Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Bpifrance veut marier grands groupes et start-up

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La direction de l’innovation de la banque publique d’investissement veut inciter les grandes entreprises à se rapprocher des start-up matures. Elle va créer un nouvel espace de rencontre, dans les locaux de sa direction parisienne, pour encourager les rachats d’entreprises innovantes par les grands groupes et ETI français.

Bpifrance veut marier grands groupes et start-up
Bpifrance veut marier grands groupes et start-up © crédit photo

Bpifrance veut jouer les entremetteuses. La banque publique d’investissement veut revoir entièrement l’espace d’hébergement de start-up, qu’elle avait créé en novembre 2013 dans les locaux de sa direction régionale francilienne, boulevard Haussman, pour en faire un lieu dédié à l’échange entre grands groupes et entreprises numériques innovantes.

Objectif : favoriser les rapprochements entre les entreprises du numérique financées par Bpifrance et les grandes entreprises. "Les start-up françaises ne sont pas assez rachetées par des grands groupes ou des ETI françaises, souligne Paul-François Fournier, le directeur de l’innovation de Bpifrance. Or il existe encore un tissu de grandes entreprises et d’ETI pas suffisamment innovantes en France qui pourraient ainsi bénéficier du dynamisme et des innovations de start-up."

Un lancement début 2015

Le nouveau lieu, dont le nom de code est, pour le moment, "Connect", devrait être officialisé début 2015 . Il sera composé d’un espace d’hébergement de start-up plus grand (l’espace actuel fait 260 m²), qui accueillera des start-up plus matures que dans le précédent projet, et d’un espace dédié aux rencontres. La banque publique travaille encore à la mise au point d’offres dédiées à cette mise en relation, pouvant aller de l’identification et la communication à une grande entreprise des start-up œuvrant dans son domaine, à l’organisation de manifestations spécifiques pour les faire se rencontrer.

"Nous avons une connaissance quasi exhaustive des entreprises innovantes en France du fait de nos offres de financement, confie Paul-François Fournier. Nous voulons valoriser cela en faisant de la mise en relation."

Selon lui, ces grandes entreprises et ETI commencent à se lancer dans leur révolution numérique. En parallèle, les start-up sont de mieux en mieux structurées pour leur apporter des solutions. "Les start-up ont grandi, leurs managers sont suffisamment matures, elles ont une ambition mondiale, elles peuvent donc répondre au besoin de transformation des grandes entreprises", assure Paul-François Fournier.

200 millions d’euros pour les accélérateurs de start-up

A partir du début de l’année 2015, Bpifrance commencera également à financer les accélérateurs de start-up, ces sociétés apportant des services divers aux entreprises en création pour leur permettre de grandir plus vite. La banque publique va gérer un fonds de 200 millions d’euros, issu du Programme des investissements d’avenir, pour entrer au capital de ces structures d’accompagnement.

"Nous financerons des structures privées exclusivement, en faisant effet de levier, explique Paul-François Fournier. Nous nous focaliserons sur des accélérateurs ayant déjà des premiers résultats ou ayant réalisé une première levée de fonds."

Le ticket d’investissement sera variable en fonction du type d’accélérateur. Ceux investissant en fonds propres dans les start-up accompagnées pourraient ainsi bénéficier d’enveloppes plus importantes que ceux n’apportant que les services d’accompagnement, au-delà de la dizaine de millions d’euros.

Arnaud Dumas

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale