Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[Silicon Valley Safari] Episode 3 : "Spray... and Pray ! "

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Incubateurs, start-up, géants de la tech… Pendant une semaine, une vingtaine de chefs d'entreprise et de cadres dirigeants français se frotte à l'écosystème de la Silicon Valley. L'Usine Digitale les accompagne tout au long de cette learning expedition et tient un carnet de voyage 2.0. Découvrez aujourd'hui le troisième épisode, marqué par une immersion dans l'univers des capital-risqueurs.

[Silicon Valley Safari] Episode 3 : Spray... and Pray !
La structure 500 Startups (à la fois fonds d'investissement et accélérateur) a déjà investi dans 1800 start-up. © Juliette Raynal - L'Usine Digitale

Une vingtaine de cadres dirigeants et de chefs d'entreprise français participent à une semaine d'immersion dans la Silicon Valley, dans le cadre du programme AMP (Advanced Management Program) de l'EDHEC. Jour après jour, L'Usine Digitale les suit dans ce safari 2.0, organisé en partenariat avec la chambre du commerce franco-américaine de San Francisco. Voici les moments clefs de cette troisième journée. 

 

L'acronyme

La recette d'un bon pitch ? C'est SAME ! Pour Similes, Analogies, Metaphors and Examples (similitudes, analogies, métaphores et exemples, en bon français). Un moyen, selon Scottie Spurzem, coach à l'Université de Californie à Berkeley, de créer des souvenirs… et de retenir l'attention des investisseurs.

 

L'expression

Agenda – jour 3

  • Cours de pitch
  • Visite de 500 Startups
  • Cours sur le capital-risque
  • Open Table
  • Pinterest

 

"Spray and...Pray !" C'est la formule consacrée pour désigner la méthode d'un fonds d'investissement généraliste, qui choisit de multiplier les petits investissements dans de nombreuses jeunes pousses pour maximiser ses chances de tomber sur une future licorne, c’est-à-dire une start-up valorisée plus d'un milliard de dollars. Une approche privilégiée par la structure 500 Startups, qui a déjà investi dans près de 1800 jeunes pousses. 

 

Le décryptage

Une start-up lève 50 millions d'euros. A première vue, c'est une très bonne nouvelle. La jeune pousse va pouvoir se développer et attaquer de nouveaux marchés. Mais bien souvent, les coulisses de cette augmentation de capital n'est pas dévoilée au public. Quel pourcentage du capital les investisseurs (VCs) ont-ils acquis ? Quelle est la nature des parts qu'ils détiennent ? Alain Harrus, associé et CEO du fonds d'investissement Kateeva, explique que selon les termes de l'opération, la levée de fonds peut exposer l'entrepreneur à un risque de dilution. D'où l'importance de bien négocier les termes du tour de table, pour ne pas donner trop de capital dès la première levée, et de prendre le temps de choisir ses investisseurs. Dans la Silicon Valley, on dit souvent qu'une relation entrepreneur-VC c'est comme un mariage, sauf que le divorce n'est pas possible ! 

 

Le chiffre

18 mois. C'est la durée moyenne de l'ancienneté d'un développeur dans une entreprise de la Silicon Valley. En changeant de société à ce rythme, les développeurs peuvent augmenter leur salaire d'environ 15%, confie un ingénieur de Pinterest.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale