Actualité web & High tech sur Usine Digitale

La French Tech aura son ambassade à Station F... et ses bureaux !

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

C'était attendu : la French Tech disposera d'une sorte d'ambassade d'un peu plus de 1000 m² au sein de la mini nation start-up du cœur de Paris, Station F. Pour quoi faire ? David Monteau, directeur de la Mission French Tech, nous en dit plus.

La French Tech aura son ambassade à Station F... et ses bureaux !
David Monteau, directeur de la Mission French Tech, dans ses nouveaux bureaux à Station F. © Stéphanie Mundbeltz-Gendron - L'Usine Digitale

C'est un symbole fort : la Mission French Tech, jusque-là basée à Bercy, s'installe à plein temps au coeur de Station F, au milieu des jeunes entrepreneurs du campus géant de start-up. Une administration (certes agile, mais une administration quand même) localise ses bureaux dans un espace privé, une première. Pour la Mission French Tech, c'est une bonne façon de montrer qu'elle entend puiser sa légitimité au contact des entrepreneurs, et se mettre à leur service pour les aider à grandir.

 

La French Tech pour tous

D'ailleurs, ce bureau permanent de la French Tech au sein de Station F (baptisé "French Tech central", référence au passé ferroviaire de la Halle Freyssinet) sera d'abord un lieu d'accueil et de rencontres. Un espace de 1000 m² (dont un tiers dédié à l'accueil du public) où seront regroupés des représentants de 30 services publics, qui pourront accompagner les entrepreneurs dans leurs démarches et concevront de nouveaux services à destination des start-up. Les jeunes pousses non hébergées à Station F, notamment celles issues des métropoles French Tech en régions et des French Tech Hubs à l'étranger, seront aussi les bienvenues dans cet espace, car la mission French Tech voit en Station F un bâtiment totem de la politique d'innovation française. D'ailleurs, un accueil sera également réservé (en anglais) aux porteurs de projets étrangers et aux acteurs de la recherche, grâce à un partenariat avec l'Inria. C'est d'ailleurs l'Inria qui s'est associé à l'Etat pour financer conjointement cette opération, d'un coût d'1 million d'euros environ.

 

Un lieu d'expérimentation

La French Tech veut aussi profiter de sa présence à Station F pour tester de nouvelles formes d'interaction entre les start-up et les services de l'Etat. Les services publics présents y développeront de nouveaux services innovants à destination des entrepreneurs. Ils pourront, en cas de succès, être répliqués ailleurs en France. Un appel à projets est d'ailleurs lancé jusqu'au 17 juillet pour élaborer de nouveaux concepts de collaborations start-up / Etat. Ce sont les administrations, et non les start-up, qui sont invitées à postuler : elles seront ensuite accompagnées par le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP).

 

"Station F est un lieu symbolique pour l’écosystème"

David Monteau, directeur de la Mission French Tech, a répondu aux questions de L'Usine Digitale le soir de l’inauguration de Station F, le 29 Juin 2017.

En devenant partenaire de Station F, quel est l’objectif de la French Tech ?
Cet espace  a 4 objectifs :
-    être la maison de tous les entrepreneurs de la French Tech, des start-up qui sont en région, ou à l’étranger et qui passent à Paris. Cet espace est un lieu pour les accueillir, pour networker…
-    être un lieu d’accueil et d’information pour des personnes étrangères : pour un entrepreneur étranger, un talent étranger qui passe à Paris et qui veut de l’information sur l’écosystème français, qui veut un interlocuteur qui parle anglais, qui veut rencontrer du monde… une équipe sera là pour le renseigner et l’aider.
-    être un espace regroupant les services publics : une trentaine d’administration (services des impôts, Ursaaf, Pôle emploi, Bpifrance, Business France…) seront sur site pour répondre aux start-up. Elles pourront prendre rendez-vous avec l’un de ces services.
-    être un endroit où les start-up vont pouvoir rencontrer des chercheurs. Avant tout, les start-up ont besoin de talents scientifiques pour grandir… Et en France il y en a plein, notamment dans les laboratoires de recherche et dans les universités. Mais il faut aller les chercher. C’est un lieu où on va essayer de rassembler et de créer des liens entre les étudiants, les chercheurs et des start-up. On est partenaire de l’Inria qui va coordonner ces services publics, les universités, les organismes… On va organiser des événements, des rencontres. Cela va passer par de l’animation.

Toute l’équipe de la Mission French Tech sera désormais installée à l’étage, sur un peu plus de 700 m2. Pourquoi quitter Bercy ?
Mon équipe sera en effet installée là pour être plus proche de l’écosystème. Il va y avoir aussi là-haut les acteurs publics que je vous ai mentionnés, des espaces pour accueillir des start-up, des salles de réunion… C’est l’Etat au sens large qui veut se rapprocher et se rendre plus accessible pour les start-up et se transformer. Il y a un vrai engagement de la part de ses acteurs publics de se voir se rapprocher l’écosystème de start-up parce qu’attirer les talents et regrouper les services, c’est aussi un levier de transformation.

Pourquoi Station F et pas un autre lieu ?
C’est un lieu extrêmement emblématique :  cela va devenir un des poumons de l’écosystème. C’est symbolique.


Propos recueillis par Stéphanie Mundubeltz-Gendron

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale