Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Trois objets connectés issus de l’e-Lab de Bouygues

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L’Internet des objets, un axe majeur de transformation numérique des métiers de Bouygues, est au cœur de la mission de l’e-Lab, son centre d’innovation dans le digital. Coup de projecteur sur trois objets connectés issus de ses travaux.

Trois objets connectés issus de l’e-Lab de Bouygues
Ce capteur conçu pour Colas par le e-lab de Bouygues permet de détecter la présence des véhicules en stationnement.

Bouygues fait de l’Internet des objets un axe majeur de la transformation numérique de ses métiers. Il s’appuie pour cela sur l’e-Lab, son centre d’innovation dans le digital. L’une de ses missions est de créer des objets connectés innovants de nature à aider les entités du groupe à améliorer la productivité, réduire les risques ou développer de nouveaux services. Coup de projecteur sur trois objets emblématiques issus de ses travaux.

 

Le casque sans fil

Il a été développé pour Colas Rail, l’entité de construction d’infrastructure ferroviaire du groupe. Pour l’heure, l’objet ne transmet pas de données. Il sert juste aux agents sur chantier à communiquer en mains libres, sans être gênés par le bruit des engins ou de l’environnement. Jusqu’à six personnes peuvent se parler en simultané. "C’est un outil important de productivité, explique Etienne Gaudin, directeur de l’innovation de Bouygues et directeur de l’e-Lab. Il vise à améliorer la communication et la collaboration sur les chantiers. Le gain de productivité atteint jusqu’à 50%. Il est déjà déployé par Colas Rail. Nous réfléchissons sur une version qui transmet des données sur le travail des agents." Pour la communication radio, le casque s’appuie sur la technologie à bande étroite de la start-up grenobloise Adeunis RF.

 

Le capteur de présence de véhicule

Codéveloppé avec Colas et le CEA, il se destine à être enfoncé dans la chaussée. Grâce à son magnétomètre intégré, il sert alors à détecter la présence de véhicules sur les places de stationnement ou à compter les passages de véhicules sur routes. Il est en phase de déploiement pilote.

 

La pastille de géolocalisation

C’est l’un des projets qui mobilise aujourd’hui l’e-Lab sous le nom provisoire Ubifeel. Il s’agit d’un petit objet connecté renfermant dans le format d’une pastille de 3 cm de diamètre un accéléromètre, un modem radio LoRa et une pile. Il sera posé sur les petits équipements de chantiers BTP (marteau-piqueurs, perforateurs, crochets de grue, brouettes…) qui ne sont pas encore suivis, contrairement aux gros engins. "Grâce à cet objet, il sera possible de connaitre l’utilisation précise des équipements sur le chantier, de savoir où ils sont et comment ils sont utilisés, afin d’en optimiser la logistique et de lutter contre le vandalisme," explique Etienne Gaudin.

 

L’objet ne comprend pas de puce GPS, trop gourmande en énergie. Il bénéficie des fonctions de géolocalisation par triangulation incluse dans la technologie LoRa. Le développement se poursuit avec différents designs et formats pour le compte de Bouygues Construction, Bouygues Energies & Services et Colas. "Nous voulons parvenir à un objet bon marché qui coûte environ 10 euros", confie le patron de l’e-Lab. Pour en augmenter le volume de production et en réduire ainsi le coût, Bouygues envisage de le mettre à la disposition de toutes applications de géolocalisation et suivi de matériels et l’ouvrir à des utilisateurs en dehors du groupe même concurrents. Le déploiement pilote est prévu après l’été 2016.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale