Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Réalité virtuelle n'est pas réalité augmentée

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Suite au rachat par Facebook de la start-up Oculus VR, célèbre pour son casque de réalité virtuelle, le terme de "réalité augmentée" a souvent été employé à tort. L'occasion de revenir sur les différences entre ces deux technologies à travers plusieurs exemples d'utilisations, dans l'industrie notamment.

Réalité virtuelle n'est pas réalité augmentée
Réalité virtuelle n'est pas réalité augmentée © Oculus Rift

L'information a fait la une de tous les sites d'information mercredi 26 mars : Facebook s'offre Oculus VR. En traitant cette info, plusieurs médias se sont emmêler les pinceaux en évoquant l'acquisition d'un spécialiste de la réalité augmentée. Or, la start-up rachetée par le numéro un des réseaux sociaux a acquis sa renommée grâce à son prototype de casque de réalité virtuelle, l'Oculus Rift.

Les propos de Mark Zuckerberg sont probablemement à l'origine de cette confusion. Dans son message annoncant sa nouvelle prise de guerre, le patron de Facebook a en effet utilisé le terme de réalité augmentée pour qualifier la nature des futurs usages des expériences immersives. "En travaillant avec les développeurs et partenaires de l'industrie, nous pouvons construire beaucoup plus. Un jour, nous croyons que ce genre d'expériences immersives de réalité augmentée [augmented reality] sera le quotidien de milliards de personnes", écrit-il, évoquant un futur proche dans lequel le grand public sera familier avec les deux technologies.

Réalité augmentée : l'assistant numérique

La réalité augmentée, bien différente de la réalité virtuelle d'Oculus Rift, désigne un procédé permettant de superposer à des éléments bien réels (comme le paysage ou une chaîne de montage dans une usine) des éléments numériques, en 2D ou en 3D, et à travers différents supports (écran de smartphones et de tablettes ou lunettes connectés par exemple).

Dans un musée, la réalité augmentée peut par exemple permettre d'afficher des contenus contextuels. Grâce à une application dédiée et à la caméra d'une tablette, un visiteur peut faire apparaître des informations sur un tableau donné.

Cherchant à développer des usages liés à cette technologie, Nokia avait par exemple enrichi en 2013 le système de guidage de ses Lumia d'une fonction de réalité augmentée, permettant notamment de retrouver son véhicule dans un parking. Pour faciliter la navigation sans détourner son regard de la route, de plus en plus de véhicules proposent également un dispositif d'affichage tête haute placé entre le volant et le pare-brise, donnant l'impression que les informations flottent au-dessus du capot.

Dans l'industrie, l’usine Airbus de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), utilise depuis 2012 la réalité augmentée pour simplifier certaines opérations, rendues complexes par les nombreuses possibilités de personnalisation de son gros-porteur A380.

Retrouvez notre dossier : A quoi ressemblera l'usine de demain ?

La réalité augmentée fait d'ailleurs partie des 34 plans industriels lancés par le gouvernement.

En laissant libres les mains de leur utilisateur, les lunettes de réalité augmentée ouvrent en effet de nouvelles possibilités pour les entreprises. La grande distribution y voit par exemple un potentiel moyen de guider un client dans les rayons ou de lui faire appraître des informations directement devant son oeil.

Réalité virtuelle : immersion totale

Dans le cas du casque Oculus Rift ou du projet Morpheus de Sony, l'utilisateur est plongé complètement dans un monde artificiel, créé numériquement, et qui peut être imaginaire, symbolique ou reprenant certains aspects du monde réel.

Au-delà du jeu-vidéo, la réalité virtuelle est pour le moment principalement utilisée dans le domaine de la simulation. Les économies de coûts pour des entraînement de parachutistes ou de pilotes par exemple sont non négligeables. Mais, comme l'a rapidement évoqué le patron de Facebook, on peut imaginer un grand nombre de nouvelles applications.

Dans l'industrie, le patron de SpaceX, Elon Musk, y voit un futur outil de conception en 3D d'éléments composant ses fusées, en l'associant à un détecteur de mouvements.

Le virtuel est même déjà une réalité dans l'aéronautique et dans l'automobile. Renault, a ainsi investi 3 millions d'euros en 2013 pour s'offrir un simulateur 3D interactif THD pour son ingénierie.

Avec des technologies aujourd'hui matures et un coût des composants en chute libre, les dispositifs intégrant réalités virtuelle ou augmentée sont appelés à se démocratiser au cours des prochaines années. Et en s'imposant dans les usages, plus personne ne pourra confondre ces deux technologies. A moins qu'un jour elles ne s'entrelacent - avec un "Oculus glass", hybride entre un casque de réalité virtuelle et des lunettes de réalité augmentée - mais ceci est une autre histoire...

Julien Bonnet

Comment le Big data bouleverse l'organisation des entreprises

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale