Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Drivy lève 8 millions d’euros pour peaufiner sa plate-forme technologique et conquérir l’Europe

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La plate-forme en ligne française de location de voitures entre particuliers Drivy lève 8 millions d’euros et rachète son concurrent et compatriote Buzzcar. Objectif : peaufiner sa plate-forme technique et une expérience utilisateurs qui a fait son succès et continuer de se développer en particulier en Europe.

Drivy lève 8 millions d’euros pour peaufiner sa plate-forme technologique et conquérir l’Europe
Drivy lève 8 millions d’euros pour peaufiner sa plate-forme technologique et conquérir l’Europe © Drivy

La plate-forme française Drivy de location de véhicules entre particuliers lève 8 millions d’euros et achète son concurrent également français Buzzcar. Via ID, le fonds d’investissement pour les nouvelles mobilités du groupe Mobivia, actionnaire de Buzzcar, a apporté ses parts dans cette dernière et a participé à l’investissement dans la nouvelle structure. Les fonds Ecotechnologies de BPI France et les investisseurs historiques de Drivy, Index Ventures et Alven Capital participent avec lui à cette levée de fonds.

La course en tête

Le montant est certes loin des 73 millions d’euros obtenus par Blablacar. Mais, comme le site de covoiturage, Drivy bénéficie du succès croissant des solutions alternatives à la propriété d’un véhicule. Le volume de ses locations triple chaque année et devrait atteindre en 2015 la barre symbolique d’un million de journées de location depuis les débuts de l’entreprise fin 2010.

La jeune pousse annonce un chiffre d’affaires 2014 situé entre un et quatre millions d’euros, compte 500 000 membres et 26 000 véhicules, après le rachat. Présente en France, et depuis novembre 2014 également en Allemagne, la jeune pousse revendique même la première place mondiale de ce marché naissant (en nombre de membres et de véhicules). Elle serait assez loin devant ses concurrents internationaux – y compris RelayRide aux États-Unis – présents dans leur seule région et au succès moindre.

Un co-développement de contrats d’assurance avec Allianz

Drivy en chiffres

CA 2014 : entre 1 et 4 millions d’euros

Effectifs mars 2015 : 40

Montant de la levée : 8 millions d’euros

Investisseurs : Via ID (Mobivia), Fonds Ecotechnologies de BPI France, Index Ventures, Alven Capital

Secteur : location de véhicules entre particuliers, numérique

 

C’est donc sans trop de difficultés que Drivy a trouvé une oreille attentive auprès de ses propres investisseurs et de l’actionnaire de Buzzcar. "Dans toute la France, nous avons 24 000 points de location, précise encore Paulin Dementhon, PDG et fondateur de Drivy. Les plus gros réseaux de location classiques n’en ont que 3 000. Et à l’échelle de Paris, nous avons déjà 2 000 véhicules intramuros face aux 3 000 Autolib au total."

Autre preuve, s’il en fallait, de l’intérêt de la jeune pousse : la très forte implication d’Allianz depuis début 2014. L’assureur allemand ne se contente pas de vendre des contrats standards à Drivy pour assurer ses membres. Les deux entreprises codéveloppent des contrats ciselés à la mesure de ce type de services totalement nouveaux. "On est loin de la simple assurance de plaques d’immatriculation, précise Paulin Dementhon. Allianz a compris que le paysage était en train de changer et il a une volonté stratégique d’aller vers la location entre particuliers. Avec nous, ils apprennent et nous améliorons ensemble, en permanence le service. C’est loin d’être une relation classique entre client et fournisseur. Nous avons rencontré quasiment tout le comité exécutif d’Allianz !"

Et en route pour l’Europe

Le rachat de Buzzcar, est un coup d’accélérateur. L’acquisition de Buzzcar doublée de la levée de fonds a pour but d’accompagner sa croissance de deux manières. "Le rachat, c’est un coup d’accélérateur, précise le patron de Drivy. D’un point de vue purement business, bien sûr, avec leurs 100 000 membres et 7 000 véhicules, mais aussi d’un point de vue ressources humaines. Leur équipe de 6 personnes qui réfléchissent aux mêmes questions que nous depuis 2011, nous rejoint. Et c’est particulièrement important."

La levée de fonds servira d’ailleurs à recruter au moins 5 personnes à court terme et à mettre en place une organisation encore plus agile. Paulin Dementhon insiste sur l’importance que l’entreprise accorde à la plate-forme technologique et à l’expérience utilisateurs depuis ses débuts, ainsi qu’à une mise en œuvre rapide de nouvelles versions. Une autre raison du succès de Drivy, selon lui. Enfin, l’entreprise veut mettre le cap sur l’étranger, et l’Europe en particulier. Après l’Allemagne, elle se lancera dans les semaines qui viennent en Espagne, et dans un autre pays de l’Union avant la fin de l’année.

Emmanuelle Delsol

 

L’argument convaincant

Drivy triple chaque année son volume de locations avec un revenu moyen pour le propriétaire de la voiture de 100 euros pour 3 jours de locations. Un des premiers acteurs de son marché, elle en revendique la tête et a su attirer l’attention du géant de l’assurance Allianz qui codéveloppe avec lui les contrats d’une des futures alternatives à la possession d’un véhicule.

 

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale