Actualité web & High tech sur Usine Digitale

En Allemagne, Google fait plier Axel Springer en deux semaines

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'éditeur allemand Axel Springer, en conflit avec Google sur la propriété intellectuelle, a renoncé le 5 novembre à interdire au géant américain de publier des résumés des articles de ses journaux, expliquant que cette mesure avait fait chuter la fréquentation de ses sites.

La fronde contre Google, menée par le groupe de médias Axel Springer, aura tenu... deux semaines. L'expérimentation  a tourné court amenant le premier éditeur de presse allemand à autoriser de nouveau Google à reprendre gratuitement des extraits ou des photos de ses journaux dans les résultats de son moteur de recherche. Axel Springer, éditeur entre autres des journaux Bild et Die Welt, a vu le trafic vers ses différents sites chuter de 40% et celui des internautes redirigé via Google Actualités plonger de 80% au cours des deux dernières semaines. Mathias Doepfner, président du directoire d'Axel Springer, a déclaré que son groupe "aurait été évincé du marché" s'il avait persisté à demander à Google de payer pour reprendre des extraits de ses contenus.

la preuve de la toute puissance de google

En France, en Allemagne et en Espagne, les groupes de presse veulent faire payer Google, qui utilise gratuitement des photos, des extraits et des résumés de leurs articles dans les résultats de son moteur de recherche. En Allemagne, depuis l'année dernière, les éditeurs de presse ont désormais la possibilité d'interdire au groupe américain de reprendre leurs contenus.

Pour Mathias Doepfner, le résultat de l'expérimentation de ces deux dernières semaines est une preuve de l'écrasante puissance de Google sur le marché de la recherche. Il a dit espérer que les législateurs, les tribunaux et les autorités de la concurrence prendront des mesures pour limiter les pouvoirs du géant américain.

Un porte-parole de Google en Allemagne s'est félicité de la décision de Springer qui, a-t-il dit, "montre que Google apporte une contribution significative au succès économique des éditeurs de nouvelles".

Avec Reuters (Harro Ten Wolde et Eric Auchard, Claude Chendjou, Véronique Tison)

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Kleops

08/11/2014 08h40 - Kleops

Si les européens veulent faire "plier" Google ils n'en qu'à développer un moteur de recherche différent, ou subventionner un moteur de recherche moins invasif (comme Duck Duck Go) et le rendre accessible à leurs internautes. Mais au nom de la sacro sainte concurrence ils préféreront laisser Google continuer à les piller. C'est le genre de fâcheuse conséquence d'avoir aidé à scier la branche sur laquelle on était assis.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale