Actualité web & High tech sur Usine Digitale

STMicroelectronics ne fera plus de circuits pour décodeurs et box Internet : 1400 emplois supprimés

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Comme prévu, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs STMicroelectronics a décidé d’arrêter tout développement de circuits pour décodeurs et box internet. A la clé, la suppression de 1400 emplois dans le monde, dont 430 départs volontaires en France.

STMicroelectronics ne fera plus de circuits pour décodeurs et box Internet : 1400 emplois supprimés
STMicroelectronics ne fera plus de circuits pour décodeurs et box Internet : 1400 emplois supprimés © Guittet Pascal
Comme prévu par L'Usine Digitale, STMicroelectronics a choisi l’option de sortir en douceur des décodeurs et box internet. Pour mettre fin aux pertes chroniques dans son activité DPG (Digital product group), la direction a décidé d’arrêter tout développement de nouveaux circuits pour ce marché compliqué. Les élus du personnel en ont été informés lors d’une téléconférence avant la présentation, ce 27 janvier 2016, des résultats annuels 2015 aux analystes et médias.
 
 
1400 suppressions d'emplois, dont 430 en France
Cette décision oblige le groupe à "réaligner" les effectifs en supprimant 1400 postes d‘ici 2018, soit près de la moitié du personnel employé dans le monde par la division DPG, dont 470 en Asie et 120 aux Etats-Unis. Pour la France, qui compte environ 1000 personnes dans cette activité, principalement à Grenoble, il y aura 430 suppressions d’emplois d’ici 2018 sur la base de départs volontaires, dont 150 pendant l’année 2016. Environ 600 salariés, travaillant aujourd’hui pour les décodeurs et box internet, seront redéployés sur des projets de développement de circuits numériques pour l’automobile et les microcontrôleurs.
 
"Cette décision difficile est en adéquation avec notre stratégie qui consiste à n'opérer que des activités soutenables financièrement, et est la conséquence des pertes significatives de l'activité produits pour décodeurs au cours des dernières années dans un environnement de marché de plus en plus difficile", justifie le PDG Carlo Bozotti, dans le communiqué de presse.
 
Les économies attendues de la sortie en douceur des décodeurs et box internet sont estimées à 170 millions de dollars par an à la fin de mise en place du plan. Mais la restructuration devrait coûter autant.
 
 
Remise à plat de l'organisation
Coté stratégie, le groupe se recentre sur les applications "smart' comme la voiture connectée et l’Internet des objets. "Au cours des prochaines années, la croissance sur le marché des semi-conducteurs proviendra principalement des applications pour l'automobile, l'industrie et l'Internet des Objets, explique Carlo Bozotti. Nous sommes concentrés sur la conquête de ces marchés et des opportunités qu'ils recèlent pour alimenter la croissance de ST à partir de 2016."
 
Pour cela, l’organisation actuelle en deux grands silos, d’un coté les circuits numériques majoritairement en France, et de l’autre les circuits analogiques, présents surtout en Italie, est abandonnée. Elle laisse la place à trois activités : celle des produits automobiles et discrets (Automotive and Discrete Group - ADG), dirigée par Marco Monti ; celle des Microcontrôleurs et circuits numériques (Microcontrollers and Digital ICs - MDG) dirigée par Claude Dardanne ; et celle des produits analogiques et MEMS (Analog and MEMS Group - AMG), dirigée par Benedetto Vigna. Une nouvelle organisation que Carlo Bozotti juge mieux adaptée au nouveau positionnement du groupe. Jean-Marc Chéry, qui dirigeait l'activité circuits numériques, reprend ses anciennes fonctions de directeur de la technologie et de la production et conserve son titre de directeur général.
 
 
Inquiétude chez les syndicats sur l'avenir du groupe
Chez les syndicats, c’est l’inquiétude sur l’avenir de l’entreprise qui domine. "Nous assistons à une absence d’une vraie stratégie de croissance et développement, déplore Marc Leroux, délégué CGT. Nous sommes choqués par l’ampleur des suppressions d’emplois. Et le recul dans les circuits numériques, qui sont essentiels dans les marchés smart de demain, constitue une grande erreur."
 
Les élus du personnel ont rendez-vous les 9 et 10 février 2016 avec la direction, pour discuter des modalités de mise en place de ce plan, lors d’un comité central d’entreprise.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale