Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Après la CNIL, c'est la Commission européenne qui met Facebook à l'amende de 110 millions d'euros

mis à jour le 22 mai 2017 à 15H33
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après la CNIL, c'est au tour de la Commission européenne de mettre Facebook à l'amende.  En cause, des informations erronées transmises à la Commission lors de la fusion avec Whatsapp. 

Après la CNIL, c'est la Commission européenne qui met Facebook à l'amende de 110 millions d'euros
Mark Zuckerberg n'aurait-il pas tout dit ?

Après la Cnil qui a condamné mardi le réseau social à 150 000 euros, c’est maintenant la Commission européenne qui lui inflige une amende d’un montant de 110 millions d’euros pour des faits attachés à l’enquête menée lors du rachat de WhatsApp.

 

Plutôt deux fois qu'une

Pour les opérations de fusion de cette envergure, la Commission européenne enquête pour savoir si le rapprochement des entreprises risque ou non d’entraver la concurrence de quelque façon que ce soit. Et c’est là que le bât blesse. Pour cela, les entreprises concernées doivent présenter un dossier fourni. Mais voilà que Facebook n’aurait pas dit toute la vérité à la Commission.

 

Lors de cette opération en 2014, Facebook avait indiqué qu’il n’était pas en mesure "d'établir d'une manière fiable la mise en correspondance automatisée entre les comptes utilisateurs de Facebook et ceux de WhatsApp". Et l’entreprise l’a affirmé à deux reprises : lors du questionnaire d’information et lors d’une question précise de la Commission. Or, cette dernière estime que Facebook savait à l’époque qu’un tel rapprochement était possible. Il est entré dans les faits à l’occasion d’un changement des conditions générales d’utilisation en 2016.

 

MENSONGE OU OMISSION ?

Les responsables de Facebook pourront méditer sur cette erreur. Car, cruelle, la Commission européenne précise que cette information n’aurait rien changé à leur décision d’autoriser la fusion. La décision vise donc surtout à rappeler à Facebook et à toutes les entreprises que fournir des informations erronées lors d’une enquête sur les concentrations n’est pas une chose anodine mais un manquement aux règles de la concurrence.

 

Facebook pourra pousser un ouf de soulagement, sachant que l’amende que peut infliger la Commission européenne peut aller jusqu’à 1% du chiffre d’affaires total des "entreprises qui, de propos délibéré ou par négligence, fournissent un renseignement inexact ou dénaturé". Sachant que le chiffre d’affaires 2016 de Facebook dépassait les 27 milliards de dollars, l’amende maximale aurait pu être de 240 millions d’euros. Pour l'heure (et fidèle à son habitude) Facebook n'a pas réagi à cette condamnation. 

 

Pour lire l'intégralité du communiqué de l'Union européenne, cliquez ici

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

4 commentaires

Pierre Bartel

20/05/2017 10h46 - Pierre Bartel

110 millions d'euros d'amende de la Commission Européenne, plus 150 000 euros de la CNIL, ça fait 110,15 millions d'euros, et pas 260 millions. et même avec 110 millions, ça ne représente que 0,4% du chiffre d'affaire de facebook ...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Guénin

19/05/2017 11h19 - Guénin

110 millions d'euros et 150.000 euros, ça ne fait pas "quart de milliard d'euros" ou encore "260 millions d’euros"... Ca fait 110.150.000 euros... Maintenant, on passe aux lettres ;-)

Répondre au commentaire | Signaler un abus

JulienC

19/05/2017 11h06 - JulienC

Attention, vous faites une erreur de calcul qui fausse le début de l'article : la CNIL a condamné Facebook mais à hauteur de 150.000 €... Or 110 millions plus 150.000 euros ne font pas 260 millions ;).

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Michel Bazet

19/05/2017 08h12 - Michel Bazet

110M€+150 000€ ça ne fait pas 260M€ ????

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale