Actualité web & High tech sur Usine Digitale

2015, année charnière de la réalité virtuelle... mais pourquoi maintenant ?

| mis à jour le 06 mai 2015 à 15H14
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après une vague d'engouement ponctuée de déceptions dans les années 90, la réalité virtuelle opère son grand retour. L'année 2015 sera déterminante pour son futur, avec l'émergence de grands acteurs qui cherchent tous à l'imposer sur le marché grand public. Décryptage du phénomène. 

2015, année charnière de la réalité virtuelle... mais pourquoi maintenant ?
2015, année charnière de la réalité virtuelle... mais pourquoi maintenant ? © MiddleVR

A lire aussi

On a testé pour vous : le Gear VR, casque de réalité virtuelle de Samsung

On a testé pour vous : le Gear VR, casque de réalité virtuelle de Samsung

MWC : Avec le casque de réalité virtuelle Vive, HTC et Valve veulent couper l'herbe sous[…]

MWC : Avec le casque de réalité virtuelle Vive, HTC et Valve veulent couper l'herbe sous le pied d'Oculus

Oculus VR : le nouveau prototype du spécialiste de la réalité virtuelle

Oculus VR : le nouveau prototype du spécialiste de la réalité virtuelle

C’est la grande renaissance de la réalité virtuelle. Cantonnée depuis des années à de coûteuses applications professionnelles, cette technologie débarque enfin dans l’univers du grand public. Pourquoi maintenant, alors que les technologies et principes de base derrière ce média existent depuis des décennies ? Tout simplement parce que de nouvelles technologies numériques — nées de l’engouement pour les smartphones et de la course technologique à laquelle se livrent leurs fabricants depuis une dizaine d’années — permettent de la démocratiser.

 

La puissance et la qualité des composants des smartphones ont augmenté exponentiellement, tandis que leur taille et leur coût se sont réduits, les rendant plus accessibles. Les capteurs permettent de suivre parfaitement les mouvements de la tête et du corps. Les écrans affichent une résolution plus élevée que jamais et une latence quasi-nulle. Leur miniaturisation a surtout permis la conception d’interfaces immersives hyperréalistes — les casques de réalité virtuelle — plébiscités et financés notamment grâce à l’économie participative.

 

UN HARDWARE PLUS ACCESSIBLE

Une start-up californienne, Oculus VR, a été déterminante dans ce retour en force de la réalité virtuelle. Son fondateur, Palmer Luckey, avait bricolé un casque dans une caravane dans le jardin de ses parents à seulement 16 ans à partir de vieux modèles, un temps à la pointe de la technologie, qu’il a récupéré pour une bouchée de pain sur des sites d’enchères. Sa campagne de crowdfunding sur Kickstarter, lancée le 1er août 2012, a récolté en un mois près de 2,5 millions de dollars, soit dix fois plus que les 250 000 dollars demandés à la base. Oculus a ainsi fait d’une pierre trois coups : un énorme coup de communication, un premier financement solide, et plus de 7000 kits de développement envoyés à un public de connaisseurs enthousiastes qui ont contribué à l’essor et à la popularité de la plate-forme. "Palmer est un excellent communiquant, confirme David Nahon, directeur du laboratoire d’immersion virtuelle (iV) chez Dassault Systèmes. Sa campagne Kickstarter lui a permis de créer le marché".

 

Le succès d’Oculus, alors même que l’entreprise n’a encore sorti aucun produit commercial (s’en tenant à des kits de développement) a attiré l’intérêt des géants de la technologie. En mars 2014, Facebook a acquis l’entreprise pour 2 milliards de dollars. Oculus a également conclu un partenariat avec Samsung, pour adapter sa technologie au mobile via le Gear VR. Et la concurrence s’organise.

 

Google travaille sur une plate-forme concurrente au travers de son projet Cardboard. Via un partenariat avec HTC, Valve prépare un casque haut de gamme. Même Sony est sur le coup, avec son projet Morpheus pour la PS4. Quant aux acteurs historiques du secteur, comme Sensics, fondée en 1998, ils s’adaptent. L'entreprise américaine (Maryland) s’est ainsi associée au fabricant de matériel informatique dédié aux jeux vidéo Razer pour créer OSVR, une plate-forme de réalité virtuelle entièrement open source.

 

UN TERREAU FERTILE POUR LE DÉVELOPPEMENT

Parallèlement au changement de paradigme matériel, le milieu du développement d’applications a beaucoup évolué au cours des vingt dernières années, décuplant les possibilités pour la réalité virtuelle. Les outils de développements, par exemple, plus sophistiqués, sont aussi plus facilement accessibles aux néophytes, voire parfois disponibles gratuitement. L'avènement des smartphones a ici encore joué un rôle déterminant au travers des marchés d’applications, qu’il a fait naître. La promesse d'un succès possible grâce à une seule app bien sentie (souvent plus simple à programmer que les "traditionnels" logiciels pour ordinateurs) a attiré de nombreux développeurs, dont beaucoup d’indépendants et de petits studios. A tel point que le marché des appstores est désormais saturé. La réalité virtuelle pourrait donc se révéler comme le nouvel eldorado des développeurs.

 

D'autant que les moteurs de jeu — ces environnements de développement complets spécialisés dans la création de mondes interactifs en 3D — sont aussi plus accessibles que jamais. "Le succès de moteurs 3D comme Unity, très utilisés pour la réalité virtuelle, est une conséquence directe de l'explosion du développement mobile", commente Sébastien Kuntz, fondateur de MiddleVR, une entreprise de développement d'outils logiciels pour la réalité virtuelle installée au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Ils permettent à qui veut de se lancer dans la création d’applications pour la réalité virtuelle. La vague d’engouement pour le développement de jeux indépendants, lancée il y a quelques années, a fait émerger de petites structures, agiles, qui peuvent expérimenter plus facilement avec les nouveaux médias, comme la plate-forme ouverte d'Oculus.

 

Même chose pour les technologies sur lesquelles repose l’expérience de réalité virtuelle. Tous les acteurs du milieu (Oculus, Sony, Valve...) sont conscients que le marché ne décollera que si l’expérience est parfaite. Dans cet objectif commun, ils n'hésitent pas à partager leur savoir-faire.

 

Des interfaces plus précises

Au-delà du visuel, le son est également important pour conférer un sentiment de présence réaliste à l’utilisateur. Oculus l’a compris, et a intégré l’audio directement dans son dernier prototype, Crescent Bay, pour s’assurer de sa qualité. La société américaine Dolby se positionne d'ailleurs déjà sur le secteur avec sa technologie Atmos, qui permet un positionnement du son ultra-précis autour de l’utilisateur.

 

Mais surtout, c’est la méthode d’interaction avec l'environnement virtuel qui fait encore défaut. Valve a innové en adaptant une technologie de suivi des mouvements capable de détecter non seulement la position de l’utilisateur, mais aussi celle de deux contrôleurs tenus dans chaque main, pour retranscrire leurs mouvements dans le monde virtuel créé dans le casque.

 

Oculus a de son côté racheté Nimble VR, une start-up spécialisée dans la capture volumétrique qui permet de "virtualiser" les mains de l’utilisateur. Une technologie similaire à celle de Leap Motion, qui a développé un capteur compatible avec Oculus, et compte établir des partenariats avec de nombreux fabricants de casques. Razer en tête, dans le cadre d'OSVR, son initiative open source.

 

Des tapis roulants omnidirectionnels, comme le Virtuix Omni, permettent d’avoir réellement l’impression de se déplacer tout en restant immobile. Reste la question du retour de force : des prototypes existent, mais rien de concret n’est encore disponible en dehors de solutions très haut de gamme comme celles du français Haption, un spinoff du CEA qui s'est imposé comme le leader de ce segment du marché.

 

Beaucoup reste finalement à faire pour que la réalité virtuelle devienne véritablement un média grand public. Si la qualité des écrans s'est déjà énormément améliorée, elle désormais viser un rendu photoréaliste. Les problèmes de maux de tête, vertiges ou nausées ressentis par certains lors de l’utilisation des casques, doivent aussi être résolus. Enfin, les éditeurs devront proposer des contenus réellement attrayants au plus grand nombre. "Le chemin est encore long en matière d'applications et d'acceptabilité pour s'assurer que la réalité virtuelle perce auprès du grand public", prévient Sabine Coquillart, directeur de recherche à l'Inria.

 

L'enjeu des contenus

Il y a bien sûr les jeux vidéo. Mais au-delà, les développeurs se lancent dans des expériences, interactives ou non, qui profitent du sentiment de présence dans le monde virtuel que procure la technologie. Visites de musées ou de sites historiques, concerts ou documentaires visibles à 360°... Oculus a même investi dans le film d’animation avec Oculus Story Studio (formé d’une petite équipe de professionnels au pedigree prestigieux, venus du cinéma et du jeu vidéo) qui se veut le Pixar de la réalité virtuelle. La transition est plus complexe pour le cinéma et la vidéo traditionnelle, mais plusieurs acteurs comme Jaunt ou NextVR travaillent d’arrache-pied pour réussir à marier au mieux le monde réel et la réalité virtuelle.

 

La révolution VR se jouera sur un ensemble de facteurs très sensibles, à la croisée du contenu, du matériel, des outils de développement et des usages... Tout n'aura pas forcément à être parfait, mais si un seul élément manque, le risque est que le soufflé retombe, comme cela a été le cas par le passé. Les acteurs au centre de ce mouvement en ont bien conscience. C'est notamment pour cette raison qu'Oculus a préféré patienter plutôt que de sortir un casque imparfait... prenant ainsi le risque que le public se lasse d’attendre après 3 ans de prototypes. Ce contexte pousse les acteurs de la VR à abattre leurs cartes : après les sorties annoncées du HTC Vive (automne 2015) et du Morpheus de Sony (premier semestre 2016), Oculus a déclaré le 6 mai que le Rift serait disponible au premier trimestre 2016.

 

Julien Bergounhoux

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale