Usine Digitale

Quelle sera la condition numérique de l’industrie demain ?

Par -

Quelle sera la condition numérique de l’industrie demain ? © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

A lire sur le même sujet

Dans un livre qui vient de paraître récemment, Bruno Patino et Jean-François Fogel décrivent notre vie numérique et décryptent quelques lois qui régissent la manière de conduire une entreprise à l'heure digitale.

Nous vivons dans le monde de la connexion permanente. Ce n’est pas moi qui l’affirme mais Bruno Patino et Jean-François Fogel en ouverture de leur nouveau livre "La condition numérique". Les deux auteurs, qui en leur temps avait voulu tuer Gutenberg en imaginant une presse sans papier, démontrent comment nos modes de vie, nos relations aux autres, nos attentes vis-à-vis de la société, nos peurs, nos libertés, nos addictions sont en train de muter. Et cela, par le simple fait que la plupart d’entre nous ont choisi d’être relié en permanence à l’Internet au travers de nos multiples "devices" : smartphone, tablette, ordinateur, télévision mais aussi carte de crédit (paiement sans contact), titre de transport ou automobile (GPS)…

Le constat qu’ils font est finalement assez connu et, sans aucun doute, peu utile aux familiers de cet univers… même si leur effort de synthèse est intéressant. En revanche, ils mettent des mots sur les bouleversements engendrés par l’apparition des technologies numériques. Selon les deux auteurs, que l’on travaille dans la presse comme L’Usine Nouvelle, dans l’automobile ou les produits de grande consommation, cinq termes permettent de comprendre les mutations de comportement que génèrent le digital au niveau de nos clients :

1.    Migration. Qu’on l’accepte ou non, dès qu’ils en ont l’occasion et les moyens, les clients n’hésitent pas à troquer l'analogique par du numérique.

2.    Dématérialisation. Cette migration technologique rend beaucoup de produits physiques virtuels. Les données, par exemple, ne se consulte plus dans des catalogues mais via des moteurs de recherche en ligne.

3.    Désintermédiation. C’est un mouvement souvent ignoré mais, grâce à Internet, les intermédiaires ne sont plus toujours nécessaires. Le lien du producteur au client peut être direct, notamment via des plates-formes d’e-commerce. Toute la question étant de trouver le bon équilibre entre présence physique (certains clients veulent encore voir et toucher avant d’acheter) et achat virtuel.

4.    Personnalisation. La numérisation facilite aussi la production d’offre sur-mesure. Grâce aux logiciels et au web, customiser des produits standards est nettement plus simple.

5.    Désindustrialisation. Selon les auteurs, la production industrielle cède sa place à la copie numérique, copie qui ne coûterait rien à produire.
 


Les Matins - L'être humain devient-il numérique ? par franceculture
 

Mais le plus intéressant n’est pas là. Bruno Patino et Jean-François Fogel énoncent aussi quatre lois, nouvelles, qui régissent le business à l’heure du numérique. Ils réaffirment ainsi que dans le digital :


1.    Le client est le produit : notamment grâce aux données qu’il donne à chacune de ses connexions.

2.    Rien n’est gratuit : les deux auteurs rappellent simplement qu’avant de surfer "gracieusement", il a dû débourser de l’argent pour se connecter à son fournisseur d’accès et à son fournisseur de devices.

3.    L’expérience fait la valeur, ce qui oblige d’ailleurs à penser une offre pour chaque support : tablette, smartphone, site web, télé…

4.    Acheter, ce n’est pas posséder : pour s’en convaincre il suffit de noter que "les conditions générales de vente" sont de plus en plus remplacées par "les conditions générales d’utilisation". L'usage a donc pris le pas sur la propriété.

Autant de "lois" que les industriels doivent méditer pour mieux comprendre ce que sera, demain, leur "condition numérique".

Thibaut De Jaegher

 

 

L'industrie française à la peine sur le Web

Partagez l’info :

Publicité

Réagissez à cet article

Error pseudo!

Error Email!

Error Captcha!

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus