Actualité web & High tech sur Usine Digitale

SoBus veut refaire le coup de Captain Train (mais avec le bus)

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up SoBus s'inspire de Captain Train (devenu Trainline) en proposant de réserver les billets de bus longue distance de plusieurs opérateurs sur une seule plate-forme web.

SoBus veut refaire le coup de Captain Train (mais avec le bus)
SoBus veut refaire le coup de Captain Train (mais avec le bus) © Ouibus

Un pure-player de la réservation de bus en ligne va-t-il émerger en France ? Il y a sans doute une place à prendre avec l'essor des autocars longue distance à la Ouibus ou Flixbus. La start-up SoBus veut être cet acteur indépendant qui permettra de comparer les prix et de créer des voyages sur mesure en combinant les offres de plusieurs opérateurs.

 

Le site, créé en janvier 2016, est à l'origine un "simple" comparateur comme Comparabus. Il a ajouté une fonction "achat de billets" directement sur le site (sans rediriger vers les opérateurs comme le fait Busradar par exemple) en mars 2017. "Ouibus, Isilines, Eurolines et Alsa sont disponibles", explique Matthieu Marquenet, ancien directeur du développement de Smart Me Up qui a rejoint la société fin 2016 comme CEO. "Il ne manque plus que Flixbus pour que l'offre française soit complète". Les négociations sont en cours.

 

Un partenaire des sociétés d'autocar

SoBus permet de créer des trajets complexes en créant des escales et en combinant des trajets d'opérateurs différents. Y compris pour des voyages vers des pays frontaliers. Le tout avec simplicité : il n'est même pas nécessaire de s'inscrire. "Nous avons plus de 5000 trajets dans la base, et encore plus en tenant compte des escales", explique le directeur. Et à chaque fois, les options et promotions disponibles sont énumérées, grâce à une connexion avec l'API de chaque transporteur.

 

Les opérateurs d'autocars ne font pas barrage à ce type d'initiative. "Ils nous voient comme un partenaire, ils se disent qu'un acteur indépendant de la réservation va forcément émerger". SoBus veut être celui-là. Il y a une place à prendre, car "même si le panier moyen est moins élevé que dans le train, cela est compensé par une commission plus importante pour les vendeurs", explique Matthieu Marquenet.

 

Dès juillet à station F

En juillet 2017, SoBus intègrera le "Founders Program" du campus de start-up Station F au cœur de Paris. Ses dirigeants ont beaucoup d'ambition pour leur site. "On a vocation à couvrir toute l'Europe, à commencer par l'Italie, la Suisse, l'Espagne, l'Allemagne et le Benelux. On a beaucoup de projets : améliorer notre référencement, traduire le suite en anglais, créer une application mobile, un chatbot…", explique Matthieu Marquenet.

 

Il est encore un peu tôt pour envisager une première levée de fonds : SoBus veut d'abord augmenter son nombre de clients et fiabiliser son service. Il compte bien profiter des ponts de mai et des vacances d'été pour monter en puissance.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale