurrencer les MacBook d'Apple

Les ordinateurs destinés à concurrencer les Chromebooks seront fabriqués par les mêmes entreprises qui construisent les Chromebooks. Ils sont pour beaucoup des partenaires historiques de Microsoft : HP, Dell, Asus, Samsung, etc. Les prix débuteront à 189 dollars, et chaque ordinateur sera livré avec un abonnement d'un an à la version éducative de Minecraft. Mais la star de l'évènement côté hardware était le Surface Laptop. Développé en interne par Microsoft, il ne s'agit ni plus ni moins qu'un concurrent frontal au MacBook. Malgré le nom Surface, il s'agit bien d'un ordinateur portable dont l'écran n'est pas détachable ou convertible (mais qui reste tactile et compatible avec les stylets et autres accessoires Surface).

 

Il se veut plus abordable que le Surface Book, avec un prix démarrant à 1149 euros (il est déjà disponible à la précommande en France) pour une version équipée d'un processeur Intel Core i5 de 7e génération avec 4 Go de RAM et 128 Go de stockage SSD. Le prix monte à 2499 euros pour la version la plus performante. Son écran "PixelSense" fait 13,5 pouces pour une résolution de 2256 x 1504 pixels. Le Surface Laptop est aussi plus léger et plus fin, avec une épaisseur variant de 9,9 mm à 14,47 mm et un poids de 1252 grammes.

 

Sa sélection de ports est peut-être son plus gros point faible : un seul port USB-A, un port mini-DisplayPort, et le port d'alimentation propriétaire classique des produits Surface. Un peu léger. L'ordinateur est livré avec Windows 10 S, mais la mise à jour vers Windows 10 Pro sera gratuite jusqu'à la fin de l'année.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale