Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Vous avez du mal à recruter des profils IT ? Et si c'étaient vos process RH qui étaient à côté de la plaque...

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Meteojob vient de réaliser un passionnant baromètre sur les attentes des candidats au métier de l'IT. Il met en lumière un comportement très pragmatique et professionnel de ces salariés très demandés. Pas de blabla, ils veulent des preuves. Un recrutement agile, des outils efficaces et des missions claires et une liberté d'organisation.  Amis DRH, il va falloir revoir vos process. Et vite !

Vous avez du mal à recruter des profils IT ? Et si c'étaient vos process RH qui étaient à côté de la plaque...
Travailler à la défense pas sûr que cela fasse rêver les profils IT d'après un baromètre de Meteojob © Flickr c.c. Damián Bakarcic

Si vous aussi vous cherchez à recruter des profils IT et que vous n’y arrivez pas, plutôt que de vous en prendre à la génération Y, à la pénurie de talents ou à tout autres prétextes, peut-être devriez-vous d’abord faire un audit complet de vos procédures de recrutement.

 

Un recrutement doit être agile sinon les jeunes vont voir ailleurs

Récemment encore, un professionnel du recrutement de l'un des plus grands cabinets parisiens confiait en off  : "les grandes entreprises ne savent pas s'y prendre avec les jeunes développeurs et autres experts du numérique. Il faut aller vite quand, chez nos clients, tout est processé à outrance et qu’il faut parfois passer quatre voire cinq entretiens avant d’avoir une décision". Une étude réalisée par Meteojob  (1) confirme cette information qui se répète à voix basse mais que personne ne veut assumer publiquement (on ne se fâche pas avec ses clients actuels ou potentiels !). Selon ces résultats, les profils IT veulent des "processus de recrutement simples et limités à trois semaines".  C’est la durée maximale à partir de la prise de contact citée par la moitié des personnes interrogées. 48 % indiquent même que cette période doit être inférieure à deux semaines.

Et ils ont les moyens de se le permettre puisque les deux tiers d’entre-eux indiquent avoir été sollicités pour un poste dans une autre entreprise plusieurs fois au cours des douze derniers mois. Autrement dit, le jeune IT tu le recrutes vite ou il te passe sous le nez.

 

Pragmatiques avant tout, ils cherchent un emploi là où il y en a
 

Toutefois, s’ils se mettent à chercher un nouvel emploi, ne comptez pas sur eux pour envoyer un CV aux entreprises qui les intéressent. Pragmatiques, ils indiquent préférer effectuer une recherche sur les sites d’emplois (29 % des réponses), utiliser le bouche à oreille de leur réseau personnel (19 %) ou effectuer une recherche sur les réseaux sociaux (13 %). L’envoi de CV à des cabinets de recrutement ou la recherche d’entreprises sur le web obtiennent le même score.
 

De même, pour chercher un emploi, ils ne goûtent guère les événements spéciaux. A lire les résultats, le profil IT cherche un emploi dans des endroits où on en propose que ce soit en ligne ou irl (in real life). Ils affirment préférer se rendre à un speed-recruiting, un forum d’entreprise ou une session collective de recrutement, plutôt qu’à un hackathon, un serious game ou une soirée dans un bar pour faire connaissance.

 

De bons outils et de la liberté, le reste passe après

Le baromètre s’est aussi intéressé aux meilleurs moyens pour retenir les profils IT. Côté avantages en nature, ils plébiscitent les horaires flexibles, cités par 63 % des répondants, la participation aux bénéfices de l’entreprise (47 %) et la possibilité de travailler en home office (36 %). A l’inverse les tickets restaurants ou l’existence d’une cantine ne les mobilise pas vraiment (cité respectivement par 8 et 4 %). A l’inverse, le manque d’outils ou de moyens pour remplir leur mission fait fuir 30 % des profils IT interrogés, les objectifs mal définis en feront partir 26,7 %.
 

Il se dégage de cette étude que les entreprises qui les accusent d’avoir du mal à recruter devraient s’interroger sur leur façon de faire. On comprend mieux pourquoi certains groupes qui mettent en moyenne 9 semaines pour recruter un cadre d’après une récente étude de l’Apec, vont offrir des avantages en nature du type super cantine mais rester tendu sur le respect des horaires, auront du mal à les recruter.


Pour peu qu’un DSI psychorigide empêche l’adoption de nouveaux outils informatiques pour des raisons de sécurité, et l’on a le scénario parfait pour faire fuir un profil IT. Car ce qui frappe en second lieu à lire ce baromètre, c’est que les profils IT sont surtout des hyperprofessionnels, qui vont chercher le travail là où il est, plutôt que de rêver à une entreprise qui ne recruterait pas, qui veulent des outils et une mission claire et la liberté de pouvoir l’accomplir comme bon leur semble. C'est d'autant plus important qu'ils sont 68 % à se dire motivés par l'idée d'aller travailler dans leur entreprise (contre 58 % pour l'ensemble de la population). Amis DRH, tenez-vous le pour dit, avant de vous plaindre du manque de compétences disponibles... 

 

(1) Baromètre mené du 6 au 9 février 2017 auprès de 946 répondants par Meteojob. Echantillonn composé à 80 % d'hommes. On regrettera de ne pas avoir de définition plus précise du professionnel de l'IT. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

JenCri

13/03/2017 20h25 - JenCri

Article hyper discriminant pour la génération X encore active ou à la recherche d'emploi dans les IT qui, quoi que l'on dise ou que l'on pense, suit toujours les évolutions numériques avec passion et intérêt. Amis DRH, DSI, arrêtez de mettre nos CV de "seniors" à la corbeille, prenez le temps de nous recevoir et de nous écouter, freinez votre "jeunisme" et osez faire confiance aux "anciens jeunes" qui ont de l'expérience,(et ce n'est pas un gros mot) de la motivation, de la ponctualité, de la disponibilité, de la flexibilité avec en prime, un réel sens du service aux clients. Nous avons construit les années 2000, soutenu et accompagné la révolution numériques, du ZX81 au Cloud, de la RAM de 8Ko au SSD de 1TO, du Web 1.0 au Web 2.0, de l'HTML3 à l'HTML5, du php 5 au php 7, du RTC au SIP, du V92 à l' ADSL, etc..etc... OUI, Messieurs les DRH, nous pouvons encore aujourd'hui apporter dans les secteurs IT ce que vous ne trouverez pas encore chez les "jeunes" ...l' EXPÉRIENCE.! Alors de grace, ne vous limitez plus au recrutement des tranches d'ages infidèles et couteuses in fine pour l'entreprise. Amis DRH les seniors eux, n'iront pas voir ailleurs. @cleflaco

Répondre au commentaire | Signaler un abus

César

14/03/2017 14h05 - César

C'est assez pathétique en effet car qu'est-ce qui est jeune, en fait? L'inexpérience? Si on est déjà vieux à 30 ans ou 40 ans autant crever tout de suite! Cela va finir en discrimination, après le racisme, l'agisme ou ségrégation par l'âge. Pauvre société...en l'espace de 10 ou 15 ans un "jeune" devient vieux lui aussi alors, et 15 ans c'est pas si long! A quoi sert de vivre jusqu'à 90 voire plus de 100 ans dans ce cas? De toute façon cet article est illisible et rédigé avec une truelle sûrement par un vieux con grabataire de 40 ans ahhaha

Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale