Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Avec Axeleo, Bpifrance prend sa première participation dans un accélérateur privé

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le soutien public aux start-up passe désormais par celui des nombreux accélérateurs qui ont émergé sur le territoire. Le Fond French Tech Accélération vient de prendre sa première participation chez Axeleo, un accélérateur lyonnais qui croit en son positionnement d’accompagnement des start-up du B to B.

Avec Axeleo, Bpifrance prend sa première participation dans un accélérateur privé
Avec Axeleo, Bpifrance prend sa première participation dans un accélérateur privé © Axeleo

Comment développer les start-up françaises en misant sur les bonnes et en s’assurant qu’elles seront correctement accompagnées ? C’est pour répondre à cet enjeu que le programme des investissements d’avenir a créé en décembre dernier le fonds French tech accélération doté de 200 millions d’euros. Géré par la BPI et la mission French tech, il a vocation à soutenir les accélérateurs privés et vient de réaliser sa première prise de participation. Il a choisi d’investir dans Axeleo, une accélérateur lyonnais positionné sur les start-up du numérique BtoB qui accompagne une dizaine de start-up. Le principe est de prendre des participations dans chacune d’entre elles, en investissant un peu en numéraire mais surtout en leur fournissant accompagnement, méthodes et carnet d’adresses.

 2,3 millions d'euros levés au total

BPI France a concouru pour moitié aux 2,3 millions d’euros qu’Axeleo vient de lever. L’autre moitié a été apportée par des entrepreneurs du numérique.  C’est un peu la spécificité de cet accélérateur qui au-delà de ses 6 salariés permanents mobilise une quarantaine de chefs d’entreprises qui ont investi dans l’aventure Axeleo. On y retrouve  par exemple Laurent Fiard, le patron de Visiastiv ou Benoît Gourdon, co-fondateur de Neolane (vendu à Adobe pour 600 millions d’euros en 2013).

Ce que gagne Axeleo avec cet argent frais ? "Du temps, estime Eric Brudier le Pdg d’Axeleo. Du temps pour faire grandir nos start-up car nous nous inscrivons dans une démarche de création de valeur à moyen terme". Plus concrètement, l’accélérateur souhaite embaucher quelques collaborateurs et financer des "learning expeditions à l’étranger" aux US, en Allemagne et au Royaume-Uni. "C’est très important que nos start-up appréhendent le niveau de la compétition internationale si on veut qu’elles franchissent la barre" explique Eric Brudier. Car BPI France n’attend rien moins que la création de nouveaux champions mondiaux. Le choix d’un accélérateur thématique, le B to B numérique, n’est pas un hasard pour Eric Brudier : « Les fonds de capital risque thématiques ont un meilleur taux de retour sur investissement que les généralistes, nous pensons que c’est pareil pour les accélérateurs." L’an dernier les 9 start-up du fond (dont Tilkee, Tell me plus, Linksoft …) ont créées 45 emplois et ont réalisé un chiffre d'affaire cumulé de 3 millions d'euros. Reste à confirmer la création de quelques champions pour valider le modèle Axeleo.  

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale