Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Quelles sont les clés du succès d’Uber, Blablacar et Airbnb ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Quelles sont les clés du succès d’Uber, Blablacar et Airbnb ?
Quelles sont les clés du succès d’Uber, Blablacar et Airbnb ? © uber

Blablacar met en relation des conducteurs non professionnels et des voyageurs pour des trajets de moyenne à longue distance. Uber met en relation des conducteurs (professionnels ou non) avec des voyageurs, majoritairement sur des trajets de courte distance. La fréquentation du premier atteint les 10 millions de voyageurs en quelques années. Le second réalise déjà 150 000 courses par jour dans 45 pays. La croissance de ces services est exponentielle. Rien ne semble pouvoir les arrêter. Airbnb, qui met en relation hébergeurs particuliers et touristes, est déjà le premier hôtelier du monde en nombre de chambres offertes.

 

Comment expliquer ce succès ? Ces entreprises ont développé un business model de plate-forme qui réunit producteur et consommateur dans un même environnement. Ce modèle se distingue de celui de "tuyau" traditionnel où l'entreprise produit un service qu'elle vend ensuite au client.

 

 

Ce type de modèles s'est fortement répandu avec les nouvelles technologies. Le web permet le contact direct avec l'utilisateur final et le producteur (désintermédiation), en dérivant les intermédiaires traditionnels. Le smartphone et le GPS permettent la géolocalisation en temps réel et l'identification facile. Les algorithmes optimisent le rapprochement offre-demande, guident l’internaute et fixent le tarif optimal. La plate-forme crée un "environnement élégant" pour la mise en relation, en apportant les fonctionnalités nécessaires à l'échange de valeur entre particuliers ou professionnels.

 

Mais le modèle économique ne suffit pas. Nous utilisons tous des plates-formes, de leboncoin.fr à Facebook. Mais le pari de faire voyager ensemble des inconnus ou louer sa maison à un étranger n'est pas du même ordre que celui de vendre son vélo ou tchater avec ses amis. J’apprécie peu tout le battage actuel autour de l’ "uberisation" parce que ce concept semble limiter le succès de ces entreprises à la seule "plate-formisation" d’une activité antérieure. Or cette condition est nécessaire, mais pas suffisante pour rencontrer le succès. Pour y parvenir, Blablacar et Uber ou encore Airbnb (lire l'article ici) ont dû créer, tester puis déployer des fonctionnalités originales.

 

 

La présentation ci-dessus détaille les principales clés du succès de ces entreprises en 4 points principaux :

1/ Changer la manière de produire le service

2/ Changer la manière de consommer le service

3/ Valider et contrôler le service

4/ Capacité à passer à l’échelle

 

 

Ces critères sont cumulatifs. Il ne suffit pas par exemple de créer un site de partage beau et pratique. Les "producteurs" (conducteurs, loueurs de maisons,...) doivent bénéficier des mêmes attentions que les "consommateurs" (touristes, voyageurs,...). Le "contrôle social" (commentaires, notations) n'est pas suffisant non plus : une modération est nécessaire, humaine ou algorithmique. Enfin, votre service doit pouvoir passer à l'échelle grâce à de faibles coûts marginaux, sous peine d'exploser en vol si vous rencontrez le succès.

 

Mais une fois atteinte la masse critique, votre plate-forme cumulera les avantages d'une offre et d'un marché abondant. La mise en relation s'améliorera grâce aux données captées et valorisées. Elle bénéficiera des effets réseaux et d’un coût marginal proche de zéro. Vos profits et la valeur de l’entreprise augmenteront exponentiellement.

 

Méfiez-vous des plates-formes : elles rendent les applications "traditionnelles" moins attractives, moins souples et moins efficaces économiquement :“une application sans plate-forme sera toujours supplantée par une plateforme”, expliquent Nicolas Colin et Henri Verdier sur leur blog L'Âge de la multitude.

 

Stéphane SCHULTZ est fondateur de 15marches, agence de conseil en stratégie et innovation. Suivez-le sur twitter @15marches

 

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

7 commentaires

Eldjai

28/06/2015 02h45 - Eldjai

La santé de ces entreprises c'est AVANT TOUT l'absence de cotisations sociales et patronales que tous les chauffeurs, livreurs, "hôteliers" -INDÉPENDANTS- ne coûte pas à ces multinationales qui ont donc tout loisirs d'investir grassement dans le développement, le marketing... Et le lobbying. Allez voir ici ce que ça donne(ra) http://blogs.mediapart.fr/blog/jerome-pimot/280615/vite-avant-que-luberisation-ne-tue-des-gamins

Répondre au commentaire | Signaler un abus

machard

24/06/2015 08h04 - machard

Bonjour, je crois qu'il manque 2 points essentiels à votre analyse : 1) le gain financier substantiel pour le particulier, qu'il soit hébergeur Airbnb ou Bedycasa, chauffeur uber ou Blablacar, priprietaire Drivy, etc ou qu'il soit usager de ces services. J'ai à ce sujet parlé ici de mon expérience de la conso collaborative http://nicoo.fr/e-tourisme/sharing-economy-comment-jai-finance-mes-vacances-642 2) L'expérience (plus ou moins) authentique et les rencontres que ces acteurs de la l'économie du partage permettent d'offrir. Bonne journée Nico

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Chaigneau

23/06/2015 17h27 - Chaigneau

Je suis tout à fait d'accord avec la fluidité des échanges sur les plateformes Blablacar et AirBnb. Je suis également d'accord avec la dimension humaine des échanges qui se réalisent ainsi. Toutefois je pense qu'il y a une fragilité dans ce système quand l'échange est aux limites de la loyauté et que certains fournisseurs deviennent des professionnels déguisés. la régulation est alors insuffisante et les voies de recours sont pour l'instant trop fragiles et peu accessibles. J'ai par exemple rencontré une personne ayant fait un très long trajet dans une voiture trop pleine.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

steve

23/06/2015 09h24 - steve

https:[email protected][email protected]365c4f

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Lily

22/06/2015 14h35 - Lily

Pour avoir utilisé Uber pas plus tard que ce week-end, ce type de mise en relation producteur/consommateur comble à mon avis une certaine demande venant des utilisateurs, en majorité ceux utilisant les nouvelles technologies. L'échange est simplifié et attrayant, et apporte une qualité de service pas toujours au rendez-vous avec les offres plus traditionnelles. Commander un Uber et régler sa course est facile, il suffit d'un smartphone et d'un compte enregistré dans l'application. Dans un monde très tourné vers Internet et les réseaux sociaux, des offres telles que Uber, Blablacaret Airbnb basées sur l'échange direct avec un minimum d'intermédiaire et revêtant un côté plus humain voire convivial. Ces nouveaux modèles économiques peuvent-ils avoir une durée véritablement pérenne ? Il semblerait vu le succès de ces plateformes en pleine expansion, mais il faudra suivre leur évolution dans les années qui viennent.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Anne-Marie T.

22/06/2015 11h43 - Anne-Marie T.

Blablacar ou Uber, Airbnb ou autre, à chacun son goût. L'offre et la qualité, ainsi que la relation de confiance jouent beaucoup dans le choix de l'un ou de l'autre. Ca permet également des découvertes, des rencontres, c'est ce qui différencient d'un taxi ou d'un hotel où tout se ressemble. C'est ce côté innovant qui est plus attrayant.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Almara

22/06/2015 13h34 - Almara

Je suis d’accord avec Anne-Marie, en réduisant les intermédiaires Blabacar , Uber et Airbnb ont un côté plus humains et sont positivement très innovante

Signaler un abus

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale