Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Toshiba cherche 1,8 milliard de dollars pour financer sa restructuration

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

En mal de liquidités, le géant japonais de l’électronique Toshiba réclame à ses banques une rallonge de 200 milliards de yens pour financer sa lourde restructuration.

Toshiba cherche 1,8 milliard de dollars pour financer sa restructuration
Toshiba cherche 1,8 milliard de dollars pour financer sa restructuration © wikimedia commons - ???: ????

Toshiba appelle ses banques au secours. En mal de liquidités, le géant japonais de l’électronique leur réclame une rallonge de 200 milliards de yens de crédit, l’équivalent de 1,8 milliard de dollars. Des moyens supplémentaires destinés à l’aider à financer sa lourde restructuration.

 

Un plan de restructuration qui coûte 260 milliards de yens

En proie à un scandale financier majeur (falsification des comptes financiers depuis 2009 pour cacher l’ampleur des pertes dans la télévision, l’électroménager, les PC ou encore les composants électroniques), Toshiba est engagé dans un vaste plan de remise en cause de sa présence dans les activités à problèmes. A la clé, la suppression de 10 600 emplois dans le monde d’ici mars 2017. Ce remède de cheval représente un coût de 260 milliards de yens, dont 104 milliards de yens sur l’exercice fiscal en cours à clôturer le 31 mars 2016.

 

Vente de l'éclairage au chinois Konka

Présent sur l’ensemble de la chaîne de l’électronique, depuis les composants jusqu’aux centrales nucléaires, Toshiba envisage la cession de toutes les activités jugées non stratégiques pour se recentrer sur les solutions d’énergie et de stockage de données : électroménager, médical, PC et tous ses semiconducteurs à l'exception des mémoires flash. Il vient de vendre son éclairage au chinois Konka. Mais le fruit récolté est maigre : seulement 1 milliard de yens, soit moins de 9 millions de dollars.

 

Situation plus critique que prévue

Le géant japonais dispose déjà d’une ligne de crédit de 400 milliards de yens de la part de ses banques. Insuffisant pour faire face à une situation qui s’avère plus critique que prévue. Sur l’exercice en cours à clôturer les 31 mars 2016, il s’attend désormais à une perte de 710 milliards de yens, la pire de toute son histoire, au lieu de 550 milliards de yens prévue auparavant.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale