Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Start-up digitale de l'année : Dataiku rend vos données productives

| mis à jour le 16 octobre 2014 à 20H21
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dataiku a reçu le prix de la start-up digitale de l'année, pour avoir fait parler intelligemment les données. Il récompense les entreprises de moins de 5 ans s'étant s'illustrées dans la transformation numérique de l'économie française en créant de la valeur ou des emplois.

Start-up digitale de l'année : Dataiku rend vos données productives
Start-up digitale de l'année : Dataiku rend vos données productives © D.R.

Les entreprises reposent sur une mine d’or inexploitée : leurs données. Florian Douetteau et ses associés, en créant Dataiku en janvier 2013, ont décidé de mettre fin à cette frustration en leur proposant un logiciel qui facilite la construction d’outils d’analyse prédictive.

Le Déclic

"En rencontrant des entreprises qui voulaient 'faire quelque chose' avec leurs données, sans trop savoir comment. Nous avons décidé d'aider le plus grand nombre en construisant un outil adapté."
Florian Douetteau, co-fondateur de Dataiku

Vente-privee.com l’utilise pour prévoir le taux d’écoulement de ses produits, BlaBlaCar pour anticiper les coûts et revenus de ses campagnes marketing, Parkeon pour prédire les besoins en stationnement. "Le point commun de nos premiers clients est d’être des établissements qui s’organisent ou se réinventent autour de la donnée", estime Florian Douetteau.

Car c’est en priorité aux entreprises traditionnelles que s’adresse Dataiku : pas aux Google petits ou grands, dont c’est le métier de base. Son logiciel, Data Science Studio, est une interface pour se connecter à toutes les sources de données d’une entreprise et à tous les outils reconnus dans le domaine du big data. Dataiku a réalisé 650 000 euros de ventes au cours de sa première année et espère doubler ce montant en 2014. Les ventes à l’export devraient être lancées en 2015. Le marché américain est en ligne de mire, mais la concurrence est rude, avec des mastodontes installés tel SAS Institute, et une quinzaine de start-up qui s’apprête à lever des millions de dollars dans ce domaine très prometteur.

Thierry Lucas

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale