Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Challenges big data : grands groupes disposant de données cherchent start-up pour les exploiter

| mis à jour le 04 décembre 2014 à 08H35
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le plan industriel sur le big data se concrétise avec des challenges visant à mettre en contact des grands groupes détenteurs de données avec des start-up susceptibles de les exploiter. Plus de 55 concours seront organisés en 3 ans dans les cinq centres de compétence sélectionnés. L’initiative s’inscrit dans un soutien public de 60 millions d’euros à la filière de big data en France.

Challenges big data : grands groupes disposant de données cherchent start-up pour les exploiter
Challenges big data : grands groupes disposant de données cherchent start-up pour les exploiter © Patrick Hoesly - Flickr - C.C.

"Nous voulons faire de la France le leader mondial du big data. Nous avons les meilleurs ingénieurs, mathématiciens et statisticiens au monde. Une qualité humaine indispensable au décodage de la donnée et qui donne à notre pays un avantage compétitif certain". Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat en charge du Numérique, mise beaucoup sur les challenges big data qu‘elle a lancés officiellement, dans les locaux du pôle de compétitivité Cap Digital, à Paris, le 2 décembre 2014.

Cette initiative concrétise le plan "Nouvelle France industrielle" sur le big data, dont la feuille de route a été validée en juillet 2014. Elle s’inscrit dans un effort de soutien global de l’Etat de 60 millions d’euros sur trois ans au développement de la filière en France sur le sujet. Elle consiste à organiser des concours où des grandes entreprises et établissements publics, détenteurs de données, posent leurs problématiques, et c’est aux PME et start-up de proposer leurs solutions et leurs idées.

La proposition choisie fait ensuite l’objet d’un projet de développement, soutenu par l’Etat, et qui doit aboutir à un démonstrateur, voire un prototype près du marché. "C’est un modèle vertueux d’innovation ouverte mettant en relation grands comptes et start-up, explique Françoise Colaitis, déléguée générale adjointe de Cap Digital. Il va donner aux grandes entreprises un regard neuf sur l’exploitation de leurs données."

Paris, Rennes, Lyon et Lille en têtes de pont

Selon Axelle Lemaire, plus de 55 challenges seront organisés en trois ans dans les cinq centres de compétences sélectionnés pour les animer : Cap Digital à Paris, l’association parisienne Numa, l’association rhône-alpine Lyon Urban Data, l’incubateur Era Technologies à Lille et le pôle de compétitive Images & Réseaux à Rennes (en association avec Montpellier Agglomération).

Pour démarrer, Cap Digital dispose déjà de six sponsors: Axa Assurance, Pôle Emploi, Les Echos, CDC, La Poste et Bouygues. Au programme: six challenges par an. Axelle Lemaire se félicite de l’engagement de groupes comme IBM, Sopra, Bouygues, GDF-Suez, Vinci Energie, SFR ou encore Orange. "Autant de grandes entreprises qu’on n’avait pas l’habitude de voir dans une démarche gagnant-gagnant de partenariat avec des PME et start-up", souligne-t-elle.

La "Magnadata" pour une utilisation ethique des données

Pour favoriser le développement des usages du big data en France, la secrétaire d’Etat promet d’adapter le cadre règlementaire sur l’utilisation des données dans la future loi sur le numérique prévue en 2015, sans nier les fondements de respect de la vie privée qui font la spécificité de la France. Elle défend le concept de "Magnadata", une exploitation pragmatique et responsable des données, qui concilie les droits et libertés individuelles défendus par la CNIL et le besoin de créer un écosystème compétitif de big data.

Car les enjeux sont énormes. "Le big data constitue un axe majeur de transformation numérique de l’économie et un levier important de compétitivité des entreprises, martèle Axelle Lemaire. Il permet de mieux comprendre les clients, fournisseurs et partenaires. Il faut acquérir des compétences nouvelles et repenser les modèles de création de valeur pour développer de nouveaux produits et services et attaquer de nouveaux marchés." Selon la sevrétaire d’Etat, le big data représente une opportunité de 1,5 milliard d’euros en 2014 et le marché devrait bondir à 9 milliards d’euros en 2020.

Ridha Loukil

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale