Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Une chambre d’hôtel pour quelques heures, s’il vous plaît ! Ou le succès de Dayuse.com

mis à jour le 21 novembre 2016 à 05H54
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cas d'école Dayuse.com, première solution de réservation de chambre d'hôtels en journée, poursuit son ascension. Elue start-up de l’année en Île-de-France en septembre 2016 par EY, elle a reçu le "People's Choice Award" de l’événement Phocuswright le 17 novembre 2016. Et a annoncé le même jour un partenariat avec Dhisco, leader de la distribution hôtelière. Focus sur cette start-up française du numérique qui a su séduire plus de 3000 hôteliers et 150 000 utilisateurs dans le monde.

Une chambre d’hôtel pour quelques heures, s’il vous plaît ! Ou le succès de Dayuse.com
De 11h à 15h, la chambre au C.O.Q, hôtel élégant dans Paris, est à partir de 70€ sur Dayuse.com, soit - 67 % par rapport au tarif de la nuit (210€). © Dayuse.com

Une chambre pour une heure, deux, trois… ou cinq heures. C’est le principe de Dayuse.com, première solution de réservation de chambre d'hôtels en journée.  A priori, l’idée peut paraître décalée… voire connotée "5 à 7". Peut-être, mais le concept cartonne. Créée en 2010 avec un capital de 4000 euros, la société prévoit un volume d’affaires de 20 millions d’euros pour l’année 2016, contre 10 millions d’euros en 2015. Elue start-up de l’année en Île-de-France en septembre 2016 par EY, Dayuse.com vient de remporter le "People's Choice Award" dans la catégorie LAUNCH à l'occasion de la conférence Phocuswright de Los Angeles, rendez-vous mondial de l’industrie du tourisme en ligne. La clé du succès ? Une solution numérique qui vient répondre à une demande des hôteliers et réveiller leurs actifs dormants.

 

La commercialisation digitale de la chambre en journée

"Le 'Day Use' a toujours existé. Il y a toujours eu de nombreuses demandes entrantes, de couples, certes, mais aussi beaucoup de professionnels du tourisme ou d’hommes d’affaires. Mais les hôteliers n’avaient pas la solution ni l’organisation pour les gérer", assure Iscliff Lebée, Directeur Général. C’était le cas de David Lebée, fondateur de la société. Alors directeur de l’hôtel Amour à Paris, il refusait tous les jours des demandes de réservation de chambre en journée, faute de capacité. Or, 15 à 20 % des chambres étant vides entre 11h et 17h, le manque à gagner était évident.

Avec sa sœur Eugénie Lebée, graphiste, et Thibaud D'Agrèves, manager de l’hôtel Amour, David Lebée décide de créer en 2010 une plateforme commerciale de réservation pour les chambres en journée : Dayuse.com.  Dates, créneaux horaires, prix… L’outil permet aux hôteliers de gérer de manière automatique les demandes de réservation en journée. Pas besoin de développement, la solution vient se "greffer" aux logiciels existants. "Tout le parcours digital est automatisé, précise Iscliff Lebée. Nous avons industrialisé le process d'envoi de réservation."

Première question posée aux hôteliers partenaires : "A quelle heure arrivent et repartent vos femmes de ménage ?" Car "l'idée est de définir une offre en journée avec une organisation déjà présente : la plupart des employés étant habituellement en faible activité en milieu de journée, on décale donc les horaires des femmes de ménage."

 

Des revenus additionnels pour les hôteliers

Quant aux tarifs, ils sont jusqu'à 75% inférieurs à ceux de la nuitée. Les établissements bénéficient également de la visibilité offerte sur le site de réservation. Bilan pour les hôteliers utilisant la plateforme ? +10 à 15% de revenus additionnels. Côté business model, l’installation de la solution est gratuite, Dayuse.com se rémunère sur les réservations effectuées, soit 18 à 20 % de commission.

Preuve de son potentiel, la start-up a très vite reçu le soutien de professionnels reconnus : Paul Dubrule, président du conseil de surveillance du Groupe Accor, Jacques-Antoine Granjon, fondateur de Vente-privée.com, et Charles Petruccelli, ex-Président Monde d'American Express Voyages d’Affaires, sont tous les trois entrés au capital de la société.

 

3000 hôtels et 150 000 utilisateurs

La société emploie aujourd’hui une soixantaine de perosnnes et est présente dans 18 pays, en Europe principalement. Elle dispose d’une offre de 3000 hôtels, des établissements de chaînes, de trois à cinq étoiles comme Accor ou Mariott, et des boutique-hôtels. "Nous identifions les villes dans lesquelles on veut se développer, puis on regarde les hôtels dans les zones à forte attraction : centres-villes, aéroports, gares, centres de conférences…"

Près de 150 000 clients utilisent la plateforme. Le profil ? Des compagnies aériennes qui ont besoin de mettre des chambres à disposition pour des clients dont le vol a été retardé ou annulé, des professionnels en transit qui ont besoin d’un lieu de travail, des médias ou marques qui recherchent des lieux pour des shooting ou des interviews, et bien sûr des couples qui veulent bénéficier des structures d’un hôtel (piscine, spa… ) le temps d’un après-midi.

 

Cap à l’international

Mais Dayuse.com ne compte pas s’arrêter là. La société surveille de très près les bots intégrés aux messageries type Messenger, Skype ou Wechat. "C’est un sujet qui est dans notre roadmap, on s’y intéresse depuis environ 6 mois". Mais c’est surtout l’international que la start-up lorgne de près. Amérique du Nord, Asie, Brésil, Dubaï, Australie… La société a levé 15 millions d’euros fin 2015 pour se développer au niveau mondial. Depuis, elle a ouvert un bureau à New York, dirigé par Marion Roger, experte du marché nord-américain. "L'objectif est de bien définir le modèle de déploiement à New York pour s'étendre sur tous les Etat-Unis en 2017", indique Iscliff Lebée.

Dayuse.com franchit aujourd’hui un nouveau cap avec son partenariat avec Dhisco, leader de la distribution hôtelière, annoncé le 17 novembre 2016. "Ce partenariat nous permet d'étendre considérablement notre inventaire en facilitant la prise de réservation par les dizaines de milliers de partenaires hôteliers depuis le site de Dayuse.com grâce à la solution DHISCO Switch qui permet de se connecter aux centrales de réservations des principaux acteurs du marché", indique son CEO David Lebée dans un communiqué

"Avec ce partenariat et cette distinction par Phocuswright, nous avons la confirmation que notre modèle est ‘scalable’ à l’international", conclut Iscliff Lebée. Prochaine étape : l’accélération vers l’Asie en 2017, en commençant par Hong-Kong.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale