Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Retail et smart data : la révolution est en marche !

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Pour Thibaut Lemay, fondateur de Mazeberry, et Manuel Davy, président de Vekia, la survie des distributeurs passe par l'utilisation intelligente de leurs données, pour optimiser l'expérience client ou encore piloter les stocks... Le smart data est selon eux LE défi 2016 des distributeurs.

Retail et smart data : la révolution est en marche !
Retail et smart data : la révolution est en marche !
Pour exister durablement sur leur marché et continuer à croître, les entreprises se doivent de rechercher des solutions innovantes et de les mettre en œuvre de manière agile selon un modèle "quick wins". Aujourd’hui, la majorité des améliorations de performances passe par la smart data. Mise à l’honneur sur le Big retail show, salon organisé à New-York par la National Retail Federation, elle est LE challenge 2016 des distributeurs. 
 
Elle leur permet par exemple de prendre des décisions rapides sur une base factuelle, en laissant peu de place à l’erreur. Expérience client optimale, favorisation de la conversion, pilotage des stocks… C’est une véritable mine d’or sans laquelle l’entreprise ne peut tenir son niveau de performance face aux concurrents. L’année 2016 sera "smart" ou ne sera pas ! 
 
Si les distributeurs ont très bien compris les mécaniques de collecte de données et leur intérêt, ils doivent désormais passer à la smart data en s’équipant d’outils d’exploitation dédiés. 
 
La smart data réduit les coûts marketing 
Appliquée aux différents leviers marketing, la smart data aide les annonceurs à contrôler leurs investissements marketing. Que ce soit offline, grâce aux cartes de fidélité par exemple, ou en ligne, les données permettent désormais d’étudier l’ensemble des habitudes du client ainsi que son parcours pour cibler au mieux les messages à lui délivrer et définir les canaux les plus performants. 
 
La smart data favorise l’expérience client 
Grâce à une utilisation fine de la donnée, on atteint désormais le consommateur sans même qu’il en ait conscience, en facilitant son expérience en magasin ou en ligne. Il n’a plus à s’inquiéter de savoir où et quand il va récupérer son produit, comment il va le choisir... Toutes les données sont collectées en temps réel pour lui donner une réponse. Lors du Big retail show, le fondateur de la marque Under Armour a bien insisté sur le fait que l’entreprise gagnante est celle qui offre à ses clients une expérience en ligne et hors ligne de la même qualité. 
 
Exemple récent en date : l’éditeur Fluid qui a développé l'Expert personal shopper, s'appuyant sur le logiciel Watson d'IBM. Lancé en phase de test sur le site e-commerce de The North Face, l’assistant shopping pose une série de questions au prospect sur l’article désiré, par exemple quel manteau il souhaite et pour quel usage. Le logiciel calcule ensuite les températures maximales et minimales dans la région en cette saison, la puissance du vent, avant de demander si la veste est destinée à un homme ou à une femme. En fonction de ces informations, il affiche un premier éventail d'articles. 
 
La smart data optimise les stocks 
Ces nouvelles exigences du client demandent une gestion des stocks et de la supply chain beaucoup plus pointue. C’est donc le moment pour les professionnels du retail de s’adapter. Ils ont besoin de solutions qui font disparaître la complexité en proposant une aide à la décision fine et simple basée sur une automatisation intelligente. Grâce au ‘machine learning’ (une branche de l’intelligence artificielle), les systèmes peuvent désormais prendre en charge les centaines de millions de micro-décisions de gestion de stock quotidiennes. Ainsi, les professionnels de la supply chain se concentrent sur les choix stratégiques et laissent le système gérer la complexité.
 
Certaines entreprises françaises, comme Leroy Merlin, But ou Okaïdi, ont pris une longueur d’avance sur leurs concurrents et se sont déjà équipées d’outils de pilotage de la supply chain de type smart data. Elles ont ainsi pu optimiser leurs stocks de 5% à 10%, tout en augmentant jusqu’à 4% de leur chiffre d’affaires. 
 
Thibaut Lemay, fondateur de Mazeberry et Manuel Davy, président de Vekia
 
Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

à la une

Description obligatoire

Facebook fait voler son drone pour connecter les populations isolées

Le drone solaire conçu par Facebook pour connecter les populations des zones de la planète qui n'ont pas encore accès à internet est sorti de son hangar.

Baptisé Aquila, il a tenu en l'air 96 minutes à 600 mètres d'altitude pour son premier vol ce 21 juillet.

À terme, l'entreprise de Mark Zuckerberg voudrait lancer des flottes de ces engins capables de communiquer entre eux, à 18 kilomètres d'altitude.

23/07/2016 - 12h00 |

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale