Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recrutement : Page Group utilise le marketing programmatique pour dénicher les bons CV

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cas d'école Sur le marché assez tranquille du recrutement, Page Group  innove en mobilisant les outis de la programmatique et du big data. Objectif : multiplier les dépôts de CV qualifiés pour les annonces. Pour cela, le cabinet de recrutement identifie les profils les plus susceptibles d'être intéressés et leur envoie des publicités idoines pour les faire venir sur son site.   

Recrutement : Page Group utilise le marketing programmatique pour dénicher les bons CV
Ce cadre a peut être été chassé pour ce poste, alors qu'il lisait son journal en ligne.

Si pour certains décrocher un emploi est une galère dont ils ne voient pas l’issue, pour d’autres c’est simple comme de surfer sur Internet et d’attendre d’être démarché par un chasseur de têtes. En effet, le cabinet Page Group a recours, depuis deux ans, aux outils issus de la programmatique (parmi d’autres) pour obtenir les CV de candidats de qualité.

 

La programmatique est cette technique de marketing utilisée pour la publicité. Elle offre la possibilité d’acheter en direct des espaces publicitaires sur le web ou sur un support numérisé. Vous voulez promouvoir une nouvelle marque de bière ? Vous choisiseesz d'acheter des espaces sur le web vus par des hommes âgés de moins de 40 ans, ayant déjà vu une publicité pour de l’alcool et aimant les motos.

Pour un emploi, d'autres critères sont utilisées car les cabinets de chasse signe des chartes de non-discrimination selon le sexe ou l'âge, Cela revient à pousser auprès des candidats en recherche active ou passive, c’est-à-dire ceux qui sont en poste et qui ne cherchent pas vraiment un nouvel emploi, une offre qui pourrait les intéresser. Le but est qu’ils aillent sur le site du cabinet de recrutement et y téléversent (upload) leur CV.

 

Attirer ceux qui n'y pensaient pas 

Les candidats passifs sont le vivier rêvé de tout offreur d’emploi. Pour les contacter, les chasseurs spécialisés disposent des informations présentes sur les réseaux spécialisés comme LinkedIn. "Avec ce type d’outil, on passe du temps à contacter les personnes, à attendre les réponses pour savoir s’ils sont ou non intéressés, explique Laurianne Fargeix, responsable marketing et communication France de Michael Page. La programmatique est un accélérateur de processus". L'expérience de Page Group montre que cet outil est particulièrement performant pour les profils d’ingénieur, en informatique, banque assurance, BTP et logistique. "La différence peut aller jusqu’à 5 points sur le taux de prise de contact rapporté au nombre de CV reçus", se réjouit la responsable du marketing.

 

Pour que s’affiche une bannière proposant une offre correspondant au profil de l’internaute, Page Group a recours aux techniques classiques de marketing : achat de base de données pour repérer des candidats intéressants, puis affinage du profil au fur à mesure des visites, afin de qualifier au mieux le besoin. Par exemple, le cabinet cherche des informaticiens. Il va acquérir des données de candidats passifs qui vont venir sur son site et les observer : les offres qu’ils regardent, celles qu’ils zappent, afin de leur proposer la fois suivante, grâce aux cookies laissés, une proposition adéquate.

 

De même, pour aller chercher des candidats passifs absents des bases de données, les experts utilisent la technique dite des jumeaux comportementaux. Le cabinet recherche des individus qui présentent des caractéristiques identiques des profils déjà connus et qui possèdent une capacité de transformation supérieure à la moyenne. Pour alimenter ces observations, le cabinet s’appuie sur sa base de données, qui contient, affirme-t-il, un million de CV ! Les modèles tournant depuis deux ans, ils s’enrichissent à chaque fois. Nnous analysons les profils de navigation qui transforment chez nous", précise la responsable communication et marketing.

 

Des équipes internes renforcées et un prestataire spécialisé

Si, pour ce nouvel outil, Michael Page a renforcé ses équipes (on ne saura pas le montant de l’investissement en euros ou en hommes). L’entreprise fait aussi appel à des prestataires comme Tradelab, un spécialiste du marketing programmatique, qui propose de l’achat en temps réel sur le web fixe et mobile. Autrement dit, c’est ce partenaire qui, techniquement, achète les bannières sur différents sites Internet pour pousser les offres de Page Group.

 

Pour améliorer en permanence les résultats, les flux d’information entre les deux entreprises sont incessants. Ainsi, chaque mois, Michael Page envoie un rapport sur la qualité des profils obtenus grâce aux insertions sur le web. "Nous sommes dans une logique de suivi. Ils nous donnent des informations pour savoir si les CV générés sont assez qualitatifs pur produire suffisamment d’entretiens téléphoniques puis physiques", explique Benoît Coucke, senior media trader et data analyst chez Tradelab. Grâce à ces échanges, celui-ci peut en permanence arbitrer entre les différentes offres qu’il a à promouvoir, décider par exemple d’une action correctrice ponctuelle sur les postes IT s’il observe des résultats en recul sur cette catégorie.

 

Les résultats obtenus sont encourageants et en progression. Michael Page insiste sur l’importance croissante de ce vivier. Sur les six derniers mois de 2015, 70 000 CV de candidats sont arrivés grâce aux outils programmatiques. Sur les 2,5 premiers mois de 2016, 40 000 CV ont déjà été réunis par ce moyen.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale