Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Robocath, la start-up qui robotise l’angioplastie, lève 4,7 millions d’euros

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds Robocath, la start-up de Rouen, annoncera jeudi 18 mai une levée de fonds de 4,7 millions d’euros qui va lui permettre d’accélérer la commercialisation en Europe de son robot vasculaire, R-One. Présenté mercredi 17 mai à Paris au congrès européen de cardiologie EuroPCR, ce robot vise à protéger les cardiologues des rayons X utilisés pour l’exploration des artères lors des interventions d’angioplastie (dilatation des artères et pose de stents).  

Robocath, la start-up qui robotise l’angioplastie, lève 4,7 millions d’euros
Robocath, la start-up qui robotise l’angioplastie, lève 4,7 millions d’euros © Robocath

Robocath, société de robotique médicale installée à Rouen (Seine-Maritime) annoncera ce jeudi 18 mai la clôture d’une levée de fonds de 4,7 millions d’euros destinée à faciliter la commercialisation de sa solution robotique R-One actuellement en phase d’homologation CE.  Protégé par 20 brevets internationaux, ce robot permet d’assurer la manipulation à distance de cathéters lors d’interventions d’angioplastie (dilatation des artères et pose de stents) réalisées sous rayons X. Il a été présenté mercredi 17 mai à Paris au congrès européen de cardiologie EuroPCR. "R-One permet de protéger les praticiens qui sont aujourd’hui à proximité de la source de rayons X, ce qui les expose à une forte irradiation et les contraint à porter un tablier plombé de 10 kg", a expliqué à l’Usine Nouvelle Philippe Bencteux, le PDG fondateur de Robocath.
 

La levée de fonds est conduite par M Capital et Normandie Participations, structure normande de prise de participations en capital, avec le soutien de divers business angels et de NFactory, un incubateur et accélérateur de startup normand. La levée de fonds associe également Go Capital et le normand NCI, deux investisseurs qui accompagnent Robocath depuis 2013. Robocath a en effet déjà levé 1,8 millions d’euros par le passé auxquels se sont ajoutés 1,6 millions d’euros d’aides publiques apportées notamment par BPI France.  La feuille de route de Robocath est de commercialiser ce robot en 2018 en Europe et au Moyen-Orient.  Le lancement aux Etats-Unis est programmé pour 2019.

 

Réduire l’irradiation aux rayons X des cardiologues

 

Philippe Bencteux a fondé Robocath en 2009 à partir du constat que la robotique vasculaire allait s’imposer étant donné qu’en cardiologie interventionnelle, les praticiens étaient particulièrement exposés aux rayons-X et au risque de tumeur cérébrale et de cataracte.« L’irradiation moyenne des cardiologues est de 40 millisieverts par an : c’est le double de la dose annuelle moyenne autorisée en France » explique le médecin radiologue.

R-One permet selon lui, de réduire de 95 % l’irradiation aux rayons-X du cardiologue. Eloigné du système d’angiographie, source de rayons X, le praticien télémanipule le cathéter avec des joysticks depuis une console distante en étant, de surcroît protégé par un paravent plombé. Il peut ainsi naviguer avec des mouvements combinés de translation et de rotation dans les artères du patient sans avoir besoin de porter un tablier plombé. La « plateforme robotique » mise au point par Robocath, repose sur deux technologies majeures, l’une (R-grasp) permettant de reproduire les  mouvements de la main (rotation et translation simultanée) et l’autre ( SecurAccess) de fiabiliser et sécuriser le geste médical.

 

La cardiologie : le plus grand marché en médecine mais le moins adressé par les robots

 

Du fait de la précision accrue des manipulations, R-One permet aussi de réduire de 40 % la dose d’iode injectée au patient pour visualiser l’intérieur des artères, pointe Philippe Bencteux. "Le cardiologue est moins stressé, et son geste plus précis ; il peut évaluer les lésions et mesurer par l’intérieur la longueur du rétrécissement de l’artère avec plus de précision qu’avec la projection en deux dimensions habituelle". Une fois l’artère dilatée, le praticien peut larguer le stent à l’endroit précis du rétrécissement de l’artère et le positionner de façon stable.

Le marché visé par Robocath (lauréate du prix européen Techinnov ; certification iso 13485) est considérable. 120.000 interventions d’angioplastie sont en effet réalisées par an en France et 4 millions dans le monde. Philippe Bencteux aime souligner ce paradoxe : la cardiologie est le plus grand marché en médecine, mais c’est le marché le moins adressé par les robots … alors que les cardiologues sont très exposés aux rayons X.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale