Actualité web & High tech sur Usine Digitale

"Aucun standard mondial ne garantit la fiabilité des objets connectés", alerte le prix Turing 2007

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le cluster régional DigitalPlace a frappé fort pour la deuxième édition de son Innovation IT Day, avec une conférence remarquée de Joseph Sifakis, prix Turing 2007.

Aucun standard mondial ne garantit la fiabilité des objets connectés, alerte le prix Turing 2007
Joseph Sifakis en ouverture de l'Innovation IT Day à Toulouse le 3 juin. © DigitalPlace

Professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Joseph Sifakis, distingué par le prix Turing en 2007 (équivalent du Nobel de l'informatique), a ouvert le 3 juin, l’Innovation IT Day, au centre de congrès Diagora à Labège, dans l’agglomération toulousaine, par une conférence de haut vol consacrée aux grands défis de l’internet des objets.

"Aucune norme ne garantit la fiabilité des systèmes informatiques"

Son constat est sans appel : alors que plus d’un milliard d’objets connectés sont déployés dans le monde, les bases mêmes de ce déploiement n’assurent ni la fiabilité, ni la sécurité des services que les utilisateurs seraient en droit d’attendre. Au fil de petites phrases, Joseph Sifakis met le doigt sur les défaillances technologiques, scientifiques, mais surtout politiques.

"Pour assurer la convergence, le rêve serait d’avoir des infrastructures unifiées, c’est très loin d’être le cas, alerte le chercheur, aucun standard mondial, aucune norme, aucun protocole ne garantit la fiabilité des systèmes et des infrastructures. [...] On ne peut pas déployer des services qui touchent la santé des personnes ou la sécurité des biens si l’on ne peut garantir la fiabilité des outils. [...] On a aujourd’hui les outils mathématiques pour assurer la durée de vie d’un ouvrage d’art ou d’un produit industriel, mais encore rien de fiable en ce qui concerne l’informatique !"

Dans sa conclusion, Joseph Sifakis se fait sentencieux : "On nous endort avec de beaux discours. Aucun antivirus n’assure la sécurité de nos systèmes. Tant que les intégrateurs ne se mettront pas d’accord sur les protocoles et les standards, on n’avancera qu’à petits pas."

Comme en réponse à cette introduction, Laurent Macquet, responsable développement de l'IOT France chez Microsoft, dans le cadre d’une table-ronde consacrée au business de l’internet des objets, a déclaré : "On apprend en marchant. Une approche agile et simplifiée est indispensable pour accélérer l’innovation."

OM2M, une plateforme open source pour les objets connectés

De son côté, une équipe du Laas-CNRS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes) présentait sur son stand OM2M, une plate-forme open source dédiée aux objets connectés. "Nous proposons un logiciel qui suit les différents standards du marché et permet un accès unifié à l’information sur l’internet des objets. C’est en quelque sorte une première couche de standardisation", souligne Thierry Monteil, enseignant-chercheur au Laas.

Par ailleurs, le laboratoire toulousain est impliqué dans un projet collaboratif, co-labellisé par les pôles de compétitivité Derbi (Energies Renouvelables dans le Bâtiment et l'Industrie) et Aerospace Valley. Baptisé USIT, il vise à établir une standardisation des échanges entre les objets connectés. Il associe également des équipes régionales de l'entreprise de services en technologies canadienne CGI et une dizaine d’autres partenaires, dont la startup toulousaine Sigfox, qui se positionne comme l’opérateur de réseau de référence pour l’internet des objets.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale