Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Les idées d'Alain Juppé pour une France numérique

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Tribune Le député PS frondeur Christian Paul, le président du Medef Pierre Gattaz, la PDG de la Française des Jeux Stéphane Pallez... Le G9+ (fédération d’anciens élèves de grandes écoles) a interrogé 140 influenceurs français sur la manière dont la France devait se saisir de la révolution numérique. Le but : mettre le digital au coeur de la campagne présidentielle de 2017. L'association a retenu 100 propositions, qui seront publiées dans un livre intitulé "2017 : 100 idées pour une France Numérique". Nous vous livrons en exclusivité six de ces tribunes. Premier épisode avec le texte d'Alain Juppé, ex premier ministre et candidat à la primaire à droite pour l'élection présidentielle, pour qui le numérique peut créer plus d'emplois qu'il n'en détruit, à condition d'être créatif...

Les idées d'Alain Juppé pour une France numérique
Les idées d'Alain Juppé pour une France numérique

"Notre économie est à la recherche d’une croissance perdue. Mais de quelle croissance parlons-nous ? Ce serait une grave erreur de penser que nous pourrons renouer avec la croissance que la France et l’Europe ont connue pendant les Trente Glorieuses. La croissance à venir devra relever au moins trois défis : défi environnemental ou écologique, défi de la transformation de l’entreprise et bien sûr, défi du numérique.

 

Le dernier n’est pas le moindre car ce qui nous attend est sans doute encore plus "transformant" que ce que nous vivons déjà depuis des années. Qu’il s’agisse de la santé, de l’éducation, du commerce, de la construction et de la fabrication des objets en général etc... la puissance de l’innovation sera formidable, dans tous les sens du terme.

 

La transformation numérique est, sera un atout majeur pour relever les deux premiers défis que j’ai cités : les réseaux intelligents concourent d’ores et déjà au succès de la transition énergétique ; l’économie du partage se fonde en grande partie sur les possibilités infinies qu’offrent les technologies numériques et l’internet. La ville de demain quant à elle sera d’autant plus durable qu’elle sera plus intelligente.

 

Expérimentations à Bordeaux

Nous l’expérimentons à Bordeaux par exemple avec la télé-éducation via l’installation des tableaux blancs numériques dans toutes les classes élémentaires, véritable révolution pédagogique ; l’ouverture des données municipales au grand public (open data), l’extension du très haut débit fixe avec la fibre, et du très haut débit mobile avec la 4G, ou bien encore le Wifi dans l’espace public et le développement des applications sans contact (NFC).

 

Un autre point fort concerne le soutien apporté aux jeunes pousses numériques, si nombreuses à Bordeaux : espace collaboratif de travail au NODE, semaine digitale dont une journée entière, la Grande Jonction, dédiée au rapprochement des acteurs de l’économie dite traditionnelle et de l’économie numérique ; pépinière d’entreprises numériques et pôle numérique dans l’opération d’aménagement des bassins à flot. Nous avons encore de grandes marges de progrès : lancement d’initiatives en faveur de la télé-médecine ; installation de compteurs intelligents pour mieux gérer les flux d’énergie et d’eau ; encouragement à la production d’énergie décentralisée … les perspectives sont fascinantes.

 

Bouleversements de la production

A ces mouvements en cours s’ajoutent les perspectives de robotisation qui vont changer de fond en comble les conditions de production non seulement dans l’industrie où elles sont déjà très développées mais aussi dans les services et même dans la vie quotidienne. Deux percées récentes de la technique en témoignent : la voiture sans chauffeur qui va révolutionner notre relation avec la sacro-sainte "bagnole"…. et les imprimantes 3D qui vont permettre de fabriquer chez soi toutes sortes d’objets, y compris sa maison !

 

La tête tourne lorsqu’on essaie de projeter sur le demi-siècle qui vient l’impact de ces innovations. C’est pourquoi j’ai utilisé l’adjectif "formidable" qui signifie, dans son acception courante, enthousiasme et bonheur, mais qui, étymologiquement, évoque aussi la crainte. Tout progrès technique est porteur en lui-même de promesses et de contraintes d’adaptation au monde nouveau.

 

Déjà les canuts lyonnais des premières années du XIXème siècle brisaient les métiers à tisser dans lesquels ils voyaient une menace pour leur emploi, et nous devons être attentif à l’avertissement de l’astrophysicien Stephen Hawking qui dit : "Le développement d’une intelligence artificielle autonome pourrait signer la fin de l’humanité." Mais, je partage volontiers l’optimisme d’universitaires américains, chercheurs au MIT de Boston qui soulignent que les outils numériques, correctement maîtrisés, peuvent nous apporter plus de liberté, de proximité, d’occasions de partage et même de convivialité.

 

Plus d'emplois créés que détruits

L’histoire enseigne que les filières nouvelles créeront plus d’emplois qu’elles n’en détruisent. Mais cela passe par beaucoup de créativité. Rien ni personne n’arrêtera la révolution numérique et les innombrables transformations qu’elle porte en elle. C’est à nous dès à présent d’en maîtriser les conséquences, qu’il s’agisse d’adapter les formations et les métiers à cette nouvelle donne ou de préserver nos libertés individuelles."

Alain Juppé

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

Publicité

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale