Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Une école d'ingénieurs française certifie ses diplômes grâce à la blockchain

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Cas d'école Une école tricolore va certifier ses diplômes via la technologie sur laquelle est basé le bitcoin, appelée la blockchain. 

Une école d'ingénieurs française certifie ses diplômes grâce à la blockchain
Une école d'ingénieurs française certifie ses diplômes grâce à la blockchain © gadgetdude - flickr - creative commons
Une école d'ingénieurs tricolore va certifier dès le mois de mars 2016 ses diplômes grâce à la blockchain, la technologie qui sous-tend le bitcoin. L'Ecole Supérieure d'Ingénieurs Léonard de Vinci (ESILV) a tissé un partenariat avec la start-up Paymium, plate-forme d'échange de bitcoins en euros, pour développer le programme nécessaire à cette authentification. 
 
La blockchain est un registre public sur lequel sont inscrites des informations, partagées entre les ordinateurs de tous les membres d'un réseau. Tous les utilisateurs du bitcoin, par exemple, partagent le livre de compte sur lequel sont inscrites l'ensemble des opérations réalisées dans cette crypto monnaie depuis son lancement en 2009. 
 
Former les étudiants au blockchain
 
L'Ecole Supérieure d'Ingénieurs Léonard de Vinci (ESILV) va ouvrir en septembre 2016 une option fintech pour ses étudiants de 5e année. Objectif ? Former ces futurs ingénieurs aux nouveaux métiers de la finance, révolutionnée par le numérique. L'école s'engage notamment à accompagner ses étudiants qui veulent développer des projets liés au blockchain. 

 

un système quasiment infalsifiable
Le même système va être mis en place à l'ESILV : un réseau d'ordinateurs partagera un registre où seront enregistrés tous les diplômes des étudiants de l'établissement. Les filous qui voudraient contrefaire ces documents en seront pour leurs frais : ce système rend les diplômes quasiment infalsifiables, car pour transformer par exemple une mention assez-bien en mention bien, il faudrait aller dans chaque ordinateur membre du réseau pour modifier l'information... Accessibles en ligne (ce qui permet de faire des économies de papier), les certificats sont faciles à consulter pour les futurs employeurs des étudiants par exemple. 
 
Les autres écoles du Pôle Léonard de Vinci, dont fait partie l'ESILV, devraient suivre le mouvement dans les prochains mois en adoptant la solution développée par Paymium. Pionnière en France, l'ESILV a été devancée aux Etats-Unis par l'école d'informatique Holberton School, créée en 2015 par trois Français à San Francisco. En octobre 2015, la structure avait indiqué qu'elle allait certifier ses diplômes grâce à la blockchain. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Adrien

08/01/2016 11h52 - Adrien

L'usage est de parler plutôt de LA blockchain. On tend aussi à utiliser Bitcoin (avec une majuscule) quand on évoque le protocole/réseau et bitcoin (en minuscule) quand on parle de la monnaie.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale