Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Travelcar récupère les actifs (et les salariés) de Tripndrive

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Consolidation (forcée) dans l'autopartage pour voyageurs. Après la liquidation judiciaire de Tripndrive, Travelcar reprend les actifs et les salariés de son (ex-)concurrent.

Travelcar récupère les actifs (et les salariés) de Tripndrive
Travelcar récupère les actifs (et les salariés) de Tripndrive © Travelcar

Une levée de fonds réussie ou manquée peut projeter une start-up dans le tourbillon du succès…  ou dans l'abîme. Tripndrive l'a appris à ses dépens. La défection d'un fonds d'investissement a précipité la liquidation judiciaire de la start-up le 16 mars 2017.


Moins d'un mois plus tard, bonne nouvelle : les huit salariés de la jeune pousse sont repris par son concurrent Travelcar. Il s'ajoutent à la cinquantaine de salariés de la start-up parisienne créée fin 2012. "Nous cherchions justement à recruter sur ce type de compétences", commente Lotfi Louez, co-fondateur de Travelcar (anciennement Travelercar). "On ne se voyait pas reprendre uniquement les actifs. On aurait bien aimé que les dirigeants de Tripndrive nous rejoignent aussi, car on a besoin de monde pour nous épauler. Mais ils ne l'ont pas souhaité".

 

Une promesse commune

Travelcar avait déjà racheté le service concurrent Carnomise en 2015. Tous ces services se sont bâtis sur une promesse similaire : permettre aux voyageurs de laisser leur voiture en location pendant leur séjour, ce qui permet à des tiers de louer un véhicule à prix réduit.

 

Pour Travelcar, la chute de Tripndrive est "une surprise". "On ne s'y attendait pas du tout, on ne le souhaitait pas non plus", confie le directeur général. "On pensait qu'ils allaient boucler leur levée de fonds". Les ex-salariés de Tripndrive vont être mis à contribution pour développer au sein de Travelcar une offre d'abonnement similaire à celle qu'ils avaient créée, Le Pass. "Tripndrive avait pivoté sur une nouvelle forme de leasing, qui permet de financer l'achat d'une voiture neuve par la location entre particuliers", explique Lofti Louez.

 

Partenariat confirmé avec PSA

Les synergies sont moins évidentes sur le marché du parking  et location de véhicules pour voyageurs, car les offres des deux start-up étaient très similaires.  Les bases de données vont être fusionnées, avec 300 000 clients côté Travelcar et 50 000 chez Tripndrive (mais avec beaucoup de doublons). Travelcar va continuer à développer son offre de parkings et de locations de véhicules autour des hubs de transport, en ne visant plus seulement les voyageurs, en Europe. Mais il se lance surtout aux Etats-Unis avec le soutien de PSA, qui était aussi un partenaire de Tripndrive. Là aussi, le travail de la défunte start-up va perdurer sous une autre forme.


Lofti Louez s'attend à d'autres consolidations dans le secteur de la mobilité partagée. "Il y a l'arrivée annoncée de l'américain Turo (créé par des Français) et la diversification de Blablacar, donc ça va encore bouger", prédit le co-fondateur de Travelcar.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale