Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Connaissez-vous Factory, l'espace préféré des start-up berlinoises ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Reportage S'affichant comme le “plus grand campus de start-up numérique en Allemagne”,  Factory étend encore son emprise à Berlin. Visite guidée.

Connaissez-vous Factory, l'espace préféré des start-up berlinoises ?
Connaissez-vous Factory, l'espace préféré des start-up berlinoises ? © Factory

“J'ai l'impression d'être un animal dans un zoo à force d'être photographiée”... un Post-it sur le mur de “feedback” de l'espace de travail de la “Factory” à Berlin donne le ton. Ouvert en juillet 2014, ce grand espace dédié aux jeunes entreprises en plein cœur de la capitale allemande est devenu un symbole de la nouvelle économie “made in Germany”. Et les visiteurs s'y pressent. Le ministre de l'économie, Emmanuel Macron, y a fait un petit tour en janvier pour vanter les vertus de l'esprit d'entreprise au côté du ministre britannique des finances, George Osbone.

 

A voir aussi : Notre diaporama "Dans les bureaux de... Factory, le nid préféré des start-up berlinoises"

 

Les anciens et les modernes

Ce que Paris veut faire, avec sa Halle Freyssinet qui doit ouvrir fin 2016, Berlin l'a donc déjà. A la station “Bernauer Strasse”, à quelques mètres des vestiges du mur de Berlin, les bâtiments de l'ancienne brasserie impressionnent déjà de loin. Avec sa base en briques rouges surmontée d'une structure métallique, l'architecture traduit l'union des anciens et des modernes voulue par les fondateurs de “Factory”.

 

Côté brique, au rez-de-chaussée : une centaine d'indépendants et “startupeurs” se côtoient dans les espaces de co-working. Côté métal : une vingtaine de sociétés plus établies comme Twitter, SoundCloud ou même Lufthansa Innovation louent des étages entiers.

 

Une image de marque

Entre les deux : des cuisines avec croissants et café à volonté, des espaces de réception ou de réunion, un restaurant un peu chic mais pas trop pour les rencontres avec d'éventuels investisseurs. “Factory a un certain standing qui joue beaucoup sur notre image extérieure”, note Philippe Brulé, un français qui a décidé d'y créer sa start up, “Sponsokit”, qui sert d'intermédiaire entre youtuber et sociétés en mal de “buzz”.

 

“Etre à la “Factory”, une adresse que tout le monde connaît en plein cœur de Berlin, fait partie de notre stratégie marketing”, confirme Quynh Nguyen de Mailjet, une start-up française spécialiste du mailing publicitaire qui commence à s'implanter en Allemagne.

 

Networking et gemütlichkeit

Entre tapis orientaux usés pour la touche “gemütlich” (le confort allemand) et le design scandinave, les espaces communs permettent de créer “une communauté” sur laquelle Lukas Kampfmann, le manager de la Factory base une grande partie de sa communication. “Notre mission est de rassembler les gens”, explique Barbara Szirmai, son attachée de presse.

 

Chaque semaine, les évènements se succèdent : brunch du lundi, “after hour” du vendredi soir, séances régulières de “pitch” où les start-up présentent leurs activités, invités de marque... “Factory apporte son réseau”, confirme Philippe Brulé.

 

Plus de 100.000 m²

Le concept fonctionne si bien que ses fondateurs l'étendent ailleurs à Berlin. Une nouvelle “factory” a été ouverte fin 2015 à Kreuzberg, quartier encore créatif de la capitale. D'autres sont en préparation. Au total, plus de 100.000 m² d'espace sont proposés pour des bureaux fixes ou temporaires et la “fabrique” ne s'arrête pas là. Elle veut aussi mettre des fiscalistes, des juristes ou des voitures partagées à la disposition des entrepreneurs pour leur permettre de “se concentrer sur leur sujet”.

 

Reste que le “standing” a un prix. A 300 € la cotisation mensuelle, toutes les “jeunes pousses” n'ont pas les moyens de faire partie du club. Qu'à cela ne tienne, entre le bien établie “Betahaus” et l'arrivée attendue de la chaîne américaine “wework”, les concurrents ne manquent pas à Berlin. Une ville qui se rêve comme la “Silicon alley” de l'Europe, avec ses expats, ses créatifs et surtout ses loyers abordables (pour le moment).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale