Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Volkswagen va ouvrir les bureaux de ses concessions aux coworkers

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Volkswagen s'associe à la start-up base10 pour partager ses bureaux et salles de réunion en France. Une partie des concessions va se muer en tiers-lieu collaboratif. Une première dans le secteur.

Volkswagen va ouvrir les bureaux de ses concessions aux coworkers
Volkswagen va ouvrir les bureaux de ses concessions aux coworkers © Volkswagen

Après la Société Générale, Groupama et Generali, c'est au tour de Volkswagen France de s'associer à la start-up base10. Objectif : partager les bureaux de ses concessions avec des travailleurs extérieurs : indépendants, télé-travailleurs, commerciaux de passage… "C'est une première mondiale dans le monde de l'automobile", affirme Vincent Panier, président de base10.

 

faire des concessions des lieux de vie

Les responsables des 430 concessions de Volkswagen en France sont encouragés à enregistrer leurs espaces sur la base de données de la start-up. Postes de travail et salles de réunion pourront ainsi être loués à la demi-journée, à un tarif fixe dans toute la France (selon le concept de base10). "Les inscriptions se feront au fur et à mesure, mais d'ores et déjà, l'initiative est accueillie positivement dans les cinq grandes régions du réseau", affirme Vincent Panier. Pour base10, c'est un ajout intéressant : les concessions sont vastes, souvent situées en périphéries des grandes villes et disposent de vastes parkings.

 

Côté Volkswagen, l'idée est de s'ouvrir au public pour tisser une nouvelle relation avec les clients. "Le parcours client passe maintenant par Internet, avec des configurateurs très aboutis : il faut imaginer une autre expérience client et trouver d'autres moyens de faire venir le grand public dans les concessions", glisse Vincent Panier.

 

1500 postes de travail recensés sur base10

De plus en plus d'entreprises, et même des collectivités locales, adoptent le modèle de base10 pour partager leurs espaces inutilisés à un coût maitrisé. La base recense désormais 1 500 postes de travail utilisés par un millier de professionnels un an et demi après son lancement. La plate-forme prélève une commission de 20% sur chaque transaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale