Actualité web & High tech sur Usine Digitale

La Silicon Valley élabore The Tech Pledge, le pacte politique des géants de la tech face à Trump

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Un nouveau site internet a émergé sur la toile cette semaine : thetechpledge.com. Derrière cette URL plutôt solennelle se cache un engagement fort. Celui d’une poignée d’entrepreneurs de la Silicon Valley qui veulent faire front à la politique de Donald Trump.

La Silicon Valley élabore The Tech Pledge, le pacte politique des géants de la tech face à Trump
La Silicon Valley élabore The Tech Pledge, le pacte politique des géants de la tech face à Trump © DR

"Les entreprises de la tech sont devenues des forces puissantes aux États-Unis et dans le reste du monde. Nous avons la possibilité et la responsabilité d'utiliser ce pouvoir pour protéger nos utilisateurs, nos employés et nos valeurs", peut-on lire en préambule du  serment de The Tech Pledge qui tient sur une seule page, pour le moment. À l’origine de cette première mouture : Michelle Miller et Debra Cleaver, fondatrices respectives de Coworker.org et de Vote.org, et Sam Altman, à la tête du prestigieux accélérateur de start-up Y Combinator.

 

Le 14 avril dernier, au Commonwealth Club de San Francisco, l’investisseur avait révélé que des centaines de techies de la vallée se partageaient un Google Doc dans le but de déterminer une liste de valeurs fondamentales communes. "Au cours de ces derniers mois, j'ai parlé avec beaucoup d’employés de la tech des valeurs auxquelles ils aimeraient voir leurs entreprises adhérer", a-t-il déclaré sur Twitter en invitant à donner des feedbacks. Le document est ouvert aux commentaires, par mail, jusqu’au 16 mai.

 

Immigration et données personnelles

Cette première version aborde, dans un premier temps, les questions de protection des données personnelles et d’immigration. Ces problématiques sont celles qui "ont fait consensus, suivies de près par l’équité de l’emploi et l’environnement", précise Sam Altman. En matière de protection des données personnelles, le texte illustre une nouvelle fois la volonté de la Silicon Valley ne pas coopérer avec le gouvernement en l’absence de mandat judiciaire. Ce qui n’est pas sans rappeler la bataille judiciaire entre Apple et le FBI, l’an passé.

 

  • "Nous ne fournirons aux gouvernements des données sur les individus qu’en vertu d’un processus judiciaire adéquat."

 

  • "Quand ce sera légal, nous publierons les données requises tout en informant les utilisateurs."

 

  • "Nous engagerons des ressources juridiques si nécessaire pour lutter contre les ordres anticonstitutionnels ou illégaux ."

 

  • "Nous ne mettrons pas en place de Back Doors (maintenir une porte de communication ouvert, Ndlr)  sur le cryptage des données privées."

 

Côté immigration, le pacte s’engage à soutenir les employés issus de l’immigration - indispensable force de travail de la Silicon Valley - pour faire face au décret anti-immigration de Donald Trump et à la volonté du gouvernement de remettre en cause certains programmes de visa.

 

  • "Nous fournirons une assistance judiciaire à nos employés immigrés et paierons les dépenses engendrées par des fouilles à la frontière ou par le système d’immigration en général."

 

  • "Nous appuierons les efforts visant à préserver la politique DACA en place aux États-Unis." (Deferred Action for Childhood Arrival est un programme de l’ère Obama qui préserve ceux qui sont arrivés illégalement aux États-Unis enfants, Ndlr).

 

La tech, une force politique en puissance ?

"Le but est de réussir à élaborer un texte représentatif à propos duquel tous les salariés de la tech pourront dire “Je veux que n’importe quelle entreprise où je travaille adhère à ces valeurs", a déclaré Sam Altman à Forbes. À 32 ans, le président de Y Combinator est une des figures de proue de l’opposition à l’administration Trump dans la vallée. Pendant les cent premiers jours du Républicain à la Maison Blanche, l’entrepreneur a suivi de près la mise en place des promesses de campagne du nouveau président à travers le site Track-Trump.

 

The Tech Pledge est un nouvel exemple de l’incursion de la Silicon Valley dans la sphère politique américaine. Et pour preuve : l’ACLU (American Civil Liberties Union) intégrera la promo Y Combinator de l’hiver prochain. En janvier dernier, la puissante association américaine de défense des droits civiques avait attaqué en justice le décret anti-immigration de Donald Trump. Une proximité militante que Sam Altman assume et encourage : "Je pense que les entreprises de la tech devraient s'engager davantage, que ça soit socialement ou de quelques autres manières. Je pense que tout le monde doit s’engager".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale