Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Technicolor a encore tiré 511 millions d’euros de la valorisation de ses brevets... mais après 2017 ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

En 2015, Technicolor a tiré 511 millions d'euros de la valorisation de ses brevets, ce qui représente 67% de son bénéfice pour seulement 14% de son chiffre d’affaires total.

Technicolor a encore tiré 511 millions d’euros de la valorisation de ses brevets... mais après 2017 ?
Technicolor a encore tiré 511 millions d’euros de la valorisation de ses brevets... mais après 2017 ? © hjl - Flickr - C.C.

Les brevets continuent à être la vache à lait de Technicolor. En 2015, leur valorisation a rapporté à l’ex-Thomson un revenu de 511 millions d’euros, en progression de 4,2% par rapport à 2014. Une grande partie (288 millions d’euros) est réalisée via le consortium Mpeg LA de brevets dans les technologies de compression vidéo Mpeg 2, Mpeg 4 et HEVC. L’autre partie (202 millions) provient de la cession de licences gérées en interne.

 

Les revenus tirés des brevets représentent 67% de l’EBITDA (et donc des bénéfices) du groupe français des technologies pour les médias et le divertissement, pour seulement 14% du chiffre d’affaires total.

 

fin des brevets Mpeg en 2017

Les perspectives s’annoncent toutefois moroses à court terme, avec la fin d’ici 2017 du programme de cessions de licences du consortium Mpeg LA pour la technologie Mpeg 2, dont tous les brevets seront tombés dans le domaine public. Technicolor mise sur de nouveaux programmes internes de cession de licence dans la télévision numérique ou les écrans de moniteurs informatiques pour prendre le relais. A voir.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Leru

07/03/2016 12h11 - Leru

Quelle honte d'avoir dilapider Thomson. Technicolor dispose de superbes bâtiments porte de Versailles et pourtant les investisseurs ont été spoliés. C'est une tristesse de voir que tous ces médias ne puissent faire vivre leur société et que ce soit l'argent public qui soit utilisé pour faire vivre ces emplois pourtant grassement payés.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale