Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Kosc Telecom lève 9 millions d’euros pour bousculer le marché des entreprises

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Créée en rachetant Completel, l’ancienne filiale de Numéricable, Kosc Telecom veut accélérer son développement. Elle va pouvoir investir massivement dans son réseau. Et peut-être participer à la consolidation du marché.

Kosc Telecom lève 9 millions d’euros pour bousculer le marché des entreprises
Kosc Telecom lève 9 millions d’euros pour bousculer le marché des entreprises © Doha Sam - Flickr - C.C.
Kosc Telecom en chiffres
Chiffre d’affaires : 0 pour l'instant mais un objectif de 100 millions d’euros  dans les 5 ans
Effectif : 50 personnes prévues fin 2016
Montant de la levée de fonds : 9 millions d’euros en capital et en dette
Investisseur : Bpifrance
Secteur : télécommunication

La société n’existe que depuis quelques mois. Mais elle compte bien jouer des épaules pour se faire une place dans le marché des télécoms pour les entreprises. Kosc Telecom vient de bénéficier d’un financement de la banque publique d’investissement de 9 millions d’euros, à la fois en prise de participation au capital et en prêt sans garantie sur sept ans.
La société ne part toutefois pas de zéro. Créée par un consortium mené par Yann de Prince et Boris Clausse, accompagné notamment d’OVH, la pépite française d’hébergement de site internet, Kosc Telecom a en fait repris le réseau de Completel, cette filiale dont Numéricable avait dû se séparer lors de sa fusion avec SFR.

 

Plus de concurrence

 

L’intervention de Bpifrance n’est pas innocente. La création de ce nouvel opérateur doit amener un surcroît de concurrence dans un monde des télécoms BtoB largement dominé par Orange et SFR. "Chez Bpifrance, ils croient en notre capacité à animer le marché et à relever l’ambitieux challenge qui nous attend, confie Yann de Prince. Le très haut débit est par ailleurs un sujet majeur pour la compétitivité des entreprises françaises."
Avec la levée de fonds, la jeune entreprise prévoit de développer une offre plus compétitive permettant notamment aux PME d’avoir des offres de haut débit dédiées. "Nous avons la chance de pouvoir démarrer à partir d’une copie blanche et de bâtir un réseau à jour, sans hériter des contraintes du passé", souligne le fondateur. Kosc va investir autour de 20 millions d’euros pour développer son réseau. "Notre premier objectif consiste à investir de manière significative dans les équipements réseaux pour exploiter l’actif DSL que nous avons repris et nous préparer au dégroupage de la fibre optique", reprend-il.
Kosc Telecom devrait lancer ses premières offres commerciales dans les prochaines semaines. Celles-ci ne s’adressent pas directement aux entreprises, mais fournit une offre "de gros" aux autres opérateurs comme OVH qui, eux, les commercialiseront. Comme tous les actionnaires de Kosc, OVH n’a qu’une part minoritaire dans le capital pour garantir l’indépendance du nouvel acteur.

 

Participer à la consolidation du marché

 

Mais la croissance de la société ne se fera peut-être pas qu’en interne. La consolidation du marché des télécoms se poursuit et le rapprochement entre Orange et Bouygues Telecom pourrait fournir de nouvelles opportunités, si l’Autorité de la concurrence impose des cessions d’actifs. "L’ensemble des actionnaires est conscient que nous sommes dans un contexte particulier, admet Yann de Prince. S’il y a des opportunités à saisir, tout le monde est ouvert pour les regarder."
Et la jeune entreprise est ambitieuse. Elle compte atteindre 100 millions d’euros de chiffre d’affaires dans cinq ans.

 

L’argument convaincant
Avoir un acteur public dans le capital devrait donner plus de poids au nouvel acteur pour participer à la réorganisation du marché des télécoms dédiés aux entreprises.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale