Actualité web & High tech sur Usine Digitale

La Française des Jeux mise gros sur sa transformation numérique

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Face à l'évolution du comportement et des attentes des joueurs, la Française des Jeux a annoncé mercredi 7 octobre un programme ambitieux de transformation d'ici à 2020, où le développement de l'offre numérique joue un rôle central. Doté de 500 millions d'investissements, ce plan appelé "une vision augmentée de la Française des jeux" concerne le système d'information, le marketing et les ressources humaines. C'est toute l'entreprise, y compris les points de vente traditionnels, qui prend le virage du numérique. 

La Française des Jeux mise gros sur sa transformation numérique
Stéphane Pallez, pdg de Française des jeux (à gauche à coté de la journaliste Louise Ekeland) annonce un investissement de 500 millions d'euros dans la transformation digitale du groupe

Le jeu n'a pas échappé à la vague numérique. Poker en ligne ou jeu sur mobile, les offres se multiplient tant et si bien que la PDG de la Française des Jeux Stéphane Pallez ne l'a pas caché lors de la présentation de sa stratégie pour 2020 : "si nous comptons encore 27 millions de joueurs, nous avons perdu 1 million de joueurs depuis cinq ans". D'où l'objectif affiché de les reconquérir a minima et d'attirer de nouveaux segments de clientèle (les jeunes adultes et les femmes).

 

Pour cela, la Française des Jeux mise sur l'arme de ses nouveaux concurrents, le numérique, avec un deuxième objectif, découlant du premier : atteindre 20 % de mises numérisées dans les cinq années qui viennent. Pour être numérisée, il faut que la mise, même si elle se fait dans un point de vente classique, comporte en amont ou un aval un passage par le numérique.

 

C'est, par exemple, d'ores et déjà le cas avec les paris sportifs : une appli propose de remplir une grille numérique, qui peut être ensuite validée dans un point de vente dûment équipé, ce qui participe de la dématérialisation des tickets de jeu, un des chantiers de l'entreprise.

 

Objectif 2020 : 20 % de mises numérisées

A l'inverse, la FDJ lancera en 2017 un nouveau jeu qui commencera chez le détaillant avec un ticket à gratter et se terminera avec un terminal numérique. Le jeu sera testé dans la région Nord en 2016.

 

En 2020, la pdg estime que 10 % du chiffre d'affaires proviendra de jeux qui n'existent pas aujourd'hui ou dont l'opérateur a revu la façon de jouer pour les adapter au monde numérique. S'il n'est pas question de changer ce qui fait la spécificité du jeu à la façon de la française des jeux (des jeux où il y a une mise d'argent et un gain), le mode opératoire va changer pour les prochains Gare au loup ou Ruée vers l'or. Dans ces derniers, le gain dépend des actions réalisées par le joueur, de la façon dont il répartit des moutons entre différents enclos ou des pièces qu'il fracasse pour découvrir une pépite. Jusque là, les jeux en ligne proposés par la française des jeux se contentaient de révéler le gain à l'issue d'actions simples.

 

La différence peut sembler subtile au non initié, mais elle a nécessité la réalisation d'un nouveau moteur de jeu et plusieurs mois de développement. Le développement de nouveaux jeux est en revanche relativement rapide, puisqu'il prend moins de deux mois. Si trois jeux sont d'ores et déjà prêts sur le site internet de l'entreprise, il devrait y en avoir 15 à la fin de cette année et 40 l'an prochain. C'est dire que l'investissement dans le moteur informatique accélèrera les cadences de productions de nouveaux jeux en ligne.

 

500 milllions d'euros d'investissement 

Pour mener à bien sa stratégie, la Française des Jeux a annoncé un programme de 500 millions d'euros d'investissements. Il se répartit entre 180 millions pour le réseau physique, 250 millions pour le système d'information, le solde étant destiné à des investissements dans de nouvelles sociétés.

 

La Française des jeux a aussi annoncé deux partenariats stratégiques. L'un avec l'éditeur de jeux Asmodee, notamment pour proposer conjointement de nouveaux jeux ou de nouvelles façons de jeux en partageant leur savoir-faire. Un second partenariat a été conclu avec l'innovation factory. D'une durée de trois ans, ce partenariat comporte plusieurs volets. Par exemple, une anti-masterclass, où des étudiants sélectionnés sont choisis pour une journée durant avoir un regard critique sur les process de la grande entreprise. La première a eu lieu il y a quelques semaines et a porté sur le formulaire d'inscription en ligne.

 

Un gros chantier culture digitale mené par le DRH

De même, la Française des Jeux inaugure un travail d'un an de reverse mentoring. Une fois par mois, six membres du comité de direction rencontreront six étudiants qui ont été choisis dans les différentes filières de l'école. Pour Pierre Marie Argourc'h, le DRH, il s'agit de donner l'exemple, avant de généraliser dans l'entreprise de tels binômes entre les âges : "plutôt que d'opposer la génération Y et les seniors, je crois beaucoup à la mixité des âges dans l'entreprise", affirme-t-il.

 

De ces rencontres naîtra aussi une meilleure compréhension des attentes de la jeune génération, celle-là même que la Française des Jeux espère convaincre de jouer maintenant. Pour cela, le groupe a également annoncé un partenariat avec Google et Youtube, pour mieux valoriser ses contenus sur le web. "Nous voulons être plus visible, mieux organisé, avec un marketing plus ciblé", a révélé Stéphane Pallez, la pdg. Avec ces initiatives, la Française des Jeux prend clairement le tournant du numérique. Reste à savoir si les internautes suivront.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale