Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Une offre d’emploi de cadre sur dix provient des systèmes embarqués

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Selon une étude de l’Opiiec, la filière des systèmes embarqués génère 10 % des offres d’emploi de cadres en France, alors qu’elle ne représente que 3,7 % du PIB. Un poids qui devrait être conforté dans l’avenir par la création de 41 000 postes d’ici 2017. Pas sûr que le système éducatif puisse répondre à la demande.

Une offre d’emploi de cadre sur dix provient des systèmes embarqués
Une offre d’emploi de cadre sur dix provient des systèmes embarqués © D.R.

C’est une grande surprise. Le poids socio-économique de la filière des systèmes et logiciels embarqués en France se révèle plus important que prévu. C’est ce qui ressort de l’étude de l'Observatoire Paritaire de l’Informatique, de l’Ingénierie, des Études et du Conseil (Opiiec) présentée lors des septièmes Assises de l’embarqué, à Bercy, le 24 novembre 2014.

Selon cette étude, menée par le cabinet Kyu Associés entre novembre 2013 et juin 2014 pour le compte d’Embedded France, l’association professionnelle du secteur en France, la filière des systèmes et logiciels embarqués compte 76 000 entreprises, dont 13 000 pure players, emploie 387 500 personnes, soit 1,3 % des actifs dans le pays, et affiche un chiffre d’affaires de 73,3 milliards d’euros en 2013, en croissance de 3,3 % par an. " C’est plus que le PIB de la Slovaquie et cinq fois celui de Cuba ", compare, fièrement, Éric Bantegnie, président d’Embedded France et PDG de la société Estérel Technologies. En comptant tous les secteurs d'application, l'impact des systèmes et logiciels embarqués concerne 1,7 million d'emplois.

L’étude précédente de l’Opiiec, présentée en 2008, comptabilisait 74 000 emplois dans la filière en 2007, mais elle se limitait aux logiciels embarqués. En l’extrapolant aux systèmes embarqués, le cabinet Kyu Associés estime l’effectif à 220 000 emplois en 2007, ce qui fait sortir une croissance de 10 % par an de l’emploi dans la filière entre 2007 et 2013.

Développement de nouvelles applications

Mais pour Éric Bantegnie, le résultat le plus frappant réside dans le poids de la filière dans les recrutements. " Les systèmes embarqués fournissent une offre d’emploi de cadre sur dix recensées par l’Apec, alors qu’ils ne représentent que 3,7 % du PIB. On sait déjà que le numérique crée beaucoup d’emplois. Mais avec cette étude, on se rend compte que les systèmes embarqués constituent le segment qui en crée le plus."

Et cette tendance devrait se poursuivre avec en perspective pas moins de 254 000 recrutements dans la filière d’ici 2017. " De quoi, en tenant compte des mouvements des salariés, entraîner la création de 41 000 postes sur la même période ", commente Sébastien Prudent, manager chez Kyu Associés, et porter l'effectif total à 428 500 personnes en 2017. Les moteurs de cette croissance résident dans l’extension des systèmes embarqués dans les applications traditionnelles (aéronautique, spatial, défense, nucléaire, automobile, instrumentation, automatismes, etc.) mais aussi et surtout dans le développement de nouvelles applications comme le bâtiment intelligent, l’e-santé ou les objets connectés. Eric Bantegnie ambitionne de porter l'effectif plus loin, à 500 000 et peut-être même à 550 000 en 2017. Pour cela, il mise sur la structuration de la filière qu'il mène au sein d'Embedded France et sur les retombées du plan  "Nouvelle France industrielle" sur les systèmes embarqués, dont il est le pilote. Pascal Faure, le patron de la Direction Générale des Entreprises (ex-DGCIS), a annoncé le lancement, d'ici à la fin de l'année, d'un appel à projets dans le cadre du programme de 150 millions d'euros dédié aux coeurs de filière numérique des investissements d'avenir. L'un des projets vise le développement d'une plateforme logicielle française pour des systèmes embarqués banalisés comme les objets connectés, comparables à celles d'Android et iOS dans les smartphones. Il est porté par IS2T, une pépite nantaise à la pointe sur le sujet.

Le système éducatif pourrait-il pourvoir aux besoins ? Pas sûr, même si Sébastien Prudent relève le doublement des formations sur les systèmes embarqués depuis 2009. Le nombre d’étudiants formés en partie ou totalement sur le sujet devrait continuer à croître pour atteindre 15 900 en 2020, contre 10 500 en 2013. La pénurie devrait subsister avec toutefois un déficit en baisse à 2800 postes en 2020, contre 5470 emplois en 2013. Mais ceci sur la base des projections minimales du cabinet Kyu Associés et non sur les ambitions du patron d'Embedded France."Aujourd’hui, ce problème est contourné par les entreprises en prenant des diplômés avec d’autres profils et en les formant aux systèmes embarqués en interne", explique Éric Bantegnie. Les acteurs de la filière devront poursuivre cette démarche.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

à la une

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale