Actualité web & High tech sur Usine Digitale

En Chine, Uber fusionne avec Didi Chuxing, le n°1 local

mis à jour le 01 août 2016 à 11H14
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

C'est l'opération qui enterre la hache de guerre. Un rapprochement entre Uber et Didi Chuxing en Chine a été annoncé. Les deux compagnies qui se livrent une bataille sur les prix ont préféré signer la paix plutôt que de continuer à s'affronter à coups de milliards. 

Mise à jour 11 h15 : L'opération a été confirmée par le chinois Didi Chuxing lundi 1er août. Uber détiendra bien 20% du nouvel ensemble qui résultera de la fusion des activités chinoises des deux sociétés. Ce nouvel ensemble est valorisé 35 milliards de dollars par Bloomberg. 

 

C’est une paix à un milliard de dollars que serait sur le point de signer le patron d’Uber avec Didi Chuxing, le numéro un de la réservation de taxis et de voitures privées en Chine. Selon plusieurs médias nord-américains, les deux sociétés fusionneraient leur activité sur le marché chinois. Forbes publie un brouillon de billet de blog (difficile à authentifier) que Travis Kalanick, le PDG d’Uber aurait posté sur les médias sociaux chinois Weibo et WeChat :

 

Une sorte de paix des braves serait alors signée. Les deux entreprises ont en effet eu une politique commerciale très agressive pour acquérir et assoir leurs parts de marché. Si Didi Chuxing est le numéro un local, il a en Uber un concurrent qui, en moins de deux ans (l’entreprise s’est installée en Chine début 2014), a réussi à conquérir entre 10 et 15% du marché local. Une conquête qui a coûté très cher à l’entreprise. Uber perd un milliard de dollars par an en Chine, de l’aveu même de son PDG. De son côté Didi Chuxing vient de réaliser une levée de fonds de 7,3 milliards d’euros pour financer sa croissance à venir.

 

60 villes chinoises en 18 mois

Dans le billet de blog qui lui est attribué et qui a été révélé par Bloomberg, le PDG d’Uber déclare que "devenir profitable est le seul moyen de construire un business durable et utile pour les chauffeurs, les clients et les villes chinoises à long terme". Selon un article de nos confrères du Monde de juin 2015, Uber était alors présent dans 11 villes chinoises et avait pour objectif de multiplier les ouvertures de services. L’objectif était d’être présent dans 50 des 80 villes de plus de cinq millions d’habitants. Ce que l’entreprise a largement fait. Si l'on en croit son site Internet, Uber est aujourd’hui présent dans 60 villes chinoises ! 

 

Cela donne une idée de l’ampleur des investissements qui ont été consentis en Chine. Selon l’accord entre Uber et son concurrent chinois, la start-up californienne prendrait 20% du capital de la nouvelle structure, dont la valorisation a été évaluée à 35 milliards de dollars. De son côté Didi investirait un milliard dans Uber, valorisée de son côté à 68 milliards de dollars. Pour l’heure, aucune des deux entreprises n’infirme ou ne confirme l’information. Selon des sources californiennes, une annonce officielle pourrait avoir lieu ce lundi 1er août.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale