Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Réalité virtuelle : Google consolide son projet Cardboard

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Si Google a réussi un pari difficile en faisant de Cardboard, son casque de réalité virtuelle en carton, un succès, l'écosystème n'était pas encore cohérent. Un état de fait que la firme de Mountain View compte changer avec de nouvelles annonces. Certifications pour le matériel, nouvelles catégories dans le Play Store, acquisitions... Google se met sérieusement à la réalité virtuelle.

Réalité virtuelle : Google consolide son projet Cardboard
Réalité virtuelle : Google consolide son projet Cardboard © Google

Le projet Google Cardboard est né du travail de deux ingénieurs français, David Coz et Damien Henry, qui travaillent pour le Google Cultural Institute parisien. Développé sur le "temps d'innovation" que Google alloue à ses employés pour poursuivre des projets qui leur tiennent à coeur, il avait été présenté sans fanfare à la toute fin de la conférence I/O 2014. Son approche low cost a connu un vrai succès malgré ses limitations techniques, en permettant à une majorité d'utilisateurs de smartphones Android de tester la réalité virtuelle. Près d'un an plus tard, le potentiel de Cardboard est avéré et Google a annoncé le 16 avril un plan de consolidation de l'écosystème qui s'est créé autour du projet pour le faire passer à la vitesse supérieure.

unifier Une multitude de variantes

Le premier vecteur de succès de Cardboard est son matériel abordable (le casque est littéralement en carton et utilise des lentilles d'entrée de gamme) et open source (les plans sont disponibles en ligne). Il a rapidement inspiré de nombreuses entreprises (Archos, LG, Eon Reality, Mattel...), qui ont créé leur propre casque en s'appuyant sur ces spécifications. Elles se proposent de procurer une expérience toujours abordable mais un peu plus qualitative et disposant parfois de plus de fonctionnalités (pavé tactile, intégration de capteurs type Leap Motion).

Pour harmoniser l'expérience sur ces différents produits, Google a annoncé un programme de certification pour tous les casques compatibles Cardboard. Les fabricants devront suivre un certain nombre de bonnes pratiques et soumettre leur produit à l'approbation de Google pour se voir apposer la mention "Works With Google Cardboard". En plus de garantir la compatibilité avec toutes les applications Cardboard, cela permettra aux fabricants de créer des profils pour leur matériel. Ils pourront être placés sur chaque casque sous forme de QR code et scannés via l'application Cardboard pour rapidement calibrer toutes les autres applications de réalité virtuelle en fonction du casque utilisé. Google a par ailleurs mis en ligne une boutique qui permet aux visiteurs d'acheter les casques certifiés compatibles.

One Android to rule them all

L'autre clé du succès de Cardboard se situe dans ses outils de développement, avec lesquels les développeurs sont déjà familiarisés car ils sont similaires à ceux des applications classiques pour Android. Google va plus loin ici aussi, en publiant un ensemble de règles à l'attention des développeurs pour s'assurer que leurs applications fonctionnent correctement. La firme de Mountain View a également mis à jour ses kits de développement (SDK) Android et Unity. Leurs nouvelles versions devraient améliorer le suivi des mouvements de la tête de l'utilisateur, l'un des principaux problèmes de Cardboard par rapport à d'autres solutions comme le Samsung Gear VR ou le HTC Vive.

Google va aussi rendre les applications Cardboard plus simples à trouver dans le Google Play Store, et les subdivisera en trois catégories : films et musique, jeux, et expériences. Et si les ambitions de Google dans la réalité virtuelle n'étaient pas assez claires, l'entreprise a récupéré en son sein Thrive Audio, une équipe de l'École d'Ingénierie du Trinity College de Dublin qui travaille sur la spatialisation du son spatial pour la VR, et Tilt Brush, une application de peinture en 3D qui avait fait forte impression lors de la démo du HTC Vive à la Game Developers Conference.

Au-delà de son intéret pour la réalité virtuelle, cette montée en puissance est aussi un moyen pour Google d'asseoir sa domination sur le marché des casques pour smartphones, en imposant Android comme standard et en limitant les tentatives de produits fonctionnant avec d'autres systèmes d'exploitation (notamment iOS). Les moteurs 3D (comme Unity ou Unreal) utilisés par la majorité des applications étant multi plates-formes, il n'y a en effet pas de barrière majeure au portage vers d'autres systèmes à ce niveau.

Julien Bergounhoux

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale