Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Realiz3D, la pépite qui met la maquette numérique 3D à portée de tablettes... prix "start-up" des Trophées de la simulation numérique

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Avec un moteur d’affichage 3D issu des jeux vidéo et un calcul dans le cloud, MyCloud3D parvient à créer et diffuser en temps réel des maquettes numériques 3D sur des terminaux banalisés même des tablettes. Les applications sont dans la construction, l’immobilier ou l’aménagement urbain.

Realiz3D, la pépite qui met la maquette numérique 3D à portée de tablettes... prix start-up des Trophées de la simulation numérique
Realiz3D logiciel de création de maquette 3D en temps réel.

Imaginez un promoteur immobilier qui vous fait visiter virtuellement l’appartement ou la maison à vendre. Vous pouvez, sur un PC standard ou une simple tablette, explorer en 3D le bien immobilier et interagir avec la maquette numérique pour choisir vos options (matériaux, équipements, réseaux…), tester le rendu et connaître les prix. Grâce au service Realiz3D de la start-up parisienne MyCloud3D, tout ceci devient possible, sans l’installation d’aucun logiciel client sur le terminal. "C’est la première fois que les professionnels de la construction et de l’immobilier peuvent créer et manipuler en temps réel des maquettes 3D sur des terminaux banalisés", vante Cédric Jutteau, cofondateur et directeur des opérations de la société.

 

Plateforme de calcul dans le cloud

Ces fonctions réclament des capacités de calcul et de bande passante telles qu’elles étaient jusqu’ici hors de portée d’un PC standard ou d’une tablette. Realiz3D contourne le problème en reportant le traitement dans le cloud dans un datacenter chez l’hébergeur Neo Telecoms à Gennevilliers, près de Paris. Cette plateforme, composée d’une dizaine serveurs, dispose d’une puissance de calcul modeste de 35,4 téraflops mais suffisante pour servir 200 à 250 utilisateurs simultanés.

 

MyCloud3D est allée jusqu’à créer ses propres serveurs de calcul. "Nous nous sommes inspirés de ce qui se fait dans les plateformes cloud de jeux vidéo, explique Cédrix Jutteau. Nos serveurs sont conçus pour fournir 99% des besoins de calcul avec des processeurs graphiques de Nvidia. Pour garantir la fluidité du service et la qualité du rendu via Internet, nous avons développé en partenariat avec l’INRIA un logiciel de virtualisation qui optimise le traitement graphique."

 

Moteur d'affichage 3D des jeux vidéo

Realiz3D emprunte aux jeux vidéo un autre composant, Unity 3D, le moteur d’affichage 3D de la société Unity Technologies, et intègre la technologie de streaming via internet de Scalable Graphics, une spin-off de l’INRIA. "La création et la manipulation de maquette numérique se cantonnaient à des spécialistes de la construction de bâtiment, note Cédric Jutteau. Nous l’affranchissons des contraintes des terminaux et d’internet pour la mettre à la portée de tous les professionnels de la construction, de l’immobilier et de l’aménagement urbain: constructeurs, architectes, promoteurs, agents… Elle peut être utilisée comme un outil de partage et de collaboration entre les différents intervenants d’un projet immobilier ou urbain. Elle peut également servir d’outil d’aide à la vente ou de simulation du réaménagement des bureaux."

 

Disponible depuis 2013, Realiz3D est utilisé déjà par une trentaine de professionnels de la construction, de l’immobilier ou de l’aménagement urbain, dont Bouygues Immobilier, Vinci Immobilier, Constructa, Stéphane Plaza Immobilier, Urbis, Nexity et Sogeprom. MyCloud3D, qui compte 29 personnes, s’attend à un chiffre d’affaires de 1,3 millions d’euros en 2016, contre 560 000 euros en 2015.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Xavier Cavin

29/06/2016 16h36 - Xavier Cavin

Scalable Graphics souhaiterait préciser que "pour garantir la fluidité du service et la qualité du rendu via Internet", le "logiciel de virtualisation qui optimise le traitement graphique" a été intégralement développé par notre société (qui est en effet une spin-off d'Inria), mais en aucun cas "en partenariat avec l’INRIA", ni avec une technologie issue d'Inria.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale