Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Emmanuel Macron président : son projet numérique

mis à jour le 08 mai 2017 à 13H32
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Durant toute la campagne, Renaissance Numérique a assuré le suivi des propositions numériques des candidats à la campagne présidentielle 2017. Retour sur les propositions d''Emmanuel Macron, élu huitième président de la 5e République.

Emmanuel Macron président : son projet numérique
Emmanuel Macron président : son projet numérique © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Emmanuel Macron sera-t-il le président du numérique ? L'homme est particulièrement attendu sur ces sujets, du fait de son précédent poste au gouvernement et de son appétence pour les enjeux de l’innovation et de la disruption.

Le numérique apparaît en filigrane dans tous les thèmes de son programme avec, comme ligne directrice, la libéralisation de l’économie ainsi que la simplification et la modernisation de l’Etat et des services publics.


L’e-administration : préoccupation principale du candidat

La thématique dans laquelle on retrouve le plus de propositions numériques est la démocratie et l’e-administration avec 23 mesures. A ce titre, Emmanuel Macron était sans doute le candidat qui allait le plus loin dans la numérisation de l’action administrative. Il prévoit ainsi que "d’ici 2022, 100 % des démarches administratives pourront être effectuées depuis Internet", hormis l’obtention des originaux des documents d’identité. À l’horizon 2022, le vote sera lui aussi concerné par le grand mouvement de dématérialisation. Il propose en outre la création d’une plateforme où seraient centralisés tous les accès aux services administratifs pour les citoyens (santé, formation, situation fiscale…) : le "compte citoyen".

Le candidat se démarque également en proposant la modernisation et la simplification par le numérique, au sein de différents services publics, comme la justice ou la police : dématérialisation des procédures de justice "pour tous les litiges inférieurs à 4000 euros",  numérisation des procédures simples pour la justice et la police, mise en place d’un portail numérique de la justice. Le candidat estime les économies potentielles de l’ensemble de ces numérisations dans une fourchette large de "5 à 10 milliards d’euros".


Faciliter le financement de l’innovation pour regagner en compétitivité

Attendu sur sa vision libérale de l’économie, l’ancien locataire de Bercy consacre une part importante au développement de l’aide aux TPE-PME, notamment pour leur innovation ; un chapitre certainement inspiré par le précédent Président du Conseil national numérique qui avait déployé les prémisses d’un plan d’action à cet effet, Mounir Mahjoubi, et qui a rejoint le candidat depuis plusieurs semaines. Emmanuel Macron propose la centralisation de toutes les procédures de financement et d’accompagnement à l’innovation entre les mains de Bpifrance et martèle la nécessité de simplifier les procédures administratives et la mise en place d’un code du travail digital pour mieux accompagner les PME dans leurs décisions.

Le candidat propose également un aggiornamento de la culture entrepreneuriale française pour favoriser l’émergence de l’innovation : libérer le droit à l’expérimentation et aménager le cadre fiscal (ISF et revenus tirés du capital mobilier) pour concentrer de nouvelles richesses sur l’innovation.


Pour le candidat, la libéralisation de l’économie proviendra également de la fluidification du marché du travail, par la réforme du régime des indépendants et la simplification de l’accès à la formation professionnelle tout au long de la vie.

 

L’Europe, échelon pertinent en matière de numérique

L’Union européenne est résolument l’échelon numérique par excellence pour Emmanuel Macron. Pour activer le levier de l’innovation, au niveau européen, il propose une harmonisation des règles au sein d’un "marché unique du numérique" et appelle de ses vœux la création d’un Fonds européen de financement en capital-risque pour favoriser les start-up européennes.

Au-delà de l’accélération économique, l’Europe devra se faire garante de la confiance dans l’économie numérique avec la mise en place d'une "Agence européenne pour la confiance numérique, chargée de la régulation des grandes plateformes numériques" et la renégociation du Privacy Shield d’ici 2018 pour "garantir réellement la préservation des données personnelles de tous les Européens".

L’Europe est aussi un des piliers des enjeux de sécurité par le candidat, où l’on retrouve de nombreuses mesures numériques : plan cyber-sécurité, fluidification des échanges de données entre les services français avec "un véritable système d’information européen pour faciliter les actions de renseignement" et une base de données commune ou des échanges obligatoires d’information. Il propose enfin "d’harmoniser la sécurité des cartes d’identité (biométrie) à l’échelle européenne".

Pour finir sur cet aperçu du programme numérique d’En Marche !, certaines propositions font consensus avec celles de ses rivaux dans la course à l’Elysée :

  • La couverture complète du territoire en haut débit ;
  • La suppression du régime des indépendants, considéré comme injuste par la plupart du corps électoral
  • Une meilleure taxation du chiffre d’affaires des entreprises du numérique américaines pour les bénéfices réalisés en Europe.

 

Téléchargez le programme numérique d'Emmanuel Macron (En Marche!)

 

 

 

 

 

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

aguilar

09/05/2017 15h20 - aguilar

Bonjour, Au regard des avantages incommensurables des processus numériques tels que la visioconférence -diminuant sensiblement la pollution de transport- le télétravail , la télémaintenance des systèmes, la collaboration entre experts, la sauvegarde des savoir-faire et des expériences, le projet numérique n'est pas à la hauteur. On nous parle du haut débit pour toutes les communes vers 2020-2022, rendez-vous compte ? Il est urgent de faire un plan numérique comme nous avons su le faire avec le téléphone et le minitel. L'administration commence à nous demander des démarches par internet mais le débit n'est pas là.Sortons les territoires éloignés des métropoles de l'isolement. Les débits constatés entre la capitale et les campagne est de 189Go à 2Go !! Désenclavons les territoires par le numérique et accélerons le déploiement soit de la fibre soit de la 4G, voire le 5g.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale