Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Les objets connectés en France : un marché encore tout petit, des espoirs infinis

mis à jour le 05 février 2015 à 09H22
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le marché de la high tech a connu un nouveau repli en France en 2014, avec un chiffre d'affaires en baisse de 2,5%. La relance du secteur grâce aux objets connectés se fait attendre... même si le segment de la "technologie à porter" (au poignet, pour commencer) progresse.

Les objets connectés en France : un marché encore tout petit, des espoirs infinis
Les objets connectés en France : un marché encore tout petit, des espoirs infinis © SmartThings

En 2014, les ventes d'objets connectés ont doublé en France... mais cela ne suffit pas à compenser la baisse de revenus dans d'autres secteurs, comme la photo, l'audio et l'informatique. Le chiffre d'affaires global des "biens techniques" recule de 2,5% en 2014 (à 15,1 milliards d'euros), après une baisse de 2% en 2013, selon les calculs du cabinet spécialisé GfK. La France fait moins bien que ses voisins : en Europe de l'Ouest, le marché revient à l'équilibre, boosté par l'Espagne et l'Italie, de retour dans le vert.

des promesses...

Le boom commercial des objets connectés, que GfK prédisait dans son rapport 2013 (et qu'il prévoit toujours comme "le prochain eldorado" en 2015), n'est pas pour tout de suite. Le marché a certes doublé l'an dernier, à 150 millions d'euros, mais il ne pèse que 1% du total des équipements high tech vendus en France. Les success stories du secteur sont encore très modestes. Le marché des "wearables", apparu avant les autres, tire son épingle du jeu, avec 640 000 unités écoulées et un chiffre d'affaires de 90 millions d'euros.

"C'est un marché d'une taille équivalente à celui des lecteurs MP3 ou DVD", indique Michael Mathieu, directeur des marchés de l’Image et des Télécoms chez GfK. Dans le détail, 190 000 montres intelligentes ont été vendues, 250 000 montres "sport" dotées de GPS et 200 000 bracelets de suivi d'activités. Pour 2015, GfK table sur 1,8 millions de montres intelligentes et traqueurs écoulés. Et il y a de la marge, puisque 13 millions de montres classiques sont vendues chaque année en France.

Les autres segments identifiés par GfK sont encore en friche : 100 000 drones de loisirs et gadgets connectés ont trouvé preneur en 2014 ; seulement 50 000 produits de santé (comme des balances, brosses à dents, tensiomètres connectés) et 20 000 thermostats, tous constructeurs confondus. Autrement dit, pas un seul acteur ne peut gagner de l'argent sur de tels volumes : les géants de l'électronique et les nouveaux venus (ces derniers s'appropriant environ 30% du marché) font avant tout un pari sur l'avenir.

...irréalistes ?

Les chiffres avancés par GfK devraient les rassurer... en apparence en tout cas. Le cabinet table sur 2 milliards d'objets connectés vendus entre 2015 et 2020 en France. "On trouvera plus de 30 objets connectés par foyer français en 2020", avance François Klipfel, directeur général adjoint chez GfK. Impressionnant, n'est-ce pas ? En réalité, ce chiffre est trop fourre-tout pour être révélateur. GfK y inclut les "wearables", drones de loisirs, objets de santé, équipements de la smart home, mais aussi les biens techniques (ordinateurs, tablettes, smartphones, appareils photos, équipements audio...) et les voitures. Bref, tout ce qui sera communicant à l'avenir, mais aussi tout ce qui l'est déjà.

L'estimation de GfK ne permet donc pas de mesurer la valeur créée par l'internet des objets, en distinguant les véritables nouveaux marchés (comme les bracelets connectés) des familles de produits nativement connectés. Elle risque donc de créer de faux espoirs sur de prétendus nouveaux relais de croissance alors qu'il ne s'agira que de l'adaptation de marchés existants, ou d'un déplacement de valeurs d'une catégorie à une autre.

Home sweet (smart)home

Sur la maison connectée en revanche, GfK donne davantage de gages de croissance à court terme. Concernant les équipements de la maison (électronique de loisirs hors tablettes et smartphones, éclairage, confort, sécurité, énergie), le cabinet indique que la part du connecté atteint déjà 22%. GfK prévoit une croissance forte des ventes de produits connectés à usage domestique l'an prochain (box domotiques, alarmes et serrures connectées, électroménager...) avec un chiffre d'affaires attendu de 3,2 milliards d'euros. Les acteurs du secteur l'ont bien compris avec la multitude d'annonces liées à la smart home au dernier CES de Las Vegas.

Sylvain Arnulf

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale