Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Une campagne de crowdfunding pour créer une école de code à Gaza

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Grâce à une campagne de financement participatif, une association gazaouie va créer une académie où les nouvelles tendances technologiques seront enseignées et mises en pratique.

Une campagne de crowdfunding pour créer une école de code à Gaza
Une campagne de crowdfunding pour créer une école de code à Gaza © Gaza sky geeks

"Les Gazaouis sont des gens intelligents qui élaborent des idées innovantes pour les entreprises. Dans une certaine mesure, leur environnement si difficile les pousse à trouver des solutions fantastiques. Ils méritent notre soutien et nos investissements tout comme n'importe quel autre entrepreneur dans le monde." David Mc Clure n’économise ni ses compliments ni son soutien pour la high-tech dans la bande de Gaza. Ce fondateur de l’accélérateur 500 start-up  est un serial-investisseur de la Silicon Valley. Membre du bureau de Gaza Sky Geek (GSG), une association créée par l’ONG américaine Mercy corps et dédiée à la high-tech gazaouie, Mc Clure est l’un des nombreux soutiens californiens de la high-tech palestinienne.

 

Plus de 50% de femmes

De nombreux programmes ont déjà permis de soutenir des entrepreneurs dans la création de leur start-up. Les femmes sont particulièrement accompagnées par l’organisation américaine. Elles composent aujourd’hui plus de 50% des effectifs de la High-tech gazaouie. Un succès notable pour une population qui vit sous le joug du Hamas depuis 2006 et au sein de laquelle 60% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage.

 

Le fondamentalisme politique n’est pas la seule contrainte à laquelle doit faire face cette population qui a vécu trois conflits en sept ans et qui survit tant bien que mal au milieu d’un blocus quasi-permanent. Encerclés à la fois par la Mer méditerranée, l’Egypte et Israël, les Gazaouis s’échappent par le biais d'Internet. Une liberté de courte durée tant les coupures d’électricité sont nombreuses ces derniers temps. En moyenne, la bande de terre palestinienne ne dispose que de six heures de courant par jour. Une limite très contraignante pour développer une économie numérique. Les start-up doivent déjà s’accommoder d’une connexion internet réduite. Si la 3G commence à peine à fonctionner, la 4G est encore hors de portée. Israël n’est toujours pas disposé à l’accorder à l’ensemble des Territoires palestiniens.

 

Succès inespéré pour la campagne de crowdfunding

En 2014, Gaza Sky Geeks (GSG) avait déjà fait appel au crowdfunding. La campagne s’appelait "Gaza starts" et avait permis de lever 267 000 dollars.  Des start-up en grande difficulté avaient pu maintenir leur activité. L’organisation avait prolongé ses efforts de développement et généré d’autres créations d’entreprise.

 

Cette fois-ci, GSG avait pour simple ambition de lever 95 000 dollars. Avec un double objectif : financer l’achat de générateurs d’électricité en permettant un fonctionnement de leur local sans interruption, et enfin créer une académie pour développeurs : une école pour apprendre à coder. "Le plus grand défi auquel sont confrontés nos entrepreneurs est l'isolement, confie à l’Usine Digitale, Emma Tracey de Mercy Corps. En raison des restrictions sur les déplacements à l'extérieur de Gaza, les Palestiniens ont moins accès aux dernières tendances technologiques internationales et ils ont des difficultés à créer des réseaux professionnels. La meilleure façon de combler cette lacune est donc de développer une académie de codage à Gaza, mais aussi d’embaucher un chef de produit et un chef d'ingénierie à Gaza pour travailler pendant une année entière avec nos équipes, et enfin d'amener le plus de Gazaouis possible à l'étranger pour des stages".


Il reste encore une douzaine de jours avant la fin de la campagne mais l’ONG a déjà accumulé 244 000 dollars, et espère atteindre les 400.000 dollars. Une aubaine pour l’organisation qui va donc revoir à la hausse ses objectifs. Premier coup de pouce : de nouveaux chauffages ont déjà été commandés pour permettre aux développeurs de travailler sans leur manteau cet hiver.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale